Edward Page Mitchell (1854-1927)

Pays :États-Unis
Langue :anglais
Sexe :masculin
Naissance :24-03-1854
Mort :22-01-1927
Note :
Journaliste. - Rédacteur en chef, New York Sun, New York (1903-1920). - Auteur de nouvelles de science fiction
ISNI :ISNI 0000 0000 5710 7184

Ses activités

Auteur du texte2 documents1 document numérisé

  • L'homme le plus doué du monde

    Description matérielle : 1 vol. (95 p.)
    Édition : Le Havre : Franciscopolis éd. , DL 2013
    Postfacier : Jean-Noël Lafargue

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb437942908]
  • The crystal man

    landmark science fiction

    Description matérielle : lxxii, 358 p.
    Description : Note : Jacket design by James Starrett
    Édition : Garden City (N.Y.) : Doubleday , 1973
    Collecteur : Samuel Martin Moskowitz (1920-1997)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42727425h]

Préfacier1 document

  • The Story of the Sun, New York, 1833-1918, by Franck M. O'Brien. With an introduction by Edward Page Mitchell,...

    Description : Note : Copyright 1918. - Ex-libris de la "American Chamber of commerce in France"
    Édition : New York, G. H. Doran , (S. d.). In-8°, 455 p., pl., portr., fac-sim., couv. ill. [Don 347553] -VIIe-

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32493344c]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Biographie Wikipedia

  • Edward Page Mitchell, né le 24 mars 1852 à Bath, Maine, et décédé à New London, Connecticut, en 1927, est un journaliste américain qui écrivit également des nouvelles pour le quotidien newyorkais The Sun. Mitchell devint rédacteur en chef du journal en 1897, succédant à Charles Anderson Dana. Il prit sa retraite en 1926 et mourut d'une hémorragie cérébrale au cours de l'année suivante. Il fallut attendre plusieurs décennies après sa mort avant que Mitchell ne soit reconnu comme un des pionniers de la science-fiction. On lui doit l'histoire d'un homme auquel la science permet de se rendre invisible ( The Crystal Man, 1881), qu'il publie avant le roman de H.G. Wells's L'Homme invisible, celle d'un voyage dans le temps (The Clock that Went Backward) parue avant The Time Machine (La Machine a remonter le temps) du même auteur. Il décrit un voyage à une vitesse supraluminique dans Tachypomp. La plus célèbre de ses œuvres est sans doute The Ablest Man in the Worl qui date de 1874 et dont le héros est un cyborg. On lui doit également les premiers récits évoquant le transfert de matière ou téléportation ("The Man without a Body", 1877), le thème du mutant d'intelligence supérieure ("Old Squids and Little Speller"). Exchanging Their Soul (1877) est une des premières œuvres de fiction évoquant la possibilité d'un transfert mental. La redécouverte progressive de Mitchell et de son travail commence avec la publication en 1973 d'une anthologie de ses nouvelles, rassemblées par Sam Moskowitz. L'introduction détaillée de Moskowitz est riche en informations sur la vie de Mitchell. Les nouvelles étant parues de façon anonyme et n'ayant jamais été répertoriées, Moskowitz a eu beaucoup de mal à en établir la liste et à rassembler les textes de celui qu'il présente comme le Titan oublié de la science fiction américaine . L'influence d' Edgar Allan Poe est très sensible dans l'œuvre de Mitchell. Il lui emprunte notamment le procédé qui consiste à donner à un personnage grave et sérieux un nom ridicule, par exemple "Professeur Dummkopf" (Imbécile en Allemand) dans "The Man Without a Body". Les nouvelles de Mitchell étant à l'origine publiées dans un quotidien d'informations sans typographie ni mise en page particulières, il est probable que le procédé signalait la nature fictionnelle du texte à ses lecteurs et le distinguait des articles d'actualité.

Pages équivalentes