Michel Seurat (1947-1986)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :1947
Mort :1986
Note :
Chercheur au CNRS. - Pris en otage au Liban et mort en détention (sans doute en décembre 1985)
ISNI :ISNI 0000 0000 7978 3511

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Syrie, l'État de barbarie

    [Nouvelle éd. revue et augmentée]
    Description matérielle : 1 vol. (286 p.-[1] f. de pl.)
    Description : Note : Recueil de textes extraits de diverses publications. - Bibliogr. des oeuvres de Michel Seurat p. 285-286. - Portrait en frontispice
    Édition : Paris : Presses universitaires de France , impr. 2012
    Préfacier : Gilles Kepel

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42665035w]
  • L'État de barbarie

    Description matérielle : 328 p.
    Description : Note : Recueil de textes extraits de diverses revues et publications. - Bibliogr. des écrits de M. Seurat p. 321-322. Index
    Édition : Paris : Éd. du Seuil , 1989
    Éditeur scientifique : Gilles Kepel, Olivier Mongin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb350549058]

Rédacteur1 document

Contributeur1 document

Autre1 document

  • Des Hommes dans le soleil ; (suivi de) L'Horloge et le désert. - (et) Oum-Saad la matrice

    nouvelles

    Description matérielle : 202 p.
    Édition : Paris : Sindbad , 1977
    Auteur du texte : Ġassān Kanafānī (1936-1972)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34598508q]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Michel Seurat (1947-1986)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • L'État de barbarie / M. Seurat, 1989
    Syrie, l'État de barbarie / Michel Seurat, impr. 2012
  • Les Corbeaux d'Alep / M. Seurat, 1988
    Journal de l'année 1986
    L'État du monde 1986

Biographie Wikipedia

  • Michel Seurat est un sociologue et chercheur au CNRS, né le 14 août 1947 en Tunisie et décédé à Beyrouth en 1986.Il est enlevé à Beyrouth avec Jean-Paul Kauffmann le 22 mai 1985, au Liban, par l'Organisation du Jihad islamique libanais, une organisation terroriste clandestine soupçonnée d'être un prête-nom du Hezbollah, mouvement chiite pro-iranien. Il meurt en captivité : l'annonce de sa mort est faite le 5 mars 1986 ; son codétenu Jean-Paul Kauffmann sera libéré le 4 mai 1988.Le 24 octobre 2005, le Hezbollah annonce que les restes de Michel Seurat sont retrouvés dans un chantier de construction de Burj El Barajneh, l'un des fiefs du Hezbollah, dans la banlieue sud de Beyrouth, recouverts d'un simple drap de laine. Ces ossements sont formellement identifiés après des tests ADN.Le 7 mars 2006, son corps est rapatrié en France où il est accueilli à l'aéroport d'Orly par le Premier ministre français Dominique de Villepin. Les autorités françaises présentent cette découverte comme un pur hasard, mais sa veuve Marie Seurat, d'origine syrienne, avance la thèse d'une mise en scène du Hezbollah : « Le Hezbollah savait où Michel avait été enterré (…) il a voulu se racheter une conduite (…) Quand les Forces de sécurité intérieure libanaises ont retrouvé il y a quelques semaines le corps de Michel, sa dépouille était enveloppée dans un lainage demeuré intact. Comment est-ce possible que ce drap soit resté en l'état, alors que Michel reposait depuis vingt ans dans une zone humide près de la mer, non loin de l'aéroport au sud de Beyrouth. » Elle ajoute : « Il y a l'Iran, certes, mais il y a aussi des Libanais. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'on ne les connaît pas, ils sont au Parlement. »Marie Seurat ainsi que cinq des anciens otages (Roger Auque, Marcel Carton, Georges Hansen, Jean-Paul Kauffmann et Jean-Louis Normandin) ont déposé plainte contre X, le 22 mai 2002, devant la justice française pour « crimes d'enlèvement et de séquestration aggravée ». Marie Seurat affirme que le 30 août 1985, alors que son mari était otage depuis trois mois, il est venu pour l'anniversaire de leur fille Laeticia, accompagné de deux de ses ravisseurs à visage découvert. D'après elle, il souffrait d'un cancer ou d'une hépatite et aurait été achevé par ses geôliers. Sa mort fut annoncée par Amine Gemayel à Laurent Guillaume, Français en mission au Liban à ce moment précis.Ancien élève de l'Institut d'études politiques de Lyon, une salle portant son nom a été inaugurée au sein de l'établissement.

Pages équivalentes