Jacobo Timerman (1923-1999)

Pays :Argentine
Langue :espagnol; castillan
Sexe :masculin
Naissance :06-01-1923
Mort :Buenos Aires, 11-11-1999
Note :
Journaliste. - Militant politique. - Fondateur et directeur des journaux et revues : "Primera Plana"(1962), "Confirmado" (1964), "La Opinion" (1971)
Domaines :Histoire du reste du monde
ISNI :ISNI 0000 0000 8404 9733

Ses activités

Auteur du texte4 documents

  • Mémoires d'un disparu

    Description matérielle : 244 p.
    Édition : Paris : Mazarine , 1981
    Autre : Benito Pelegrín

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36600409f]
  • Preso sin nombre, celda sin número

    Description matérielle : 189 p.
    Édition : Buenos Aires : Ed. de la Flor , 2000
    Préfacier : Ariel Dorfman, Arthur Miller (1915-2005)

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38995305n]
  • Cuba hoy, y después

    Description matérielle : 126 p.
    Édition : Barcelona : Muchnik , 1990

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb354993238]
  • Israël au Liban

    la guerre des consciences

    Description matérielle : 203 p.
    Édition : Paris : L. Lévi-S. Messinger , 1983
    Autre : Alain Spiess (1940-2008)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb347177855]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jacobo Timerman (1923-1999)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Cuba hoy, y después / Jacobo Timerman, 1990
    Mémoires d'un disparu /Jacobo Timerman ; traduit de l'espagnol par Benito Pelegrin, 1981
  • Monde, 1999-11-14/15

Biographie Wikipedia

  • Jacobo Timerman (6 janvier 1923 - 11 novembre 1999) est un éditeur, journaliste, et écrivain argentin. Il fonda en 1971 La Opinión, un journal centriste qui comptait alors parmi les meilleurs journalistes de l'époque. Séquestré en avril 1977 par la junte, l'« affaire Timerman » eut alors une répercussion internationale, la junte étant notamment accusée d'antisémitisme. La mobilisation mondiale permit sa libération en 1979, Timerman étant alors déchu de sa nationalité et expulsé vers Israël, témoignant ensuite de son expérience dans les centres clandestins de détention dans un livre publié en 1980 aux États-Unis, Prisonnier sans nom, cellule sans numéro, qui contribua à faire connaître du grand public les violations des droits de l'homme commises par la junte.Timerman est rentré en Argentine avec la transition démocratique.

Pages équivalentes