Gilles de Rais (1404-1440)

Pays :France
Langue :français
Naissance :1404
Mort :26-10-1440
Note :
Maréchal de France
Autres formes du nom :Gilles de Rais (1404-1440)
Gilles de Laval (baron de Rais, 1404-1440)
Gilles de Laval Rays (baron de, 1404-1440)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 8104 7265

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Gilles de Rais (1404-1440)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • GDEL
    Mourre, 1996

Autres formes du nom

  • Gilles de Rais (1404-1440)
  • Gilles de Laval (baron de Rais, 1404-1440)
  • Gilles de Laval Rays (baron de, 1404-1440)
  • Gilles de Laval Retz (baron de, 1404-1440)

Biographie Wikipedia

  • Gilles de Montmorency-Laval, plus connu sous le nom de Gilles de Rais (ou, selon la graphie contemporaine, Gilles de Retz) en référence à son titre de baron de Retz, né au château de Champtocé-sur-Loire à une date inconnue (au plus tôt durant l'année 1405, peut-être vers le 1er septembre), mort le 26 octobre 1440 à Nantes, est un chevalier et seigneur de Bretagne, d'Anjou, du Poitou, du Maine et d'Angoumois.Durant la guerre de Cent Ans, il se rallie au camp du roi Charles VII et du grand chambellan Georges Ier de La Trémoille, son propre cousin et allié. Gilles de Rais est ainsi amené à combattre les Anglais aux côtés de Jeanne d'Arc. Au cours de ces campagnes militaires, il est promu maréchal de France le jour du sacre royal de Reims (17 juillet 1429).Suite à la mort de son grand-père Jean de Craon en 1432 et à la disgrâce de son cousin Georges de La Trémoille en 1433, le maréchal de Rais se retire progressivement de la guerre contre les Anglais et leurs alliés bourguignons. Il se voit accusé par sa famille, et notamment par son frère cadet René de La Suze, de dilapider son patrimoine en aliénant ses terres au plus offrant afin de pallier ses fastueuses dépenses.En octobre 1440, Gilles de Rais est condamné dans le duché de Bretagne par l'officialité de Nantes pour hérésie, sodomie et meurtres de « cent quarante enfants, ou plus » tandis qu'une cour séculière le condamne à la pendaison et au bûcher pour s'être emparé indûment du château de Saint-Étienne-de-Mer-Morte ainsi que pour des crimes commis sur « plusieurs petits enfants » sans précision de leur nombre.Suivant une tradition orale attestée dès le XIXe siècle, un fréquent amalgame entre la figure historique du baron de Rais et le personnage mythique de « Barbe Bleue » survient dans certaines traditions folkloriques locales, des ballades, des complaintes et des contes, avant d'être exploité dans des œuvres littéraires.Depuis la progressive reconnaissance scientifique du phénomène des tueurs en série à partir de la fin du XIXe siècle, Gilles de Rais est parfois comparé à ce type de criminel ou qualifié lui-même en ces termes.

Pages équivalentes