Ânka Kupala (1882-1942): pseudonyme individuel

Pays :URSS
Langue :biélorusse
Sexe :masculin
Naissance :Vâzynka (voblast de Minsk, Biélorussie), 07-07-1882
Mort :Moscou, 28-06-1942
Note :
Poète, dramaturge, publiciste et traducteur
Autres formes du nom :Янка Купала (1882-1942) (biélorusse)
Yanka Koupala (1882-1942)
Janka Kupala (1882-1942)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 0889 393X

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Les gens d'ici

    scènes tragi-comiques en quatre actes

    Description matérielle : 1 vol. (149 p.)
    Description : Note : Notes bibliogr.
    Édition : Paris : Éd. l'Espace d'un instant , impr. 2006
    Traducteur : Larissa Guillemet, Virginie Symaniec

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40945583z]
  • Contenu dans : Yanka Koupala et Yakoub Kolass

    [Poésies choisies]. - [2]

    Description matérielle : 160 p.
    Description : Note : Contient un choix de textes de Y. Koupala et Y. Kolass
    Édition : Paris : Temps actuels : [diffusion] Messidor , 1984

    [catalogue]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Ânka Kupala (1882-1942)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Янка Купала (1882-1942) (biélorusse)
  • Yanka Koupala (1882-1942)
  • Janka Kupala (1882-1942)
  • Ìvan Damìnìkavìč Lucèvìč (1882-1942) (biélorusse)
  • Іван Дамінікавіч Луцэвіч (1882-1942) (biélorusse)

Biographie Wikipedia

  • Ivan Loutsévitch (en biélorusse : Іван Дамінікавіч Луцэвіч, 1882 - 1942), plus connu sous son pseudonyme Ianka Koupala, est considéré comme le fondateur de la langue littéraire biélorusse contemporaine.Si ses premiers écrits sont en polonais, il publie en date du 15 juillet 1904 le premier poème en biélorusse « Мая доля » (ma part). Il vit à Vilnius en 1908 et 1909, où par deux fois ses écrits sont confisqués comme anti-gouvernementaux. Il réside ensuite à Saint-Pétersbourg de 1909 à 1913, avant de revenir à Vilnius.Il compose l'essentiel de son œuvre entre 1913 et 1922. S'il échappe aux purges qui laminent le monde littéraire et intellectuel de Biélorussie à la fin des années trente, il chute du haut d'un immeuble du centre-ville de Moscou en 1942 et, à ce jour, le fait de savoir s'il s'est suicidé ou s'il a été éliminé n'a toujours pas été clairement établi.Sa maison fut incendiée par les nazis durant la guerre. On retrouve un parc ainsi qu'une statue de sept mètres qui le représente à cet endroit dans la capitale, Minsk.Il est enterré au cimetière militaire de Minsk.

Pages équivalentes