Banco ambrosiano

Pays :Italie
Langue :italien
Création :1896
Fin d'activité :1982
Domaines :Économie politique. Travail
Autres formes du nom :Ambrosiano. Milan, Italie. Banco
Banco ambrosiano. Milan, Italie

Ses activités

Éditeur scientifique1 document

  • Castelli della pianura lombarda

    Description matérielle : In-fol. (32 cm), 246 p., fig., 76 pl. en noir et en coul., plans, [4] dépl. [Don 1826-61]
    Description : Note : Les pl. sont comprises dans la pagination
    Édition : Milano : Banco ambrosiano , 1960
    Auteur du texte : Carlo Perogalli (1921-2005)
    Éditeur scientifique : Giacomo Carlo Bascapè (1902-1993)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb331328902]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Banco ambrosiano

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Après, voir

  • Succède à la "Banco ambrosiano", après la faillite de cet établissement ; devient "Banco ambrosiano veneto" après fusion avec la "Banca cattolica del Veneto"

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • LCNA, 1977-1986

Autres formes du nom

  • Ambrosiano. Milan, Italie. Banco
  • Banco ambrosiano. Milan, Italie

Biographie Wikipedia

  • Banco Ambrosiano est une banque italienne qui a fait l'objet d'une des plus retentissantes faillites de l'après-guerre en 1982, suscitant ainsi l'un des plus gros scandales impliquant la mafia et la banque du Vatican, son premier actionnaire, qui ouvrira la voie à l'opération mani pulite dans les années 1990. Roberto Calvi, membre de la loge Propaganda Due (P2) et directeur de la Banque Ambrosiano, a été retrouvé pendu sous un pont à Londres le 17 juin 1982. En 2006, le procès concernant l'affaire Calvi continuait, impliquant notamment Licio Gelli, le grand-maître de P2. La mort du pape Jean-Paul Ier en 1978 a parfois été liée au scandale Ambrosiano, donnant ainsi le scénario d'une partie du Parrain III. La banque Ambrosiano a en effet été accusée de transférer secrètement des fonds au syndicat polonais Solidarnosc et aux Contras du Nicaragua, soutenus par Washington contre le régime sandiniste.

Pages équivalentes