Erzsébet Báthory (1560-1614)

Image non encore disponible
Pays :Hongrie
Langue :hongrois
Sexe :féminin
Naissance :Nyírbátor, Hongrie, 1560
Mort :Csejte (=Čachtice) Haute Hongrie, 21-08-1614
Note :
Épouse de Ferenc Nádasdy (1555-1604). - Nièce du roi de Pologne Étienne Ier Báthory. - Accusée de faire tuer des jeunes filles pour se baigner dans leur sang, elle fut condamnée à la détention à vie [procès politique]
Domaines :Histoire de l'Europe
ISNI :ISNI 0000 0000 6674 5735

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Erzsébet Báthory (1560-1614)

Pages dans data.bnf.fr

Voir aussi

  • Famille hongroise qui a donné plusieurs princes de Transylvanie et un roi de Pologne

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Biogr. Hongrie, 2001 : nom de terre : escedi
    LCNA 1977-1985
  • Ouvrages de reference : A csejtei várúrnő : Báthory Erzsébet / Péter Katalin, 1985
  • Catalogues de la BnF : BnF Service finno-ougrien, balte (2010-04-19)

Biographie Wikipedia

  • Élisabeth Báthory (Báthory Erzsébet en hongrois, Alžbeta Bátoriová-Nádasdiová en slovaque), est une comtesse hongroise de la famille des Báthory, née le 7 août 1560 et morte le 21 août 1614. La légende a fait d'elle l'un des plus célèbres meurtriers de l’histoire hongroise et slovaque. Elle est souvent évoquée sous le sobriquet de « dame sanglante de Csejte (Čachtice) », du nom du château près de Trenčín (dans la Hongrie royale, aujourd’hui une partie de la Slovaquie), où elle vécut la plus grande partie de sa vie.Après la mort de son mari, elle et quatre complices supposés sont accusés de torture et du meurtre de filles et de jeunes femmes, dont le nombre reste incertain. Les chefs d'accusation sont cependant parfois discutés par les historiens, du fait qu'il n'existe aucune preuve en dehors de témoignages obtenus sous la torture. Son origine noble lui évite un procès et l'exécution. En 1610, elle est emprisonnée dans le château de Čachtice, où elle restera jusqu’à sa mort.Le cas de Báthory a inspiré de nombreuses histoires et légendes, selon lesquelles elle se serait baignée dans le sang de ses victimes pour garder sa jeunesse – ce qui lui vaudra, entre autres, les surnoms de « Comtesse sanglante » ou de « Comtesse Dracula ». Si ces légendes sont largement écartées par les historiens modernes, elles persistent malgré tout dans les croyances populaires.

Pages équivalentes