Skanderbeg (1405?-1468)

Image non encore disponible
Pays :Albanie
Langue :albanais
Sexe :masculin
Naissance :Lezhë, Albanie, 1405
Mort :Lezhë, Albanie, 1468
Note :
Prince albanais chef de la résistance de son pays contre l'Empire Ottoman
Autres formes du nom :Skënderbeu (1405?-1468) (albanais)
Gjergj Kastrioti (1405?-1468)
Georges Castriota (1405?-1468)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 2280 2571

Ses activités

Voir aussi : 1 document

  • Droit coutumier albanais, qui doit son nom au prince Skanderbeg, observé dans l'Albanie centrale. - Réparti en 7 parties, 33 chapitres, 241 articles et 3534 paragraphes

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Skanderbeg (1405?-1468)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • GDEL

Autres formes du nom

  • Skënderbeu (1405?-1468) (albanais)
  • Gjergj Kastrioti (1405?-1468)
  • Georges Castriota (1405?-1468)
  • Iskander bey (1405?-1468)
  • Georges Kastrioti (1405?-1468)
  • Scanderbeg (1405?-1468)
  • Skander-Beg (1405?-1468)
  • Georges Castrioti (1405?-1468)

Biographie Wikipedia

  • Gjergj (Georges en français) Kastrioti (6 mai 1405 - 17 janvier 1468) est un seigneur d'origine albanaise, du XVe siècle considéré comme un héros national albanais pour sa résistance à l'Empire ottoman.Son père Gjon Kastrioti était un seigneur de l'Albanie centrale qui avait été vassalisé par les Ottomans. Gjergj Kastrioti, après une carrière militaire au service de l'Empire ottoman, rejeta ensuite l'islam et revint à la foi catholique. Il organisa une insurrection victorieuse contre les Ottomans, se présentant comme le défenseur de la chrétienté dans les Balkans.Le surnom de Skanderbeg est d'origine turque : les Ottomans l'appellent Iskander Bey, c'est-à-dire « prince Alexandre », en référence à ses talents de chef militaire qui leur évoquent Alexandre le Grand. Par translittération, ce surnom est devenu Skënderbeu en albanais, Skanderbeg en allemand et en français.

Pages équivalentes