Pernambuco

Image non encore disponible
Pays :Brésil
Langue :portugais
Note :
Etat du Brésil, capitale Recife
Autres formes du nom :Pernambouc
Pernambuco (Estado)

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Decreto-lei N° 236 de 25 de março de 1970. Estatutos

    Description matérielle : 21 cm, 23 p
    Édition : Recife , 1970

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb353444474]
  • Pernambuco no movimento da Independência

    correspondência oficial do governo da província, entre agosto e outubro de 1821

    Description matérielle : 184 p.
    Édition : Recife : Conselho estadual de cultura , 1973

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35342390h]

Éditeur scientifique2 documents

  • História da revolução de Pernambuco de 1817

    Description matérielle : 427 p.
    Édition : Recife : Govêrno do Estado , 1969

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35341790c]
  • O Progresso

    revista social, literaria e scientífica, reedição feita pelo Govêrno do estado de Pernambuco como parte do programa das comemorações do centenário da Revolução praieira

    Description matérielle : 1 vol. (920 p.)
    Édition : Recife : Imprensa oficial , 1950
    Préfacier : Amaro Quintas (1911-1998)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb438142767]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • S.Y. 1985-86

Autres formes du nom

  • Pernambouc
  • Pernambuco (Estado)

Biographie Wikipedia

  • Le Pernambouc (en portugais Pernambuco; PE) est l'un des États fédérés du Brésil. Il est situé au centre est de la région Nordeste ; il est bordé à l'est par l'océan Atlantique. L'état a une superficie de 98 937 km2 et compte 8 810 256 habitants (IBGE 2009). Sa capitale est la ville du Recife.Son climat est tropical sur la côte, et semi-aride dans les terres. Température annuelle de 28 °C.C'est sur les terres fertiles du Pernambouc que s'installent, lors de la colonisation, les « seigneurs de moulin » qui feront du Brésil le premier producteur mondial de sucre, au XVIIe siècle. La valorisation de ce produit sur les marchés européens y attire, en effet, de nombreux colons. Pressés de peupler l'immense littoral en friche, les seigneurs portugais (mais aussi hollandais, normands ou anglais) s'unissent volontiers aux Indiens du pays, comme plus tard aux esclaves noires venus d'Afrique pour servir dans la casa grande, la maison de maître, et travailler aux champs. , clame alors un manifeste, cité par le sociologue nordestin Joaquim Nabuco. De ces unions naîtra une population métisse propre à la région : les caboclos, aux imprévisibles caprices génétiques. Dans les chemins de terre qui saignent les champs de canne à sucre, il n'est pas rare de rencontrer des petits mulâtres roses comme des Jésus flamands, des Indiens roux, ou des galegos, négrillons aux boucles dorées, lointain héritage d'un ancêtre portugais. Avec l'abolition de l'esclavage, au XIXe siècle, le Pernambouc avait perdu sa place prépondérante sur la marché sucrier, mais l'invention du moteur à explosion fonctionnant à l'alcool l'a hissé au premier rang des pays pionniers du « pétrole vert », carburant de l'avenir. Depuis quelques années, la crise économique a fait chuter la production, intensifiant le malaise social.

Pages équivalentes