Johann Friedrich von Struensee (1737-1772)

Image non encore disponible
Pays :Allemagne avant 1945
Sexe :masculin
Naissance :Halle (Saxe-Anhalt, Allemagne), 05-08-1737
Mort :Copenhague (Danemark), 28-04-1772
Note :
Médecin et ministre du roi Christian VII de Danemark
Domaines :Médecine
Histoire de l'Europe
Autre forme du nom :Jean Frédéric Struensée (1737-1772) (français)
ISNI :ISNI 0000 0000 5533 3807

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Conversion du Comte Jean Fréderic Struensée, ci-devant ministre privé du cabinet de S. M. le roi de Dannemarc ; publié par Balthasar Munter,... Nouvelle édition...

    Description matérielle : 1 vol. (pièces limin., 314 p.)
    Édition : (S. l. , 1773)
    Éditeur scientifique : Balthasar Münter (1735-1793)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30996687s]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Johann Friedrich von Struensee (1737-1772)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Conversion du comte Jean Frédéric Struensée, 1773
  • Ouvrages de reference : GDEL
    Brockhaus
    DBA
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autre forme du nom

  • Jean Frédéric Struensée (1737-1772) (français)

Biographie Wikipedia

  • Johann Friedrich, comte Struensee, né à Halle-sur-la-Saale, en Allemagne, le 5 août 1737 et mort le 28 avril 1772 à Copenhague, est un homme politique danois d'origine allemande. Médecin du roi Christian VII, alors atteint de troubles mentaux, il ne tarde pas à occuper des fonctions très élevées à la cour. Nommé conseiller d'État, il réalise d'importantes réformes, inspirées par la philosophie des Lumières, comme l'abolition du servage, de la torture, de la prison pour dettes et des corporations. Il suscite l'intérêt de la reine Caroline-Mathilde, délaissée par son époux, et ne tarde pas à devenir son amant. Une cabale montée par la noblesse hostile aux réformes le fait inculper de complot et décapiter sur la grand place de Copenhague, tandis que la reine, répudiée peu auparavant, est envoyée chez son ancienne dame d'honneur, la comtesse von Plessen, à Celle, où elle vit avec un petit cercle de personnes cultivées, avant de mourir trois ans après, en 1775.

Pages équivalentes