Robert Henryson (1430?-1506?)

Image non encore disponible
Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Sexe :masculin
Naissance :1430
Mort :1506
Note :
Poète écossais
Autre forme du nom :Robert Henrisone (1430?-1506?)
ISNI :ISNI 0000 0001 0866 6155

Ses activités

Auteur du texte4 documents

  • Reprise de l'histoire de Troïlus et Cressida. - Imprimé en 1593

  • The Moral fables of Aesop

    Description matérielle : 232 p.
    Édition : Notre Dame, Ind. : University of Notre Dame press , 1987

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35016258k]
  • Poems

    Description matérielle : XXVI-183 p.
    Description : Note : Notes bibliogr. Glossaire
    Édition : Oxford : Clarendon press , 1966
    Éditeur scientifique : Charles Elliott

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35641179q]
  • The Poems of Robert Henryson

    Description matérielle : CXXIII-596 p.
    Description : Note : Bibliogr. p. 495-508. Glossaire p. 511-569
    Édition : Oxford : Clarendon press ; London ; New York ; Melbourne : Oxford university press , 1981

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34824637p]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Robert Henryson (1430?-1506?)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • The Moral fables of Aesop / by Robert Henryson, 1987

Autre forme du nom

  • Robert Henrisone (1430?-1506?)

Biographie Wikipedia

  • Robert Henryson est un poète qui a établi sa renommée en Écosse pendant la période 1460–1500. Poète écossais, makar, il a vécu à Dunfermline, bourg royal. C'est un auteur très particulier de l'époque de la Renaissance du Nord de l'Écosse, (Northern Renaissance), dans un temps où la culture était à un tournant entre le médiéval et les sensibilités de la Renaissance. On connaît très peu sa vie. Il semble évident qu'il était enseignant, qu'il pratiquait le droit et les arts, qu'il était en relation avec l'abbaye de Dunfermline, (Dunfermline Abbey), et qu'à une certaine époque, il a pu aussi être associé à l'Université de Glasgow. Sa poésie a été composée en écossais moyen âgeux, (Middle Scots), quand c'était la langue officielle. C'est un des personnages les plus importants pour les travaux dans les standards de la littérature écossaise des tous premiers débuts. Ses écrits concernent principalement la poésie narrative, très inventive par sa créativité dans les techniques de narration. Il est parvenu à un savant équilibre entre l'humour et le plus haut niveau de sérieux qui est souvent distillé dans ses effets littéraires.Cela se voit en particulier dans Fables morales, (Morall Fabillis), dans lequel il exprime un avis général qui semble banal et superficiel vis à vis des règles qui régissent la puissance de l'église, bien que contenant des éléments critiques et exprimant des interrogations. Cette façon de procéder est encore utilisée dans Le testament de Cressida, (The Testament of Cresseid), avec son côté tragique. Par dessus tout, les thèmes traités et le ton employé confèrent une humanité attractive et un côté compatissant. Ce fut un subtil rhéteur et il reste à ce jour un des auteurs les plus fins dans la langue de son temps. Bien que ses écrits présentent des propos didactiques typiquement médiévaux, il a aussi beaucoup en commun avec les autres courants artistiques du nord de l'Europe tels le réalisme des peintures flamandes, la candeur historique de John Barbour ou le scepticisme narratif de Chaucer. Un exemple en est son utilisation subtile de la psychologie pour amener le caractère individuel, prudemment dramatisé, à des situations reconnaissables de la vie courante qui tendent à éviter les éléments fantastiques. Ce qui nous est resté de son travail aboutit à presque 5000 lignes.

Pages équivalentes