Sadeq Hedayat (1903-1951)

Pays :Iran
Langue :persan
Naissance :Téhéran, 17-02-1903
Mort :Paris, 10-04-1951
Note :
Né à Téhéran , mort à Paris. - Nouvelliste
Autres formes du nom :Ṣādeq Hedāyat (1903-1951)
صادق هدایت (1903-1951) (persan)
Sadegh Hedayat (1903-1951) (persan)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 0844 961X

Ses activités

Auteur du texte19 documents

Éditeur scientifique2 documents

Auteur de lettres1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Sadeq Hedayat (1903-1951)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • L'abîme / Sadeq Hedayat, 1987

Autres formes du nom

  • Ṣādeq Hedāyat (1903-1951)
  • صادق هدایت (1903-1951) (persan)
  • Sadegh Hedayat (1903-1951) (persan)
  • Ṣādiq Hidāyat (1903-1951)

Biographie Wikipedia

  • Sadegh Hedayat (en persan : صادق هدایت), né à Téhéran le 17 février 1903 et mort à Paris le 9 avril 1951, est un écrivain et traducteur iranien. Hedayat est considéré comme l'un des plus grands écrivains de l'Iran moderne. Il est contemporain, entre autres, des écrivains iraniens Houshang Golshiri, Mohammad-Ali Djamalzadeh et Sadegh Choubak. C'est à Hedayat que l'on doit pour la première fois en Iran une véritable écriture romanesque, car avant lui la littérature n'était que presque exclusivement représentée par la poésie, avec sa prosodie particulière.Il est surtout célèbre pour son roman La Chouette aveugle, salué par les surréalistes lors de sa parution en français en 1953.Auteur d'une littérature crépusculaire et insolite, hanté par ses démons et vivant en marge de la société, il porte un regard désespéré, teinté d'une ironie impitoyable, sur l'absurdité du monde et l'inguérissable folie de l'âme humaine. Esprit libre dans la lignée d'Omar Khayyam – dont il fit paraître une édition critique des Chants –, il fut aussi un satiriste iconoclaste, influencé à la fois par les maîtres modernes de l'Europe, notamment Franz Kafka, et par le folklore et les traditions de la Perse antique.« Pessimiste incurable », grand amateur de vodka et d'opium, Hedayat se suicide dans la misère et l'extrême solitude en avril 1951 dans son appartement de la rue Championnet, à Paris. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

Pages équivalentes