Marcelo Torcuato de Alvear (1868-1942)

Image non encore disponible
Pays :Argentine
Langue :espagnol; castillan
Sexe :masculin
Naissance :Buenos Aires, 1868
Mort :Buenos Aires, 03-1942
Note :
Homme politique. - Député de 1912 à 1916. - Ambassadeur d'Argentine à Paris (1917-1922). - Président de la République d'Argentine de 1922 à 1928
ISNI :ISNI 0000 0000 2512 9733

Ses activités

Auteur de lettres1 document

  • Alvear, M.-T. de

    Cote : 4-COL-113(107)
    Contenu dans les archives et manuscrits : Fonds André Antoine (1858-1943). A. André Antoine. II. Lettres reçues par André Antoine. A. Allembert, Robert - Alvear, M.-T. de

    [catalogue BnF archives et manuscrits][ark:/12148/cc103376q/cN11BC3]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Marcelo Torcuato de Alvear (1868-1942)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • GDEL

Biographie Wikipedia

  • Máximo Marcelo Torcuato de Alvear Pacheco, plus connu comme Marcelo T. de Alvear, (né le 4 octobre 1868 à Buenos Aires - décédé à Don Torcuato le 23 mars 1942), est un homme politique argentin, qui fut élu Président de la Nation entre le 12 octobre 1922 et le 12 octobre 1928. Il fut le leader de la faction antipersonnaliste du parti de l'Unión Cívica Radical, en opposition avec la figure charismatique d' Hipólito Yrigoyen. Il naquit le 4 octobre 1868 à Buenos Aires. Neveu de général Carlos María de Alvear et fils du premier intendant de Buenos Aires, Torcuato de Alvear, Marcelo T. de Alvear appartenait à l'aristocratie de la ville de Buenos Aires et n'essaya jamais de le dissimuler, fait qui le différenciait du caractère populaire de son rival Yrigoyen. Il avait épousé la cantatrice d'opéra Regina Pacini.Durant son gouvernement (1922-1928), l'économie argentine atteignit la situation la plus prospère de toute son histoire. Après le renversement d'Yrigoyen suite au putsch de 1930, il assuma le contrôle de son parti et l'opposition infructueuse aux gouvernements de la Décade infâme, incluant la révolution avortée de 1932, qui fit qu'Alvear fut détenu puis exilé en Europe. Il revint et fut à nouveau candidat à la présidence aux élections de 1937, mais il fut victime de ce qu'on appela la fraude patriotique.Il mourut le 23 mars 1942.Portail de l’Argentine Portail de l’Argentine Portail de la politique Portail de la politique

Pages équivalentes