Paul Touvier (1915-1996)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :03-04-1915
Mort :17-07-1996
Note :
Chef du service de renseignement de la Milice pour la région de Lyon sous le régime de Vichy
Domaines :Histoire de la France
ISNI :ISNI 0000 0000 5510 1969

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Contenu dans : L'affaire Touvier

    [Lettre à Edmond Michelet]. - [1]

    Description matérielle : 383 p.
    Description : Note : En appendice, lettre de Paul Touvier à Edmond Michelet, 16 mai 1960
    Édition : Bouère : D. Martin Morin , 1994

    [catalogue]
  • Touvier m'a avoué

    Description matérielle : 190 p.
    Description : Note : Contient un choix de documents
    Édition : Paris : M. Lafon , 1989
    Autre auteur du texte : Claude Flory

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35027474t]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Paul Touvier (1915-1996)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Touvier m'a avoué / [propos recueillis par] C. Flory, 1989
  • Ouvrages de reference : L'année 1994 dans "Le Monde" / B. Camus-Lazaro, 1995
    Monde, 1995-03-17
    Libération, 1996-07-18
    Touvier et l'Église : rapport de la Commission historique instituée par le cardinal Decourtray / [sous la dir. de] René Rémond, 1992
  • Catalogues de la BnF : BnF, Département de l'Audiovisuel, DONAUD0601. [Fonds de l'IHESI-INHES et du CESDIP : Récits de vie de policiers. Entretien avec Jacques Delarue] (2004)

Biographie Wikipedia

  • Paul Claude Marie Touvier, né le 3 avril 1915 à Saint-Vincent-sur-Jabron (Basses-Alpes) et mort le 17 juillet 1996 à la prison de Fresnes (Val-de-Marne), est un ancien fonctionnaire de police collaborationniste, condamné à mort en 1946 et en 1947 pour un des nombreux crimes commis en tant que chef de la milice lyonnaise durant l'occupation de la France par l'Allemagne nazie : l'exécution des sept Juifs au cimetière de Rillieux.Fugitif, il est gracié en 1971 par le président Georges Pompidou mais des plaintes pour crimes contre l'humanité imprescriptibles étant déposées contre lui, il repart en « cavale » dans les réseaux catholiques, puis est finalement arrêté en 1989 et jugé. Il est le premier Français condamné pour crimes contre l'humanité en 1994.

Pages équivalentes