Jean Claude Duvalier (1951-2014)

Image non encore disponible
Pays :Haïti
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :03-07-1951
Mort :04-10-2014
Note :
Homme d'État haïtien. - A été surnomme Bébé Doc
Autre forme du nom :Bébé Doc (1951-2014)
ISNI :ISNI 0000 0000 7859 5869

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jean Claude Duvalier (1951-2014)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Les Duvaliéristes après Duvalier [Texte imprimé] / Gérard Barthélemy. - Paris : L'Harmattan, 1992.
  • GDEL
    Intern. WW, 1989-90
    Libération, 2014-10-06

Autre forme du nom

  • Bébé Doc (1951-2014)

Biographie Wikipedia

  • Jean-Claude Duvalier, dit « Baby Doc » ou « Bébé Doc », né le 3 juillet 1951 à Port-au-Prince, et mort à Pétionville le 4 octobre 2014 d'une crise cardiaque, est un homme politique haïtien déchu, soi-disant « président à vie ».Il est reconnu président de la République d'Haïti de 1971 à 1986, après la mort de son père, le Dr François Duvalier, dit « Papa Doc », titulaire « à vie » du poste. Durant sa prise de pouvoir, le fils introduit des changements politiques par rapport au régime de son père et il délègue beaucoup d'autorité à ses conseillers, bien que des milliers d'Haïtiens soient assassinés ou torturés et que des centaines de milliers quittent le pays. Alors que le pays est l'un des plus pauvres des Amériques, il maintient un train de vie fastueux, incluant un mariage ayant coûté en 1980 deux millions de dollars américains, et accumule des millions de dollars en s'impliquant dans le trafic de drogues ainsi que d'organes ou de corps d'Haïtiens morts.Les relations entre Haïti et les États-Unis s'améliorent sous la présidence du fils Duvalier, pour plus tard se détériorer sous l'administration Carter, puis pour seulement s'améliorer sous Ronald Reagan, notamment à cause de l'anti-communisme de la famille Duvalier.Le 16 janvier 2011, il embarque à bord d'un avion d'Air France et rentre à Haïti après 25 ans d'exil en France, en compagnie de sa femme Véronique Roy. Il atterrit à Port-au-Prince et déclare aux journalistes qu'il revient « pour aider le peuple haïtien ». Le jour suivant, il est arrêté par la police haïtienne, faisant face à de possibles accusations de détournement de fonds. Le 18 janvier, Duvalier est accusé de corruption. Il lui est interdit de quitter le pays en attendant son procès à Port-au-Prince.Après trois refus de comparaître, il se présente pour la première fois devant la cour d'appel de Port-au-Prince le 28 février 2013. Puis, en février 2014, la cour d'appel de Port-au-Prince a finalement décidé qu'il pouvait être jugé pour « crimes contre l'humanité », estimant les faits « imprescriptibles ».

Pages équivalentes