Vinobā (1895-1982)

Pays :Inde
Langue :marathe
Sexe :masculin
Naissance :Gagoda, Kaloba (Maharashtra, Inde), 11-09-1895
Mort :15-11-1982
Note :
Écrivait en marathi et en anglais
Brahman Chitpavan. - Homme politique et philosophe. - Disciple du Mahatma Gandhi (depuis 1916). - Fondateur du mouvement de réforme sociale "Bhudan Yajna" (en 1951). - Leader du mouvement de réforme socio-économique "Shanti Sena"
Autres formes du nom :विनॊबा (1895-1982) (marathe)
Ācārya Vinobā (1895-1982) (marathe)
आचार्य विनॊबा (1895-1982) (marathe)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 2133 5158

Ses activités

Auteur du texte4 documents

  • Gītā-pravacana [tathā] Sthitaprajña-darśana

    Description matérielle : 284-169 p.
    Description : Note : Texte en caractères devanagari
    Édition : Naī Dillī : Sastā Sāhitya Maṇḍala-prakāśana , 1954
    Traducteur : Hari bhāū Upādhyāya

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb357998386]
  • Acharya Vinobâ. La Révolution de la non-violence

    Édition : Paris, A. Michel ; (Lagny-sur-Marne, impr. d'E. Grevin et fils) , 1958. In-16 (20 cm), 365 p., portr., couv. ill. 1 500 fr. [D. L. 14582-58] -VIIe-IIg-
    Préfacier : Lanza Del Vasto (1901-1981)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32347685j]
  • Contenu dans : Gītā-pravacana [tathā] Sthitaprajña-darśana

    Sthitaprajña-darśana. - [1]

    Description matérielle : 284-169 p.
    Description : Note : Texte en caractères devanagari
    Édition : Naī Dillī : Sastā Sāhitya Maṇḍala-prakāśana , 1954

    [catalogue]
  • Talks on the Gita

    Description matérielle : 267 p.
    Description : Note : Discours prononcés par l'auteur devant ses compagnons à la prison Dhulia, Bombay, 1932
    Édition : New York : Macmillan , 1960

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb354411739]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Vinobā (1895-1982)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Talks on the Gita / Acharya Vinoba Bhave, 1960
  • Ouvrages de reference : Natl. bibliogr. of Indian lit. / gen. ed. B. S. Kesavan ; V. Y. Kulkarni, 1962, Vol. I, p. 302 : Bhave, Vinoba
    Natl. bibliogr. of Indian lit. / gen. ed. B. S. Kesavan, 1970, vol. 3, p. 5 : Bhāve, Vināyak Narahar (1895- )
    Dict. of natl. biography / ed. by S. P. Sen, 1972 : Bhave, Vinayak Narahari (1895- )
    Encyclopaedia Indica / J. S. Sharma, 1975 : Bhave, Acharya Vinoba (1895- )
    Dict. de la civilisation indienne / Louis Frédéric, 1987 : Bhave, Âchârya Vinoba (1895-1982)
    GDEL
    BEPI, 1979
    LCNA, 1985 : Vinobā, 1895-1982
  • Catalogues de la BnF : BnF service indien, 2013-09-13
    BN Cat. gén. suppl. : Vinoba, Acharya
    BN Cat. gén. 1960-1969

Autres formes du nom

  • विनॊबा (1895-1982) (marathe)
  • Ācārya Vinobā (1895-1982) (marathe)
  • आचार्य विनॊबा (1895-1982) (marathe)
  • Ācārya Vinobā (1895-1982) (marathe)
  • आचार्य विनॊबा (1895-1982) (marathe)
  • Vinoba Bhave (1895-1982) (marathe)
  • Vinoba Bhave (1895-1982) (marathe)
  • Acharya Vinoba Bhave (1895-1982) (marathe)
  • Acharya Vinoba Bhave (1895-1982) (marathe)
  • Acharya Vinoba (1895-1982) (marathe)
  • Vināyak Narahar Bhāve (1895-1982) (marathe)
  • Vināyak Narahar Bhāve (1895-1982) (marathe)
  • Vinayak Narahari Bhave (1895-1982) (marathe)
  • Vinayak Narahari Bhave (1895-1982) (marathe)

Biographie Wikipedia

  • Vinoba Bhave (विनोबा भावे), né le 11 septembre 1895 et mort le 15 novembre 1982, est un disciple de Gandhi, dont il a poursuivi et amplifié le travail après sa mort.En effet, bien que Gandhi ne dissociât jamais de son œuvre émancipatrice deux versants complémentaires, qu'il concevait comme inséparables (d'une part l'indépendance de l'Inde, et d'autre part l'autonomie des villages), il convient cependant de considérer qu'en pratique, seul le premier aspect a absorbé ses efforts jusqu'à sa mort. Plusieurs années après, Vinoba Bhave, fils d'une pieuse famille de brahmanes, celui que le Gandhi considérait comme le plus cher de ses disciples, reprit, poursuivit et approfondit le projet global d'émancipation non violente du peuple indien. C'est donc lui qui entreprit, à pied, de réaliser l'objectif de l'autonomie des villages, sans quoi d'après Gandhi, l'Indépendance n'eût servi à rien. Voulant se départir, d'une part des dirigeants indiens (dont Jawaharlal Nehru, autre disciple déclaré de Gandhi), résolument tournés vers un processus d'industrialisation massive de l'Inde, et d'autre part, des tendances marxistes, autoritaires, influentes dans certains États de l'Inde, Vinoba Bhave expérimenta de nouveaux modes d'actions non violents. Il s'engagea dans la résolution du problème agraire, dont souffraient des millions de paysans sans terre. Il lança le mouvement de Budhan (don de terre). Dans l'histoire des réformes agraires, cette expérience est à ce jour unique. Fort de ses succès à travers le pays, il décida d'approfondir davantage la cohérence de son mouvement en incitant à faire collectiviser, de manière volontaire, non violente, la totalité des terres, ce que firent certains villages (il est à rappeler que la terre en Inde, avant la colonisation britannique, n'appartenait de facto qu'à ceux qui la travaillaient, c'est-à-dire que la terre n'appartenait à personne : un homme ne peut être « propriétaire » de la terre, la Terre qui est une déesse dans l'hindouisme, une des deux épouses de Vishnou).Sa philosophie est fortement marquée par l'ahimsâ et la compassion envers tout homme, toute créature ; il travailla aussi à la fin de la pratique de l'abattage des vaches dans le pays.Il décide de décéder selon les règles de la mort par inanition, se privant de nourriture pendant de nombreux jours, à l'âge de 87 ans, suivant une pratique sacrée commune aux ascètes hindous et jaïns, auto-sacrifice couronnant une vie pieuse en Inde.Une biographie de Vinoba, à l'époque peu connu en France et encore vivant, parut sous forme d'histoire en images dans le magazine pour la jeunesse Cœurs Vaillants le 17 août 1961 sous le nom de Vinoba le juste. Elle était dessinée par André Chéret.Martin Luther King, qui visita Vinoba Bhave en Inde en févier 1959, aurait dit, au sortir de l'entretien : « C'est un dingue » (« kook »).

Pages équivalentes