Maurice Yaméogo (1921-1993)

Image non encore disponible
Pays :Burkina
Naissance :31-12-1921
Mort :15-09-1993
Note :
Homme d'État de Haute-Volta (devenue Burkina en 1984). Président de la République de 1959 à 1966
ISNI :ISNI 0000 0000 1350 5818

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Maurice Yaméogo (1921-1993)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • GDEL
  • Monde, 1993-09-17

Biographie Wikipedia

  • Maurice Yaméogo (1921-1993) a été de 1959 à 1966, le premier président de la République de Haute-Volta, actuel Burkina Faso.« Monsieur Maurice » a incarné l’État voltaïque au moment de l’indépendance. Pourtant son ascension politique ne s’est pas faite sans difficulté. Membre de l'administration coloniale, Maurice Yaméogo se fraye dès 1946 avec plus ou moins de succès, une place dans le dense paysage politique de la Haute-Volta grâce à ses qualités oratoires. En mai 1957, dans le cadre de la formation du premier gouvernement voltaïque instauré par la loi-cadre Defferre, il intègre le gouvernement de coalition formé par Ouezzin Coulibaly, comme ministre de l'Agriculture sous l'étiquette du Mouvement démocratique voltaïque (MDV). En janvier 1958, menacé par une motion de censure, Ouezzin Coulibaly débauche au profit de l'Union démocratique voltaïque-Rassemblement démocratique africain (UDV-RDA) Maurice Yaméogo et ses alliés à l'assemblée contre l'assurance d'une promotion dans le gouvernement. Maurice Yaméogo se hisse ainsi no 2 du gouvernement avec le portefeuille de l'Intérieur, un poste-clé qui lui permet lorsqu'en septembre 1958 Ouezzin Coulibaly décède, d'assurer l’intérim de chef du gouvernement.Son assise politique bien que mal assurée est par des concours de circonstance renforcée. Maurice Yaméogo peut même imposer ses choix. Ainsi après la proclamation de la République le 11 décembre 1958, il opère en 1959 un surprenant retournement de position vis-à-vis du projet de Fédération du Mali que défendait Léopold Sédar Senghor. L'assemblée constituante voltaïque souhaitait l'adhésion de la Haute-Volta à la Fédération, Maurice Yaméogo opte pour la souveraineté internationale et une intégration régionale se limitant à la sphère économique avec le Conseil de l'Entente. Puis, par le biais de manœuvres discutables, Yaméogo élimine toute opposition parlementaire. L'UDV-RDA épurée de ses adversaires, s’impose en parti unique. La Haute-Volta se trouve avant même l'indépendance, le 5 août 1960, sous le joug de sa dictature.En politique étrangère, jaloux et admiratif du succès international de son confrère ivoirien Félix Houphouët-Boigny, il défie l'Afrique anticommuniste en établissant une éphémère union douanière (1961-1962) avec le très progressiste Ghana de Kwame Nkrumah. Houphouët-Boigny reste néanmoins son meilleur allié, en décembre 1965 Yaméogo signe avec lui un accord devant instaurer la double nationalité pour les ressortissants ivoiriens et voltaïques. Ce projet n'a pas le temps d'aboutir. Le 3 janvier 1966, dans un contexte de rigoureuses mesures d’austérité financière, son régime corrompu, rythmé par ses sautes d’humeur est renversé par une manifestation pacifique organisée par les forces vives de la nation voltaïque : les syndicats, la chefferie dite traditionnelle et le clergé. S’ensuit pour Maurice Yaméogo, une atimie liée à sa gestion douteuse des finances. En 1993, il décède après avoir été réhabilité par le président de la République Blaise Compaoré.

Pages équivalentes