Manuel (empereur d'Orient, 1122?-1180)

Image non encore disponible
Langue :grec ancien (jusqu'à 1453)
Naissance :1122
Mort :24-09-1180
Note :
Empereur d'Orient de 1143 à 1180
Domaines :Histoire de l'Europe
Autres formes du nom :Manuel Comnène (empereur d'Orient, 1122?-1180)
Manuel Comnène (empereur d'Orient, 1122?-1180)
ISNI :ISNI 0000 0001 1876 9641

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Manuel (empereur d'Orient; 1122?-1180)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • GLU
    Mourre
    Rulers and governments of the world

Autres formes du nom

  • Manuel Comnène (empereur d'Orient, 1122?-1180)
  • Manuel Comnène (empereur d'Orient, 1122?-1180)

Biographie Wikipedia

  • Manuel Ier Comnène (en grec byzantin Μανουήλ Α’ Κομνηνός / Manouếl A Komnênós) (28 novembre 1118 – 24 septembre 1180) est empereur byzantin (1143-1180) à une période charnière pour l’empire. Manifestant sa volonté de le restaurer dans sa gloire passée et de réaffirmer Byzance dans sa suprématie sur le monde méditerranéen au XIIe siècle, Manuel poursuit une politique étrangère ambitieuse et énergique. Pour ce faire, il s’allie au pape et aux puissances occidentales montantes, envahit l’Italie, maîtrise le passage de la deuxième croisade à travers son empire et établit un protectorat byzantin sur les royaumes croisés d’Outremer. Faisant face au djihad islamique en Terre sainte, il fait cause commune avec le Royaume de Jérusalem et participe à l’invasion de l’Égypte fatimide. Manuel recompose la carte politique des Balkans et de la Méditerranée orientale en plaçant les royaumes de Hongrie et d’Outremer sous l’hégémonie byzantine et en menant des campagnes agressives aussi bien à l’ouest qu’à l’est. Toutefois, vers la fin de son règne, les réalisations de Manuel en Anatolie sont compromises par la défaite à la bataille de Myriokephalon.L’historien latin Guillaume de Tyr décrit Manuel comme sage, bon et brave. Manuel est aussi loué par Robert de Clari comme étant . Une telle estime pour un souverain byzantin est rare parmi les chroniqueurs occidentaux, et cette réputation positive a mené quelques historiens modernes à le voir comme un innovateur inspiré qui compte plus sur la coopération que sur la confrontation avec l’Occident et les Croisés.Nommé Megas (Μέγας, « le Grand ») à Byzance, Manuel est connu pour avoir inspiré une loyauté intense à ceux qui l’ont servi. Il apparaît comme un héros dans une histoire écrite par son secrétaire Jean Kinnamos et chez qui on retrouverait toutes les vertus : du courage au combat, en passant par l’intelligence, l’humanité, jusqu’à des compétences en philosophie et même en médecine. Jean Phokas, un soldat qui combat dans l’armée de Manuel, le décrit comme un glorieux empereur, .Manuel est de plus renommé pour son charisme et son affinité pour l’Occident, ce qui l’amène à organiser des joutes et même à y participer, chose inhabituelle pour les Byzantins. Il est représentatif d’un nouveau genre de souverains byzantins dont la pensée est influencée par les croisés occidentaux. Homme de guerre accompli et doté d’un grand courage, Manuel s’est consacré aux armes tout au long de son règne avec diverses fortunes.

Pages équivalentes