Makarios III (archevêque de Chypre, 1913-1977): nom en religion

Pays :Chypre
Langue :grec moderne (après 1453)
Naissance :Anó Panaghiá (Chypre), 13-08-1913
Mort :Nicosie (Chypre), 03-08-1977
Note :
Prélat et homme d'État. - Élu archevêque et ethnarque de Chypre en 1950. - Premier président de la République de Chypre (de 1960 jusqu'au 15 juillet 1974)
Autres formes du nom :Michail Christodoulou Mouskos (1913-1977)
Mihaēl Hristodoulou Mouskos (1913-1977)
Michail Christodoulous Mouscos (1913-1977)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 0909 0637

Ses activités

Préfacier1 document

Auteur du texte1 document

Auteur ou responsable intellectuel1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Makarios III (archevêque de Chypre; 1913-1977)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : The Holy, royal monastery of Kykko founded with a cross / text by his very Reverence the abbot of Kykko Chrysostomos ; pref. by his Beatitude the archbishop of Nea Justiniane and all Cyprus Makarios III, 1969
  • Ouvrages de reference : GLE ; GDEL
    Encycl. Grèce ; Encycl. Chypre
    Bibliogr., Chypre 1991
  • Catalogues de la BnF : BN Service grec

Autres formes du nom

  • Michail Christodoulou Mouskos (1913-1977)
  • Mihaēl Hristodoulou Mouskos (1913-1977)
  • Michail Christodoulous Mouscos (1913-1977)
  • Michaël Mouskos (1913-1977) (anglais)
  • Makarios G' (archevêque de Chypre, 1913-1977)
  • Macarios III (archevêque de Chypre, 1913-1977)

Biographie Wikipedia

  • Mikhaíl Khristodoúlou Moúskos (grec Μιχαήλ Χριστοδούλου Μούσκος), né le 13 août 1913 à Ano Panaïa (en) et mort le 3 août 1977 à Nicosie, fut archevêque et primat de l'Église orthodoxe de Chypre sous le nom de Makários III (grec Μακάριος Γ΄) de 1950 à sa mort.Il fut élu président de la République de Chypre en décembre 1959 et prit ses fonctions le 16 août 1960 à l'indépendance de Chypre. Réélu en 1968 et 1973, il resta en fonctions jusqu'à sa mort, sauf pendant une brève période en 1974 quand il fut déposé par un coup d'État militaire soutenu par la junte au pouvoir en Grèce.En tant qu'évêque ayant assumé des fonctions de chef d'État, il est souvent appelé « ethnarque », en particulier en langue grecque, c'est-à-dire « chef d'une nation ». Ce titre est une réminiscence du système ottoman des millets.

Pages équivalentes