Túpac Catari (1750-1781)

Image non encore disponible
Pays :Bolivie
Langue :espagnol; castillan
Naissance :1750
Mort :1781
Note :
Chef indien de la tribu des Aymara en Bolivie
Autres formes du nom :Tupak Katari (1750-1781)
Julián Apaza Nina (1750-1781)
Julián Apaza Nina (1750-1781)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 5400 1536

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Túpac Catari (1750-1781)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • LCNA, 1987-1993

Autres formes du nom

  • Tupak Katari (1750-1781)
  • Julián Apaza Nina (1750-1781)
  • Julián Apaza Nina (1750-1781)
  • Julián Apaza (1750-1781)

Biographie Wikipedia

  • Julián Apaza Nina, mieux connu sous le nom de Túpac Katari, Túpaj Katari, ou simplement Katari (Ayo Ayo, province de Sica Sica, vice-royauté du Pérou, 1750 – La Paz, 15 novembre 1781), était un chef rebelle aymara qui dirigea en 1781 dans le Haut-Pérou (actuelle Bolivie) un soulèvement indien contre la tutelle espagnole.Ce soulèvement armé, qui fit directement suite à la révolte de Túpac Amaru II, survenue plus au nord, s’en distingue cependant par une prédominance en son sein de l’ethnie aymara (alors que l’élément quechua était prépondérant chez les tupamaristes) et par des positions plus radicales, les tupacataristes dédaignant notamment de convier les criollos (personnes de souche européenne nées dans les colonies) à se joindre à leur mouvement et se laissant au contraire aller jusqu’à les massacrer en même temps que les Espagnols. À la différence de Túpac Amaru, Túpac Katari n’était pas issu de l’aristocratie indienne, mais était d’extraction modeste, ce qui explique sans doute le fonctionnement plus démocratique de son mouvement.À la tête de plusieurs dizaines de milliers de combattants indiens, il mit par deux fois, mais en vain, le siège devant La Paz. Battu par les troupes espagnoles, trahi et finalement capturé, il fut mis à mort et démembré. Lui et sa femme Bartolina Sisa font figure aujourd’hui en Bolivie de héros légendaires et sont célébrés comme précurseurs de l’indépendance nationale.

Pages équivalentes