Jean de Roquetaillade (1310?-1366?)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :latin
Sexe :masculin
Naissance :1310
Mort :1366
Note :
Franciscain
Domaines :Philosophie
Religion
Autres formes du nom :Johannes de Rupescissa (1310?-1366?) (latin)
Jean de la Rochetaillée (1310?-1366?) (français)
Jean de Rochetaillade (1310?-1366?) (français)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 1575 9747

Ses activités

Auteur du texte9 documents2 documents numérisés

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jean de Roquetaillade (1310?-1366?)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Liber secretorum eventuum / Johannes de Rupescissa ; éd. critique, trad. Christine Morerod-Fattebert, 1994
    Vade mecum in tribulatione / Giovanni di Rupescissa ; edizione critica a cura di Elena Tealdi, 2015
  • Ouvrages de reference : DBF ; Grente, Moyen-âge : Jean de Roquetaillade
    Potthast 2 : Johannes de Rupescissa
    Franciscan authors : Joannes de Rupescissa (2016-05-24)
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : Jean de Roquetaillade

Autres formes du nom

  • Johannes de Rupescissa (1310?-1366?) (latin)
  • Jean de la Rochetaillée (1310?-1366?) (français)
  • Jean de Rochetaillade (1310?-1366?) (français)
  • Joannes de Rupescissa (1310?-1366?) (latin)
  • Johannes de Rupecissa (1310?-1366?) (latin)
  • Johannes de Ruppecisa (1310?-1366?) (latin)
  • Giovanni di Rupescissa (1310?-1366?) (italien)
  • John of Rupescissa (1310?-1366?) (anglais)

Biographie Wikipedia

  • Jean de Roquetaillade (en latin Johannes de Rupescissa) (Yolet ou Marcolès vers 1310 - Avignon 1366) est un frère mineur français du couvent d'Aurillac, « théologien, prophète, polémiste et alchimiste ». Auteur d'écrits critiques et prophétiques, rédigés dans un style à la fois poétique et grandiloquent, il s'attaque au haut-clergé, aux puissants, et prévoit une grande révolution qui abolira tous leurs privilèges et renversera la royauté. Il passa la majeure partie de ses vingt dernières années emprisonné dans une cellule à Avignon, sous les accusations d'hérésie, de fausses prophéties et de magie. En alchimie, il est l'introducteur de la notion de quintessence, qu'il déclarait pouvoir obtenir par distillations successives de l'aqua ardens (l'alcool).« Il légua ainsi à la postérité l'image d'un Arnaud de Villeneuve inventeur de l'analogie [alchimique] lapis = christus et d'une alchimie médicale dont il tira parti en s'appliquant par ses propres travaux à livrer au monde un puissant médicament régénérateur, seul remède capable d'anéantir les effets désastreux de l'Antéchrist : l'alcool. »

Pages équivalentes