Marcial Maciel (1920-2008)

Image non encore disponible
Pays :Mexique
Langue :espagnol; castillan
Naissance :10-03-1920
Mort :30-01-2008
Note :
Prêtre (ordonné en 1944 à Mexico). - Directeur général de la Congrégation des Légionnaires du Christ (en 1996)
ISNI :ISNI 0000 0001 1436 2967

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • La formation sacerdotale

    Description matérielle : 274 p.
    Description : Note : Index
    Édition : Paris : Mame , 1996
    Traducteur : Ricardo Alvarez

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35819457w]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Marcial Maciel (1920-2008)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Congrégation religieuse de droit pontifical fondée en 1941 et comportant une branche laïque (mouvement Regnum Christi)

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • La formation sacerdotale / Marcial Maciel, 1996
  • Un oui inconditionnel : la vie du père M. Maciel / Gonzague Monzon, impr. 2005
    Monde, 2008-02-03

Biographie Wikipedia

  • Marcial Maciel Degollado (Cotija de la Paz, Michoacan, Mexique 10 mars 1920 - † Jacksonville, Floride, États-Unis, 30 janvier 2008) était un prêtre mexicain, fondateur de la Légion du Christ en 1941, et supérieur général de la congrégation des légionnaires du Christ, qui revendique plus de 700 prêtres et 3 000 séminaristes. Il fonda aussi le Regnum Christi, une association laïque ayant pour vocation l'évangélisation qui revendique plusieurs dizaines de milliers de membres. Proche des papes et notamment de Jean-Paul II, il participa à plusieurs synodes, et devint consultant permanent de la Congrégation pour le clergé. Il a été publiquement accusé d'actes de pédophilie sur leurs personnes par d'anciens séminaristes, en 1956 et 1997, actes pour lesquels il a toujours clamé son innocence. Il s'est retiré de la direction de la Légion du Christ en 2005, à 85 ans, et s'est retiré de toute vie publique en 2006, à la demande du Vatican. Il est mort aux États-Unis en 2008 et est enterré à Cotija de la Paz. Après avoir longtemps soutenu l'innocence de son fondateur, la Légion du Christ a reconnu en 2009 que le père Maciel avait eu une relation stable avec une femme dont il avait eu une fille, et en 2010, la véracité des accusations de pédophilie qui pesaient sur son fondateur. Le 1er mai, le Saint-Siège dénonce explicitement les délits du père Marcial Maciel, le rapport le concernant faisant état de comportements très graves et objectivement immoraux, confirmés par des témoignages incontestables. Les actes commis par lui démontrent, selon le Saint-Siège, une vie sans scrupules et une absence de sentiment religieux authentique.

Pages équivalentes