Friedrich Robert Faehlmann (1798-1850)

Image non encore disponible
Pays :Estonie
Langue :allemand
Naissance :Ao, Estonie, 31-12-1798
Mort :Tartu, Estonie, 22-04-1850
Note :
Écrivain. - Linguiste. - Médecin. - Professeur de langue estonienne à l'Université de Tartu, Estonie
Domaines :Langues
Littératures
ISNI :ISNI 0000 0000 5061 3594

Ses activités

Auteur du texte2 documents

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Friedrich Robert Faehlmann (1798-1850)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Müütilised muistendid / Friedrich Robert Faehlmann, 1979
  • Ouvrages de reference : Eesti kirjarahva leksikon, 1995
    Eesti elulood, 2000
  • Catalogues de la BnF : BnF Service finno-ougrien, balte

Biographie Wikipedia

  • Friedrich Robert Faehlmann, né le 31 décembre 1798 à Ao et décédé le 22 avril 1850 à Tartu) est un philologue estonien, médecin et cofondateur de la Société Savante Estonienne (Õpetatud Eesti Selts).Faehlmann est le fils d'un paysan pauvre estonien. Grâce à l'aide du propriétaire foncier de Payküll-Hackeweid il effectue des études de médecine de 1818 à 1827 à Tartu dans laquelle il exerce par la suite. Il s'intéresse aux récits et légendes de sa région, une passion qui deviendra pas la suite sa principale occupation. En 1842 il devient lecteur en langue estonienne à l'université de Tartu.Sa principale contribution est la collecte des principaux contes du folklore estonien qui seront après sa mort en 1850 rassemblés par Friedrich Reinhold Kreutzwald pour former l'épopée nationale estonienne Kalevipoeg (le fils de Kalev) publiée à Tartu entre 1857 et 1861.Parmi les autres travaux de Faehlmann figurent notamment plusieurs essais en allemand sur la langue estonienne comme « Essais d'organisation de la conjugaison des verbes estoniens » (Tartu 1843), « Au sujet de la déclinaison des noms estoniens » (Tartu 1844). Le bulletin de la société savante, publié à compter de 1840, contient également un grand nombre d'articles de Faehlmann.

Pages équivalentes