Jorge Eliécer Gaitán

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • Jorge Eliécer Gaitán

    [textos escogidos]

    Description matérielle : 149 p.
    Édition : Montevideo : Biblioteca de marcha , 1972
    Éditeur scientifique : Luis Emiro Valencia

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35192500z]
  • Obras selectas

    Description matérielle : 2 vol. (381 p., 312 p.)
    Description : Note : Contient en particulier la « Tesis de grado » de l'auteur, soutenue sous le titre : « Las Ideas socialistas en Colombia » et sa « Tesis doctoral » : « Criterio positivo de la premeditación » : Derecho penal : Real Universidad de Roma : 1927
    Édition : Bogotá : Impr. Nacional , 1979
    Éditeur scientifique : Jorge Mario Eastman Vélez

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35638226w]
  • Oraciones

    Description matérielle : 18 cm, 64 p., couv. ill., multigr
    Description : Note : Colección Tribunos del pueblo. 1
    Édition : Bogotá, Editorial publicitaria, , s.d.

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb351835914]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jorge Eliécer Gaitán

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Biographie Wikipedia

  • Jorge Eliécer Gaitán Ayala, né le 23 janvier 1898 à Bogota et mort le 9 avril 1948, est un homme politique colombien, issu de la classe moyenne et très populaire en son temps. Il se lance très tôt dans la politique, défendant la candidature de Guillermo Valencia lors de l'élection présidentielle de 1918. Par la suite, il dénonce en 1929 les évènements et les injustices commises à Ciénaga lors du massacre des bananeraies. Après avoir rompu avec le Parti libéral et créé l’Unión Nacional Izquierdista Revolucionaria en 1933, il réintègre le Parti libéral en 1935. Par la suite, il occupe différents postes, notamment ceux de maire de Bogota, ministre de l’Éducation nationale et ministre du Travail. Un temps dissident du Parti libéral colombien, il en devient le leader en 1947 après avoir échoué à l'élection présidentielle de 1946. Gaitán, qui est très proche des classes moyennes et aux faibles revenus, est l’un des premiers en Colombie à parler de politique sociale, souhaitant notamment démocratiser la culture, nationaliser l’enseignement et améliorer les conditions de travail des ouvriers.Son assassinat à Bogota le 9 avril 1948, alors qu’il est candidat à la présidentielle de 1950, est marqué par une éruption de violence connue sous le nom de Nueve de Abril (ou Bogotazo à Bogota) qui est le début de La Violencia, une période de troubles qui dure jusqu’au milieu des années 1950. Gaitán est devenu un mythe colombien, au point de voir son image figurer sur les billets de mille pesos colombiens.

Pages équivalentes