Hieronymus von Colloredo (1732-1812)

Image non encore disponible
Pays :Autriche
Langue :allemand
Sexe :masculin
Naissance :31-05-1732
Mort :20-05-1812
Note :
Prince-archevêque de Salzbourg. - Amateur d'art et réformiste religieux
Domaines :Religion
Musique
Autres formes du nom :Hieronymus Joseph Franz von Colloredo-Waldsee-Mels
Hieronymus Joseph Franz von Colloredo- Waldsee-Mels
Hieronymus Joseph Franz von Colloredo-Waldsee- Mels
ISNI :ISNI 0000 0000 5954 9461

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Contenu dans : Der Aufgeklärte Reformkatholizismus in Österreich...

    [Hiztenbrief. 1782.]. - [2]

    Description matérielle : 106 p.
    Description : Note : Réunit les lettres pastorales de J.J. Trautson, archevêque de Vienne, 1752, celle de J.K. Herberstein, évêque de Laibach, 1782 et celle de H.J.F. von Colloredo-Waldsee-Mels, archevêque de Salzbourg, 1782. _ Bibliogr. p. 6-7
    Édition : Bern ; Frankfurt am Main : H. Lang , 1976

    [catalogue]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Hieronymus von Colloredo (1732-1812)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Hieronymus Joseph Franz von Colloredo-Waldsee-Mels
  • Hieronymus Joseph Franz von Colloredo- Waldsee-Mels
  • Hieronymus Joseph Franz von Colloredo-Waldsee- Mels

Biographie Wikipedia

  • Hieronymus Joseph Franz de Paula Graf von Colloredo-Wallsee und Mels, (ou comte Jérôme Joseph François de Paule de Colloredo-Wallsee et Mels) (31 mai 1732 - 20 mai 1812) fut Prince-évêque de Gurk à partir de 1761 et Prince-archevêque de Salzbourg de 1771 à 1803, à cette date l'archevêché fut sécularisé et donné à l'ex-grand-duc Ferdinand III de Toscane.Grand seigneur, le prélat est connu pour avoir été le premier employeur de Léopold Mozart puis du fils de celui-ci Wolfgang Amadeus Mozart. Il autorisa Léopold à entamer un tour d'Europe pour présenter son fils prodige aux différentes cours.Il était cependant extrêmement gêné par les fréquentes absences des Mozart. De retour à Salzbourg après un voyage à Munich, Mozart doit suivre son employeur à Vienne, où le prince-archevêque le traite publiquement de « voyou » et de « crétin » avant de le congédier avec ces mots : « Mag er geh'n, ich brauch' ihn nicht ! » (« Qu'il parte, je n'ai pas besoin de lui ! »).

Pages équivalentes