Frédéric de Clarac (1777-1847)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Paris (France), 16-06-1777
Mort :Paris (France), 20-01-1847
Note :
Archéologue. - Homme de lettres. - Spécialiste de l'art antique. - État-civil complet : Charles-Othon-Frédéric-Jean-Baptiste de Clarac
Domaines :Art
Archéologie. Préhistoire. Histoire ancienne
ISNI :ISNI 0000 0000 6628 7957

Ses activités

Auteur du texte23 documents13 documents numérisés

Contributeur2 documents1 document numérisé

Illustrateur1 document

  • [Recueil. Oeuvre de Charles-Othon-Frederic Clarac comte de]

    Description matérielle : Doc. iconogr. : formats divers
    Description : Note : Peintre & archéologue français. - 1777-1817

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40387190d]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Musée de sculpture antique et moderne / par le Cte Frédéric de Clarac, 1841
  • Ouvrages de reference : DBF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Biographie Wikipedia

  • Le comte Charles Othon Frédéric Jean Baptiste de Clarac né à Paris en 1777 et mort à Paris en 1847, dessinateur, un savant et un archéologue français, conservateur des Antiquités et de la Sculpture moderne du Musée du Louvre de 1818 à sa mort.Il émigra, rentra en France sous le Consulat, après s'être formé par les voyages, et par ses propre forces en archéologie, en dessin, en chimie, en plusieurs langues étrangères, dont le Grec ancien. Il vécut d'abord petitement à Paris de travaux de journalisme. Suivant les classes d'histoire et de littérature ancienne de l'institut, il s'y fit remarquer et devint précepteur des enfants du roi de Naples, Joachim Murat en 1808. Il fut chargé par ce prince de diriger les fouilles de Pompéi.Rentré en France à la Restauration des Bourbons, il obtint la permission d'accompagner l'ambassade du duc de Luxembourg au Brésil en 1816. Il en revint en s'arrêtant en Guyane et aux Antilles. Nommé en 1818 conservateur des antiques au musée du Louvre, il en publia en 1820 une description sur le plan défini par son prédécesseur Ennius Quirinus Visconti. C'est alors qu'il exerçait ces fonctions que le musée acquit la Vénus de Milo dont il fit une notice spéciale en 1821. En 1830 parut l'édition définitive de sa Description du musée du Louvre. Il fut admis en 1838 à l'Académie des beaux-arts comme membre libre. Selon son biographe Alfred Maury

Pages équivalentes