Qing ling Song (1893-1981)

Image non encore disponible
Pays :Chine
Langue :chinois
Sexe :féminin
Naissance :27-01-1893
Mort :29-05-1981
Note :
Femme politique. - Présidente honoraire de la République populaire de Chine (en 1981). - Épouse de Sun Zhongshan
Domaines :Histoire du reste du monde
Autres formes du nom :庆龄 宋 (1893-1981) (chinois)
Qingling Song (1893-1981)
Ch`ing-ling Sung (1893-1981)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 2123 3477

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Qing ling Song (1893-1981)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Woman in world history : life and times of Soong Ching Ling (Mme Sun Yatsen) / Israel Epstein, 1995
    Les trois soeurs Soong / Bernard Brizay, DL 2007
  • Ouvrages de reference : LC Authorities (2003-05-23)
  • Catalogues de la BnF : BnF Service Chinois

Autres formes du nom

  • 庆龄 宋 (1893-1981) (chinois)
  • Qingling Song (1893-1981)
  • Ch`ing-ling Sung (1893-1981)
  • Ch`ing-ling Sung Sun (1893-1981)
  • Qingling Sun Song (1893-1981)
  • Ching-ling Soong (1893-1981)
  • Ching-ling Sun Soong (1893-1981)
  • Ch`ing-ling Sun Sung (1893-1981)
  • Keirei S¯o (1893-1981)
  • Song Qing Ling (1893-1981)
  • Soong Ching Ling (1893-1981)
  • Rosamonde Soong (1893-1981)
  • Suzie (1893-1981)
  • Suzi (1893-1981)

Biographie Wikipedia

  • Rosamond Soong, Soong Ch'ing-ling ou Sòng Qìnglíng (si : 宋庆龄 ;tr : 宋慶齡) (27 janvier 1893 - 29 mai 1981), deuxième fille de Charles Soong et sœur de Song Meiling, fut Madame Sun Yat-sen, deuxième épouse du « Père de la Chine moderne » et héritière de sa mission politique. Elle fut membre du Kuomintang, puis à partir de 1948 de son comité révolutionnaire, qui deviendra un parti mineur de Chine populaire. Seule membre de la famille Soong à rester en Chine après cette date, elle s’efforça d’y faire appliquer les idées de son mari, occupa un certain nombre de fonctions officielles - en majorité honorifiques - et se consacra à l’enfance et au social. À la veille de sa mort, elle fut inscrite d’office au parti communiste et nommée présidente honoraire de la République. En tant qu’épouse de Sun Yat-sen, elle est parfois appelée « mère de la Chine moderne » (guomu 國母), et est l'une des trois sœurs Soong.

Pages équivalentes