Correspondance des représentans du peuple... avec leur commettans

Langue : français
Titre complet :Correspondance des représentans du peuple Stevenotte (de Sambre-et-Meuse), Dessaix (du Mont-Blanc), Dethier (de l'Ourthe), et de plusieurs autres députés avec leur commettans
Date de création :1798
Fin de publication :1798
Périodicité :Quotidien
Numéros :N° 1. Du 1er vendémiaire [an VII] [22 septembre 1798] - N° 62. Du 2 frimaire [an VII] [22 novembre 1798]
Tirage :Supprimé par arrêté du Directoire exécutif du 1er frimaire an VII [21 novembre 1798]###L'adresse de l'Imprimerie varie : "rue de Varennes, n° 650, F. G." (1er vend. = 22 sept.) ; "rue du Sépulchre, (n° 643, F. G.)" (2-8 vend. = 23-29 sept.) ; "rue de(s) Varennes" (9 vend.-29 brum. = 30 sept.-19 nov.). - Il est indiqué au n° 3 que le bureau d'abonnement est rue de l'Université, n° 926 ; c'est l'adresse de l'imprimeur René Vatar, dont le nom n'est pas mentionné
Contributeurs :Titre de départ
Lieu de publication :Paris (France)
ISSN :2495-7038

Périodiques en relation

Suite de

  • Périodique : Journal des Francs

    Quotidien

    N° 1er. 18 messidor, an 6 [6 juillet 1798] - N° 69. 26 fructidor, an 6 [12 septembre 1798]

Devient

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Directeur de publication :

  • Autre(s) graphie(s) : Vatar du Bignon. - Variante(s) de prénom : René-François (-Charles). - Imprimeur-libraire ; à Rennes, imprimeur du présidial ; à Paris, imprimeur du Comité de Salut public (29 déc. 1793 - 8 janv. 1795). - Fils de l'imprimeur-libraire de Rennes Julien-Charles Vatar. Franc-maçon. Établi libraire par arrêt du Conseil du 19 juillet 1784 à Rennes, où il monte une imprimerie en 1789 (reçu imprimeur le 16 nov. 1789). Y publie à partir du 1er mai 1789 la "Correspondance de Bretagne" à l'Assemblée, devenue en juillet 1790 le "Journal des départements", jusqu'en nov. 1795, et le "Journal des municipalités" de mai 1789 à janv. 1795. - Établi également à Paris à partir de 1792. Il y fonde, rédige et publie à partir du 2 nov. 1792 le "Journal des hommes libres de tous les pays", devenu le 29 juin 1793 "Le Républicain, journal des hommes libres...". Publie aussi sous les raisons : "Imprimerie du Comité de Salut public", "Imprimerie du Journal des hommes libres" et "Imprimerie du Républicain". Contraint de changer souvent le titre et la formule de son périodique, interdit à 12 reprises et suspendu de déc. 1798 à juin 1799, avant sa cessation définitive (14 sept. 1800). - Impliqué dans la conjuration des Égaux, R.-C.-F. Vatar est décrété d'arrestation le 19 mai 1796 ; libéré puis à nouveau arrêté le 15 mars 1797 et libéré peu après. Membre du club jacobin du Manège. En nov. 1799, peu après le coup d'État du 18-Brumaire, il est évincé de la direction de son journal dont le ministre de la Police Fouché devient propriétaire. Assigné à résidence à Nemours le 25 nov. 1800, il est porté au sénatus-consulte du 4 janv. 1801 à la suite de l'attentat de la rue Saint-Nicaise contre le Premier Consul. - Détenu à la prison de Sainte-Pélagie jusqu'en mai 1802 puis transféré à l'île d'Oléron, d'où il est déporté en mai 1804 à Cayenne. Y fait campagne contre les Anglais sur un navire corsaire ; a une jambe emportée par un boulet (1806). Après la prise de Cayenne par les Anglais (déc. 1808), reste dans la colonie occupée où il sert d'informateur au gouvernement impérial tout en pratiquant le négoce. Après 1817, devient juge auditeur au tribunal de 1re instance de Cayenne, où il meurt en juin 1835

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Autre forme du titre

  • Correspondance des représentans du peuple Stevenotte (de Sambre-et-Meuse), Dessaix (du Mont-Blanc), Dethier (de l'Ourthe), et de plusieurs autres députés avec leur commettans