Auteurs nés en 1763408 documents

  • A aussi écrit en latin et traduit de l'anglais en français

    Diplomate et administrateur. - Membre du Tribunat. - Docteur en médecine

  • A aussi écrit en français, en italien et en latin

    Archéologue et orientaliste

  • Violoniste et compositeur. - Frère de François Alday (1765-1835)

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du département (des Hautes-Alpes) ; imprimeur de la préfecture ; de monseigneur l'évêque [de Gap] ; imprimeur lithographe. - Natif de Grenoble, frère cadet de l'imprimeur-libraire grenoblois Joseph I Allier (1749-1817). S'installe à Gap fin 1790, appelé par le directoire de cette ville, qui le loge gratuitement. Membre de la société d'émulation (1810). Breveté imprimeur le 15 juillet 1811 (brevet renouvelé le 20 nov. 1818) et imprimeur lithographe le 14 fév. 1829. Édite et imprime à partir de 1813 les "Affiches, annonces et avis judiciaires du département des Hautes-Alpes". Membre du conseil municipal à partir de 1800 et maire de Gap de 1831 à 1834. Membre de la loge de Saint-Jean, réunion de l'Orient de Briançon. Le 24 avril 1833, constitue une société commerciale avec ses fils Joseph-Louis-Alfred et Joseph-Édouard Allier sous la raison "Joseph Allier et fils". Breveté libraire le 4 avril 1838. Forme en 1842 une nouvelle société avec Joseph-Louis-Alfred Allier. Décédé en mai 1843. Son brevet d'imprimeur passe le 31 juillet 1843 à Jean-Mathieu Garnier, qui mourra l'année suivante sans l'avoir exploité, tandis que ses brevets de libraire et d'imprimeur lithographe sont transmis à son fils Joseph-Louis-Alfred Allier (1807-1869), déjà breveté imprimeur

  • Professeur d'anatomie. - Inventeur de l'anatomie clastique

  • Compositeur et chef d'orchestre

  • Homme politique et juriste. - Député du Maine-et-Loire

  • Savant naturaliste et poète. - Homme politique, "père de l'indépendance" du Brésil

Auteurs morts en 1763167 documents

Personnes ayant débuté leur activité en 176358 documents

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi et de monseigneur l'archevêque [d'Aix]. - Reçu imprimeur par arrêt du Conseil du 27 juin 1763, il semble avoir commencé à exercer plus tôt. Dit âgé de 39 ans lors de l'enquête royale de 1764

  • Imprimeur-libraire ; journaliste et écrivain. - Natif de Liverpool. D'abord ouvrier imprimeur (1759). Établi imprimeur-libraire à Londres à l'automne 1763. Journaliste, pamphlétaire, auteur de nombreux ouvrages littéraires, historiques et politiques, dont certains sous les pseudonymes : "English Freeholder" et "Independent Whig". Se retire des affaires en juin 1781 et y revient en sept. 1784, après son remariage avec la veuve de l'imprimeur William Parker, propriétaire du "General Advertiser". Condamné en 1789 comme auteur de libelles diffamatoires, il s'exile en France. Emprisonné après son retour à Londres (1792-1793), il quitte la capitale pour se retirer définitivement à la campagne (Boxmoor, Hertfordshire). Décédé à Liverpool en déc. 1805

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de l'université (1772). - Âgé de 70 ans lors de son décès

    De 1793 à 1795, associé à son ancien apprenti John Burges

  • Variante(s) de prénom : Sebastianus Franciscus ; François. - Imprimeur-libraire ; à Cervione et à Corte, "stampatore camerale" [du gouvernement du "général de la Nation corse" Pascal Paoli] (1763-1768) ; à Bastia, imprimeur du Roi et du Conseil supérieur [de l'île de Corse] (à partir de 1769). - Originaire de Lucques, peut-être fils de l'imprimeur lucquois Giuseppe Batini, et âgé d'environ 54 ans en 1763, il est appelé par Pascal Paoli à succéder, après le bref intérim de l'abbé Giovanni Moretti, à l'imprimeur napolitain attaché à son gouvernement, Domenico Ascione, décédé en fév. 1763. Arrivé en Corse en juin 1763 accompagné d'un relieur, Sebastiano Francesco Batini s'établit aussitôt à la "stamperia camerale" de Cervione (couvent de Campoloro) et fait venir ses caractères de Naples. En mars-avril 1764, l'atelier emménage dans une maison de Corte, alors capitale de la Nation corse, et y fonctionne sous la direction de l'abbé Carlo Rostini jusqu'à la fin de 1768. Imprime notamment la gazette de Corse, les "Ragguagli dell'isola di Corsica", jusqu'en mai-juin 1768. Sous le régime français, exerce à Bastia en qualité d'imprimeur du Roi et du Conseil supérieur à partir de fév. 1769 env. Testament 12 déc. 1782. Dit âgé de 60 ans environ lors du dénombrement de 1770 à Bastia et de 74 ans lors de son décès (avril 1783). Sa veuve lui succède, publiant parfois encore sous son nom, jusqu'à son propre décès en 1786 (avant le 13 mai), et son petit-fils Étienne (ou Stefano) Batini prend la succession à cette date

  • Ne figure pas à l'enquête royale de 1764 où Lescar n'est pas pris en compte. Fait imprimer à Pau

  • Imprimeur-libraire. - Natif de Saint-Étienne-en-Dévoluy (Hautes-Alpes), fils de Louis Bernard, qui sera libraire au Puy-en-Velay à la fin du XVIIIe siècle. Libraire établi à Beaune en association avec André Boisserand "depuis 18 mois" lors de l'enquête royale de 1764. Reçu habitant par la chambre de ville de Beaune le 29 juillet 1765 ; se qualifie alors de libraire à Saint-Étienne en Forez. Son fils aîné Antoine Bernard est reçu imprimeur en 1789 ; le père aurait repris l'imprimerie au départ du fils pour Dijon (juin 1794). François Bernard semble en fait avoir exercé l'imprimerie dès 1791 ou peu avant. Cède l'imprimerie à son deuxième fils, né en 1775, Claude-Alexandre Bernard (-Defay), en 1798, et semble avoir continué à exercer la librairie. Dit âgé de 52 ans lors du recensement de 1796 à Beaune. Qualifié d'"ancien imprimeur" lors de son décès (Beaune, 10 nov. 1808)

  • Libraire. - Fils aîné et successeur du libraire parisien Gabriel-Charles Berton. Reçu maître le 30 avril 1763. Revend la plus grande partie de son fonds pour 153 000 l. au libraire Eugène Onfroy en mai 1788, peu avant son décès (Paris, déc. 1788). Inventaire après décès le 19 déc. 1788

  • Libraire. - Originaire de Montfermeil, ancien apprenti de Baltazard à Nancy, installé aux Pays-Bas avant 1759. Dit âgé de 30 ans lors de son mariage (sept. 1759)

Personnes ayant cessé leur activité en 176342 documents

  • Nom patronymique : Delphine Piston. - Imprimeur du Roi (et de monseigneur l'archevêque). - Son fils Augustin Adibert lui succède officiellement en 1763

  • Libraire. - Encore en activité en 1763. Héritiers attestés à partir de 1764

    A travaillé en association avec l'imprimeur-libraire Giuseppe Raimondi

  • Nom patronymique : Marie-Catherine-Angélique Regnard. - Imprimeur-libraire ; imprimeur de l'Académie française. - Fille d'un contrôleur du grenier à sel de Paris et marchand de blé. Épouse l'imprimeur-libraire parisien Bernard Brunet (1717?-1760) en mars 1739. Lui succède à sa mort (30 sept. 1760), en association avec son fils Jacques-Bernard Brunet. En 1763, se remarie avec Antoine-Louis Regnard (17..-1767), peut-être son cousin, avocat au parlement de Paris reçu libraire le 10 mai 1763. Lui transmet l'affaire, ainsi que le titre d'imprimeur de l'Académie. Veuve à nouveau en juillet 1767, elle succède à son second mari sous la raison : "Veuve Regnard" (cf. notice "Regnard, Veuve d'Antoine-Louis"). Décédée à Paris le 2 mars 1772

  • Imprimeur-libraire ; (premier) imprimeur ordinaire du Roi (1751), des Cabinet, Maison et Bâtiments de Sa Majesté. - Fils aîné de l'imprimeur-libraire parisien Jacques-François Collombat. Orphelin de père (31 mai 1751) et de mère (5 fév. 1752) à l'âge de 10 ans, il est néanmoins reçu imprimeur du Roi en succession de son père (8 juin 1751) puis admis à lui succéder à l'imprimerie par intervention spéciale du chancelier (juin-août 1752), un gérant, son cousin et tuteur Louis Lisquy, bourgeois de Paris, étant chargé d'exploiter en son nom son établissement avec l'aide de son prote Chardon. Mineur émancipé en oct. 1759, Jean-Jacques-Étienne Collombat se démet en faveur de Jean-Thomas I Hérissant par acte du 28 juillet 1763, lui revend pour 160 000 l.le fonds, le matériel et le privilège du "Calendrier de la Cour" le 31 août suivant, et se retire de la profession avant sept. 1763

  • Autre(s) graphie(s) : Coustelier fils ; Coustellier. - Libraire. - Fils de l'imprimeur-libraire parisien Antoine-Urbain I Coustelier et neveu du libraire François-Gabriel Mérigot. Gendre (1740) de l'imprimeur-libraire de La Haye Pierre I Gosse. Reçu maître le 3 mars 1741. Publie entre 1742 et 1746 une collection de classiques latins de petit format, dirigée par l'abbé Nicolas Lenglet-Dufresnoy, qu'il cédera par la suite à Joseph-Gérard Barbou. Auteur de plusieurs lettres, nouvelles et opuscules, qu'il publie anonymement ou sous pseudonyme ("C****", "Pierre Martau", "Pierre Marteau"), et sous fausse adresse ("Cologne"), entre 1749 et 1755. Rédacteur de plusieurs catalogues de vente de bibliothèques. L'"Historique des libraires..." de l'inspecteur d'Hémery le dit à tort âgé de 40 ans au 1er janv. 1752 ; il vient alors d'"abandonner sa boutique", ayant "mal fait ses affaires", et de s'associer avec son oncle F.-G. Mérigot. Décédé à Paris en août 1763. Sa veuve Angélique-Françoise-Nicole Devaux lui succède

    Entre 1741 et 1744, publie plusieurs éditions en association avec son beau-père Pierre I Gosse, de La Haye, et avec son beau-frère Henri Albert Gosse, de Genève

  • Nom patronymique : Pétronille-Félicie Brussin. - Imprimeur ordinaire du Roi. - Épouse Charles-Maurice Cramé en fév. 1715. Se démet dès 1759 en faveur de son gendre Nicolas-Joseph-Benoît Péterinck-Cramé, qui lui succède en juin 1763

  • Variante(s) de prénom : Pierre ; Petrus. - Libraire et éditeur d'estampes. - Fils de l'imprimeur-libraire de La Haye Abraham De Hondt. Bapt. le 23 mai 1696. Semble avoir connu de grosses difficultés financières à partir de 1744. Testaments de janv. 1761 et sept. 1762 en faveur de ses fils

    À Dublin, travaille en association avec T. Becket en 1741

  • Autre(s) graphie(s) : Delaistre-Godet fils. - Variante(s) de prénom : Nicolas. - Libraire. - Fils du libraire de Reims Pierre Delaistre (1683-1749). Se fait appeler aussi "Delaistre-Godet", en ajoutant à son nom celui de sa grand-mère Jeanne Godet. Épouse le 28 avril 1744 Marie-Catherine Lamairesse (1717-1765). Établi vers 1744. Attesté en activité, en association avec son père, à partir de 1747 au plus tard. Des certificats d'honorabilité lui sont délivrés par les échevins de Reims et plusieurs autres notables les 15-16 nov. 1750 (BnF, ms. fr. 22126, fol. 62-65). D'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, à la date du 1er déc. 1752, "c'est un homme fort suspect et qui fait souvent des mar[r]ons. Il a eu il y a deux ans une affaire fort serieuse au parlement au sujet d'une edition des Mœurs qu'il avoit faite et dont plusieurs exemplaires qu'il envoyoit a [sic] l'adresse du s[ieur] Mauduit garçon imp[rimeur] chez Quilleau [i. e. Quillau] furent saisis a [sic] St. Denis par le bailly". À la suite d'une dénonciation, des exemplaires sont à nouveau saisis sur lui en mars 1754 ; ils lui sont rendus par le lieutenant de police de Reims le 13 mai 1754 en vertu d'une lettre du directeur de la Librairie, M. de Malesherbes (BnF, ms. fr. 22126, fol. 66-74). Décédé à Reims en sept. 1763. Sa veuve lui succède et est attestée en activité lors de l'enquête royale de 1764. Elle décède en 1765 et les sœurs de Nicolas-Pierre Delaistre, Jeanne (1718-1786) et Madeleine (1713-1793), prennent la succession sous la raison "Sœurs Delaistre". L'une des filles de Nicolas-Pierre Delaistre, Marie-Julie (1756-1800), épouse en juillet 1784 son cousin le libraire de Reims Nicolas-Sébastien Delaistre (1753 - 18 mai 1830)

    Travaille en association avec sa mère, veuve de Pierre Delaistre, à partir de 1749. Publie notamment avec elle l'"Almanach historique de Reims" à partir de 1751

  • Nom patronymique : Marguerite Trousset. - Libraire. - Épouse le 20 nov. 1714 le libraire de Reims Pierre Delaistre (1683-1749). Lui succède à son décès en juin 1749, en association avec son fils Nicolas-Pierre Delaistre (1715-1763) dit Delaistre-Godet (fils). Décédée à Reims en fév. 1763

  • Libraire. - Fils d'un laboureur de la région d'Auxerre ou d'un marchand de cette ville. Alloué dès 1730 (dit alors âgé de 17 ans), puis en apprentissage en janv. 1738 chez l'imprimeur parisien Jacques Chardon ; dit alors âgé de 25 ans. Reçu libraire en juin 1738. Épouse en janv. 1739 la nièce du libraire et marchand d'estampes parisien François Jouenne, Élisabeth Carbon(n)ier, qui lui succédera. Jusqu'en 1745 environ, ajoute à son adresse : "De la boutique de feu M. Jouenne". L'"Historique des libraires" de l'inspecteur d'Hémery le dit âgé de 40 ans au 1er janv. 1752. En faillite lors de son décès (mai 1763), avec "plus de cinquante créanciers". Vente après décès de son fonds le 7 mai 1764 (BHVP, CP 4001, carton 9)

Organisations créées en 176319 documents

Organisations ayant cessé d'exister en 176317 documents

  • Collège fondé en 1370 par Jean de Dormans, évêque de Beauvais, qui en 1365, avait acheté les bâtiments du collège de Laon. Il était situé rue du Clos-Bruneau (auj. rue Jean-de-Beauvais, Ve arrondissement). De 1597 à 1699, il fusionna avec le collège voisin de Presles ; et en 1763, il fut réuni au collège Louis-le-Grand. Ses bâtiments furent occupés par le collège de Lisieux en 1767. - De 1374 à 1382, Raymond du Temple, architecte du Louvre, y édifia une chapelle dédiée à Saint-Jean-l'Evangéliste. Seul édifice restant du collège, elle fut achetée en 1885 par la Roumanie ; le culte orthodoxe roumain y est exercé depuis

  • Collège fondé en 1358 par le chanoine Geoffroi Vidé et le chanoine Etienne Vidé, son neveu, originaires de Boissy-le-Sec (diocèse de Chartres), pour des étudiants pauvres de cette ville, ou à défaut de la paroisse Saint-André-des-Arts de Paris. Il fut réuni au collège Louis-le-Grand en 1763, et ses bâtiments vendus en 1764

  • Collège fondé en 1331 par testament de Jeanne de Bourgogne pour 20 étudiants bourguignons d'origine modeste. Il fut réuni en 1763 au collège Louis-le-Grand. Ses bâtiments furent acquis par le roi en 1769 pour être démolis et remplacés par une partie de la nouvelle faculté de médecine

  • Collège fondé en 1346 par les évêques de Langres, Reims et Cambrai, pour sept étudiants originaires de ces trois diocèses. Il fut fermé en 1763 et ses étudiants transférés au collège Louis-le-Grand

  • En 1584 une convention fut passée entre Henri III et l'abbé de Grandmont François de Neufville, par laquelle les religieux du prieuré des Bonshommes de Vincennes furent transférés à Paris au collège Mignon (fondé en 1343) tandis que le prieuré fut donné au roi. Le collège devint collège de Grandmont et servit aux séminaristes de cet ordre jusqu'en 1763, date de son union avec le collège Louis-le-Grand. L'ordre de Grandmont disparut peu après, supprimé par la Commission des réguliers. - On peut trouver le collège cité après 1584 sous le nom de collège Mignon

  • Collège fondé le 15 novembre 1358 par testament de Jean de Justice, chanoine de l'église de Bayeux, pour 12 élèves de Rouen et de Bayeux. En 1763, il fut réuni au collège Louis-le-Grand

  • A l'origine, le collège de Presles et de Laon fut fondé en 1314 par Raoul de Presles, secrétaire de Philippe Le Bel, et par Guy, chanoine de Laon, pour 28 étudiants des diocèses de Laon et de Soissons. En 1324, le collège de Laon se détacha du collège de Presles et s'installa rue Jean de Beauvais, puis en 1340 rue de la Montagne-Sainte-Geneviève. Il fut réuni au collège Louis-le-Grand en 1763. Ses locaux furent vendus en 1822

  • A la suite d'une mission en 1582, le collège est fondé en 1583. Il est fermé entre 1585 et 1605. De 1763 à 1792, il est confié à des séculiers (pour une part anciens professeurs jésuites)

  • Fondé en 1412 par Guy de Roye, archevêque de Reims, détruit en 1418, puis rétabli en 1443. Après une période de prospérité, il tomba en décadence. Restauré vers 1720 par le cardinal de Mailly, archevêque de Reims. Il fut réuni en 1763 au collège Louis-le-Grand

  • Collège fondé à Paris en 1292 par une disposition testamentaire du cardinal Jean de Cholet, pour des écoliers pauvres des diocèses de Beauvais et d'Amiens. Le collège fut réuni au collège Louis le Grand par arrêt du Parlement de Paris du 4 août 1764. - Ses bâtiments furent démolis en 1822 et remplacés par ceux de Louis le Grand

Organisations ayant débuté leur activité en 17634 documents

  • Pseudonyme utilisé sous la forme "A Rome, aux dépens de la Congrégation de l'Index", à partir de 1763 et jusqu'en 1834 au moins, pour dissimuler des éditions de "L'Arrétin (moderne)" de l'abbé Henri-Joseph Dulaurens (attribué aussi à tort à Voltaire). En 1763, ce pseudonyme camoufle 2 éd. hollandaises dont une d'Amsterdam, Marc Michel Rey ; en 1772 et 1773, 2 éd. d'Amsterdam d'après Weller (celle de 1773 n'est en fait pas hollandaise d'après le matériel typographique) ; en 1774 une éd. française d'après le matériel (bien que Barbier l'attribue aussi à Amsterdam) ; en 1775 peut-être une éd. hollandaise ; en 1776, une éd. hollandaise et une autre de Bouillon, Société typographique ; en 1783 peut-être une éd. hollandaise. En 1782, le même pseudonyme dissimule une éd. de la "Correspondance du Grand-Turc avec N. S. P. le pape [Pie VI]" et en 2001 une réimpression de l'"Étude sur le mot godemiché" de Helpey, alias Louis Perceau

  • Librairie(s). - Pseudonyme qui, de 1763 à 1793 au moins, dissimule des impressions françaises et notamment des éditions parisiennes sous permission tacite

  • Librairie(s). - Dénomination utilisée en continu de 1763 à 1891 pour des publications à caractère éphémère ou d'actualité immédiate ; une occurrence isolée en 1928 encore

  • Association d'imprimeurs et de libraires madrilènes, créée par décret du roi Charles III du 22 mars 1763 et formée le 24 juillet suivant par 44 premiers membres. Elle acquiert ses propres presses en 1794

Œuvres terminées en 17631 document

Spectacles représentés en 17637 documents

Documents publiés en 17633224 documents

  • 1 plantation pour "Scanderberg"

    esquisse de décor

    Description matérielle : 1 dess. : Aquarelle (lavis rose, vert, beige) et plume ; 600 x 460 mm
    Description : Note : 1 plantation pour l'Acte II, scène 1 (Une tour extérieure du Sérail ornée pour recevoir le sultan) de "Scanderberg", tragédie lyrique de Rebel et Francoeur. Reprise à Fontainebleau, probablement en 1764. - Souchal signale que "Scanderberg" fut créée en 1755 à Fontainebleau et repris en 1763 dans des décors rénovés. - Annotations manuscrites à l'encre au recto de l'oeuvre : "Scanderberg // acte second Scene Ire une cour Exterieure du serail // ornée pour recevoir le sultan donné à fontaine-bleau" et "avant-scene". - Annotations manuscrites au verso : "Scanderberg Acte 2d". - Représentation d'une avant-scène comportant des indications scéniques colorées
    Sources : Les Slodtz, sculpteurs et décorateurs du Roi / François Souchal, 1967
    Édition : [1763-1764]
    Dessinateur : Slodtz (famille)
    Ancien possesseur : France. Mobilier national

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43650357r]
  • 1 plantation pour "Scanderberg"

    esquisse de décor

    Description matérielle : 1 dess. : Aquarelle (lavis rose, vert, beige) et plume ; 600 x 460 mm
    Description : Note : 1 plantation pour l'Acte IV, scène 1 (Une partie des jardins du Séraille terminée par un canal) de "Scanderberg", tragédie lyrique de Rebel et Francoeur. Reprise à Fontainebleau, probablement en 1764. - Souchal signale que "Scanderberg" fut créée en 1755 à Fontainebleau et repris en 1763 dans des décors rénovés. - Annotations manuscrites à l'encre au recto de l'oeuvre : "Scanderberg // acte quatrieme Scene Ire une partie des jardins du // Séraille terminée par un canal donné à Fontainebleau" et "avant Scene". - Annotations manuscrites au verso : " Scanderberg Acte 4me " et " Fontainebleau // Scanderberg ". - Représentation d'une avant-scène aux indications scéniques colorées
    Sources : Les Slodtz, sculpteurs et décorateurs du Roi / François Souchal, 1967
    Édition : [1763-1764]
    Dessinateur : Slodtz (famille)
    Ancien possesseur : France. Mobilier national

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb436503761]
  • 1 plantation pour "Scanderberg"

    esquisse de décor

    Description matérielle : 1 dess. : Aquarelle (lavis rose, vert, beige) et plume ; 600 x 460 mm
    Description : Note : 1 plantation pour l'Acte I, scène 1 (Une partie des jardins du Sérail avec une grotte) de "Scanderberg", tragédie lyrique de Rebel et Francoeur. Reprise à Fontainebleau, probablement en 1764. - Souchal signale que "Scanderberg" fut créée en 1755 à Fontainebleau et repris en 1763 dans des décors rénovés. - Annotations manuscrites à l'encre au recto de l'oeuvre : "Scanderberg // acte premier Scene Ire une partie des jardins du serail // avec une grotte donné à Fontainebleau" et "L'avant-scene". - Annotations manuscrites au verso : " Scanderberg Acte 1er " ; " Fontainebleau // opera de Scanderberg // 3 pièces " et " Grotte de Scanderberg Q en Rouge ". - Représentation d'une avant-scène comportant des indications scéniques colorées
    Sources : Les Slodtz, sculpteurs et décorateurs du Roi / François Souchal, 1967
    Édition : [1763-1764]
    Dessinateur : Slodtz (famille)
    Ancien possesseur : France. Mobilier national

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43650315t]
  • "1re" Suite de menuets pour les violons, flûtes, hautbois etc. avec accompagnement de basse ou basson etc tels qu'ils s'exécutent au Bal de l'Opéra. Mis en ordre par M. d'Avesne...

    Description matérielle : 16 p.
    Édition : Paris : de La Chevardière ; Lyon : les frères Le Goux , [ca 1763]
    Compositeur : Pierre Just Davesne
    Éditeur scientifique : Pierre Just Davesne

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb397833330]
  • [4 croquis]

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte ; 10,8 x 10,3 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte
    Note : Sur la même planche, parmi lesquels un portrait médaillon de "CC. C.te de Cailus" (en haut, à dr.) et deux petits paysages circulaires "pour M.lle Loir qui peint en grand" ; ils sont signés et datés
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du dix-huitième siècle. Tome III, Bizemont-Prunelé (Comte de) - Cars (Laurent) / Bibliothèque nationale, département des estampes ; par Marcel Roux,... - Bibliothèque Nationale (Paris), 1934, article CAMPION de Tersan (Charles-Philippe), n. 18
    Édition : [S.l.] , [1763]
    Graveur : Charles-Philippe Campion de Tersan (abbé, 1736-1819)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44535560z]
  • 5e Concerto [en ut] à violon principal, 1er et 2e violons, alto et basse, 2 hautbois, 2 cors. [W I : 5]

    Description matérielle : In-fol., 8 part. sép.
    Édition : Paris : Sieber , [1763]
    Compositeur : Giovanni Battista Viotti (1755-1824)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43323989m]
  • Johan David Grauens,... Abhandlung von den Wundmitteln überhaupt

    Description matérielle : In-8° , 364 p.
    Description : Note : [Traité des remèdes en usage pour la guérison des plaies.]
    Édition : Lemgo : gedruckt mit Meyerschen Schriften , 1763

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30536199g]
  • Abrégé chronologique de l'histoire de Pologne

    Description matérielle : [24]-352 p.
    Description : Note : Dédicace signée : "S". Attribué à Friedrich August von Schmidt par Barbier
    Sources : Barbier
    Édition : , 1763
    Auteur du texte : Friedrich August von Schmidt (1734-1807)
    Imprimeur-libraire : Michał Gröll (1722-1798)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb393677469]
  • Abrégé de la grammaire grecque de Clénard... Nouvelle édition

    Description matérielle : In-8° , 126 p.
    Édition : Rouen : N. et R. Lallemant , 1763
    Auteur du texte : Nicolaus Clenardus (1495-1542)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30251153v]
  • Abrégé de l'histoire ecclésiastique. Par Mr. Formey. Tome premier [-second]

    Description matérielle : 2 vol. ([1]-[1 bl.]-VIII-[10]-421 p. ; [1]-XV-[1]-410-21 p.)
    Description : Note : Titres en r. et n. Marque aux titres. Au vol. 1, dédicace à la reine de Grande-Bretagne, avec armoiries gr. Au vol. 2, les 21 dernières pages constituent un "Catalogue des livres nouveaux qui se trouvent chez J. H. Scheider, libraire à Amsterdam"
    Édition : , 1763
    Auteur du texte : Johann Heinrich Samuel Formey (1711-1797)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30450068q]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données