Auteurs nés en 1777391 documents

Auteurs morts en 1777208 documents

Personnes ayant débuté leur activité en 177758 documents

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de la cour du prince électeur [de Cologne] (1777-1794) ; libraire-imprimeur de l'académie (1778) ; de l'université (1786). - Succède à Ferdinand Rommerskirchen dont il épouse la veuve. Beau-père et tuteur de Heinrich Joseph Rommerskirchen. Maintenu par le régime français après l'éviction du prince électeur. A publié aussi sous la raison : "Kurfürstliche Hofbuchdruckerei" (jusqu'en 1794)

  • Autre(s) graphie(s) : Altes ; Altès. - Variante(s) de prénom : Raymunda. - José II Altés est encore en activité en 1773. Sa veuve Raimunda est attestée à partir de 1777

  • Imprimeur de M. l'évêque du département de l'Eure (1791) ; imprimeur du département de l'Eure (1793) ; de la préfecture et de la Société de médecine du département de l'Eure (1806). - Libraire à Évreux à partir de 1777 au plus tard, il est reçu imprimeur après avoir racheté en 1790 le fonds de la veuve de Jean Malassis. Suspendu par arrêt du Conseil du 23 juillet 1781 pour commerce de livres prohibés. Imprime le "Journal du bon sens" (fév. 1796 - nov. 1797). Breveté imprimeur le 15 juillet 1811 (brevet renouvelé le 20 nov. 1818) et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 20 juillet 1818). Exerce sous la raison "Ancelle père" parallèlement à son fils Jean-Jacques Ancelle, breveté lui aussi à Évreux imprimeur en 1811 et libraire en 1813. Encore en activité en 1830 et en vie en 1839

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de Son Altesse [le prince-évêque de Liège]. - Fille et successeur, de même que son frère Jean François II, de l'imprimeur-libraire Jean François I Bassompierre. Sa sœur Marie Josèphe Bassompierre lui succède à partir de 1783, aidée de son mari, l'avocat et conseiller Mathieu Joseph Monens

  • Autre(s) graphie(s) : Baudoüin. - Imprimeur-libraire ; à Versailles puis à Paris, imprimeur de l'Assemblée nationale (1789-1792) ; imprimeur de la Convention nationale (1792-1795) ; du Corps Législatif (1795-1814) ; de l'Institut national (des sciences et arts) (déc. 1796) ; du Tribunat (1800) ; de l'Institut de France (1796-1804) ; de l'Institut impérial (1805-1814). - Petit-fils du peintre François Boucher et fils du premier peintre du Roi Pierre-Antoine Baudouin (1723-1769) ; neveu, apprenti (avril 1776), puis associé de l'imprimeur-libraire parisien Michel Lambert ; en procès avec ce dernier (1784), avant de lui succéder (1787). Reçu libraire le 27 mai 1777 et imprimeur le 8 fév. 1782 ; succède à son oncle en 1788. Épouse en oct. 1782 Marie-Madeleine-Aglaé Carouge (1764-1816), femme de lettres et auteur d'ouvrages pour la jeunesse. Député du Tiers État aux États généraux de 1789 et député suppléant de Paris à l'Assemblée constituante. Imprimeur notamment du "Journal des débats" et du "Logographe" entre 1789 et 1792. Sous la Convention (1792-1795) notamment, imprime souvent sous la raison "Imprimerie nationale". Plusieurs fois inquiété durant la Convention, arrêté en l'an II et enfermé à Vincennes puis au Luxembourg ; membre de la Société des Jacobins et du comité de surveillance révolutionnaire des Tuileries. Le Corps Législatif lui retirant sa clientèle, il fait faillite en avril-mai 1805. Ruiné, il séjourne en Russie et tente, en vain, d'y mettre sur pied une imprimerie impériale ; sa femme semble avoir pendant ce temps continué à gérer l'entreprise parisienne. De retour en France en 1809, il sera, outre sa qualité d'imprimeur (breveté le 1er avril 1811), contrôleur de l'octroi de Groningue en 1813. Son fils (François-Jean-) Charles Baudouin (1791-186.?) est breveté imprimeur à Paris en sa succession le 16 fév. 1816. En poste à la Direction de l'imprimerie et de la librairie jusqu'en 1821, puis rédacteur au "Moniteur". Demande en vain en 1828 l'autorisation d'ouvrir une imprimerie à Saint-Cloud et à Sceaux. Auteur d'ouvrages sur le régime de l'imprimerie et la liberté de la presse, ainsi que de plusieurs publications à caractère politique. Décédé en déc. 1835 dans une auberge de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) et inhumé à Paris

  • Autre(s) graphie(s) : Bélin. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du premier tribunal criminel du département de Paris (1792). - Natif de Genevrières, près de Langres, fils d'un recteur d'école et receveur des traites foraines. Monté à Paris avant le 2 oct. 1770, date à laquelle il obtient un certificat de congruité de l'université. En apprentissage à partir de déc. 1773. Reçu libraire le 10 mars 1777, il acquiert le fonds de Denis Humblot, puis monte une imprimerie à partir de l'été 1792, en association avec son voisin Claude II Simon. Officier de la garde nationale (lieutenant des fusiliers de Saint-Étienne-du-Mont) en 1789-1790. Membre de la 1re assemblée électorale de Paris, réunie à partir d'oct. 1790. Emprisonné du 12 avril au 8 août 1794 pour avoir mis en tête d'une éd. de la Constitution des idées préliminaires jugées subversives. Membre du comité civil de la section Marat en l'an II. À nouveau électeur de Paris en 1796 ; notable en 1801. Cède son imprimerie à Jean Gratiot en 1804. Se retire à Sceaux où il a acquis une maison de campagne en 1801. Décédé à Paris le 10 déc. 1808 ; inventaire après décès 19 déc. 1808. Vente de sa bibliothèque en 1810 (catalogue impr.). Sa veuve lui succède

  • Libraire. - Semble s'être établi peu avant 1777. Encore en activité en 1787. Veuve attestée le 3 mai 1788

  • Autre(s) graphie(s) : Bleuet fils aîné. - Libraire du Roi pour l'artillerie et le génie (1784). - Fils aîné du libraire parisien Claude Bleuet. Reçu libraire le 16 mai 1777. Succède à Claude-Antoine Jombert dit l'aîné comme libraire du Roi pour l'artillerie et le génie après 1784, et se qualifie de successeur de Jombert aîné jusqu'en 1820. Breveté libraire le 1er oct. 1812 (brevet renouvelé le 15 mars 1817). Se démet en faveur de Pierre-Joseph Gayet, breveté libraire le 27 mars 1827. Aurait cependant publié le catalogue de la vente des livres de Richard Hébert en mai 1834

  • Nom patronymique : Marie-Jacquette Périer. - Imprimeur-libraire ; imprimeur et libraire du Roi. - Fille aînée de l'imprimeur-libraire et échevin de Quimper Simon-Marie Périer (1697-1774). Épouse en mai 1769 Marin Blot (1721-1777), alors directeur des Fermes de Bretagne à Quimper, qui succède à S.-M. Périer en qualité de seul imprimeur-libraire de Quimper en août 1772. M. Blot décède au second semestre 1777 des suites d'un accident de santé mentale (1776). Elle lui succède avant de se démettre le 7 janv. 1779 en faveur d'Yves-Jean-Louis Derrien, fils de l'imprimeur-libraire de Brest Jérôme Derrien, puis de l'épouser le 3 août 1779. Dite âgée de 27 ans au début de l'année 1779

  • Imprimeur-libraire ; libraire de monseigneur l'évêque de Sées (1784). - Reçu libraire en janv. 1781 (alors qu'il exerce dès 1777) et imprimeur par arrêt du Conseil du 7 déc. 1789 sans avoir fait aucun apprentissage, en succession de son beau-père Jacques Pitel-Préfontaine. Est propriétaire des usages du diocèse de Sées. Dénoncé pendant l'hiver 1797-1798 pour avoir imprimé des almanachs royalistes et notamment celui rédigé par son gendre Pierre-François-Joachim Henry-Larivière (1761-1838), l'"Almanach universel". Semble s'être établi parallèlement à Paris, où il est attesté à partir de juillet 1797. Une "citoyenne Pitel, veuve Bouquet", ci-devant à Paris, est attestée sur un almanach pour l'an VIII (1799-1800)

    En 1785, travaille en association avec son beau-père J. Pitel-Préfontaine et "Pitel-Préfontaine fils"

Personnes ayant cessé leur activité en 177745 documents

  • Associé à l'imprimeur Lorenzo Capponi en 1773

  • Nom patronymique : Ruston. - Imprimeur-libraire. - Veuve en premières noces d'un certain Mr. Eaves dont elle a deux enfants. John Baskerville, son second époux, lui laisse à sa mort (janv. 1775) son affaire. Elle ne conserve l'imprimerie que jusqu'en avril 1775, et garde la fonderie jusqu'en fév. 1777. Seuls deux ouvrages seraient parus à son adresse (1775 et 1777). Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais rachète son imprimerie en 1779

  • Autre(s) graphie(s) : Bassompierre père. - Imprimeur-libraire ; imprimeur de Son Altesse [le prince-évêque de Liège]. - Vend aussi fréquemment en foire, à Leipzig et surtout à Francfort-sur-le-Main, où il tient un dépôt de livres. Entre 1759 et 1765 environ, a parfois publié sous la fausse adresse : "Aux Quatre-Éléments, de l'imprimerie des Quatre-Saisons". Décédé en 1776 (des publications paraissent encore sous son nom en 1777) ; sa fille Anne Catherine Bassompierre est attestée en sa succession dès le début de l'année 1777

    À partir de 1757 environ, travaille en association avec son fils Jean François II Bassompierre

  • Autre(s) graphie(s) : Bauche fils. - Libraire. - Fils du libraire parisien Jean-Baptiste-Claude I Bauche et gendre du libraire Jacques III Rollin. Reçu maître en juillet 1737. Dit âgé de 40 ans en janv. 1752 d'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur d'Hémery. En faillite en 1772

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur et libraire du Roi. - Natif de Caen, baptisé le 2 mars 1721, fils de Jean Blot, sieur de La Couture. Après avoir obtenu une licence en droit, il est reçu avocat au parlement de Rouen en juillet 1748. Il est ensuite directeur des Devoirs et droits unis à Rennes puis directeur des Fermes de Bretagne à Quimper. Épouse alors (mai 1769) l'une des filles de l'imprimeur-libraire et échevin de Quimper Simon-Marie Périer. Après un bref apprentissage (à partir du 15 déc. 1770), il est admis à succéder à son beau-père par arrêt du Conseil du 11 août 1772. Se qualifie alors "seul imprimeur-libraire" de Quimper. Victime d'un accident de santé mentale en 1776, il est reconnu incapable par sentence de la juridiction des régaires de Quimper le 18 janv. 1777 ; un inventaire de ses biens est effectué en juillet 1777 en vue de la séparation de biens d'avec son épouse. Décédé au second semestre 1777 à l'hôpital Saint-Méen de Rennes. Inventaire après décès 12-13 juin 1778. Sa veuve Marie-Jacquette Périer lui succède, avant de se démettre le 7 janv. 1779 en faveur d'Yves-Jean-Louis Derrien, fils de l'imprimeur-libraire de Brest Jérôme Derrien, puis de l'épouser le 3 août 1779

  • Libraire. - Originaire de Montfermeil, ancien apprenti de Baltazard à Nancy, installé aux Pays-Bas avant 1759. Dit âgé de 30 ans lors de son mariage (sept. 1759)

  • Autre(s) graphie(s) : Boutaudon fils. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi, de monseigneur l'évêque et du clergé ; de la ville et du collège. - Fils aîné de Pierre II Boutaudon. Beau-frère de l'imprimeur-libraire de Lyon Aimé de La Roche. Pourvu imprimeur du Roi en la survivance de son père par provisions du 20 fév. 1744 ; reçu imprimeur en sa succession par arrêt du Conseil du 17 mars 1755, mais semble avoir commencé à exercer en 1753 ou peu avant. Dit âgé d'environ 34 ans lors de l'enquête royale de 1764. Vend son fonds le 25 août 1774 à Antoine Delcros et se serait retiré peu après, mais il figure encore à l'enquête de 1777 en qualité d'imprimeur du Roi

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de la Chambre des Communes (1729) ; de la "Society of antiquaries" (1736) ; de la "Royal Society" (1761). - Fils de l'imprimeur de Londres William I Bowyer. Étudie à l'université de Cambridge de 1716 à juin 1722 et devient à son retour le correcteur d'imprimerie et l'associé de son père. Membre de la "Society of antiquaries" à partir de juillet 1736 ; amateur notamment de numismatique antique. Succède à son père à la mort de celui-ci (déc. 1737). Annotateur, éditeur intellectuel et traducteur de nombreux ouvrages. Décédé à Londres en nov. 1777

    Associé à son père de 1722 à 1737 avant de lui succéder ; à James Emonson, son ancien prote, de 1754 à 1757 ; à John Nichols, son ancien apprenti, de 1766 à sa mort

  • Imprimeur-libraire. - Apprenti en 1709 à Goslar. Travaille ensuite à Leipzig, à Iéna puis à Halle. En janv. 1719 succède à Johann Kaspar Müller dont il épouse la veuve. Édite aussi de la musique

    À partir de 1762, associé à son fils Johann Gottlob Immanuel Breitkopf à qui il cède son imprimerie dès 1745

Organisations créées en 177729 documents

  • Fonderie de caractères, fondée par John Bell (1745-1831) qui s'est ensuite associé à Simon Stephenson. Le matériel de la fonderie a été dispersé aux enchères publiques le 27 novembre 1797

  • Librairie. - Bureau ouvert le 10 mars 1777 et confié au "sieur Anceaume", chargé de gérer la diffusion, à Paris et en province, de la "Bibliothèque universelle des romans", alors publiée par le libraire Jacques Lacombe. Les libraires qui publient successivement la "Bibliothèque universelle des romans" en assurent généralement en parallèle (et à leur adresse) une diffusion en province : Jacques Lacombe jusqu'en mai 1778 ; Nicolas-Léger Moutard d'oct. 1778 à mai 1779 ; Antoine Guénard Demonville de juin 1779 à sept. 1780 ; Pierre-François Gueffier d'oct. 1780 à avril 1782 ; Antoine Guénard Demonville à nouveau d'avril 1782 à juin 1784 puis de mars 1785 à juin 1787. D'oct. 1786 à juillet 1787, le bureau semble avoir été tenu à son adresse d'alors (place Saint-Michel, au coin de la rue Saint-Hyacinthe) par le libraire Jean-François Bastien, qui ne fait figurer son nom (et sa nouvelle adresse, rue des Mathurins) qu'entre août 1787 et juillet 1788

  • En 1777, date de fondation du diocèse de Saint-Dié, la collégiale de Saint-Dié fut érigée en évêché, le chapitre collégial devint cathédral. Supprimé en 1790, il fut rétabli avec le diocèse de Saint-Dié en 1822

  • Lors de la fondation du Diocèse de Nancy, le Chapitre cathédral a pris la suite du Chapitre primatial, qui jusqu'alors relevait directement du Saint-Siège

  • Ce chapitre noble, fondé par Madeleine de Fenoyl, fut érigé en abbaye en 1780

    De 1804 à 1905, les bâtiments furent occupés par le Petie séminaire de l'Argentière

  • Situé à la lisière de Bois de Boulogne, construit en 1977 par Bélanger pour le Comte d'Artois (futur Charles X), préservé sous la révolution, acquis en 1806 par Napoléon, puis rendu au Duc de Berry à la restauration, Appartient depuis 1905 à la Ville de Paris

  • Organisé par lettres patentes du 9 décembre 1777 et ouvert 2 mois plus tard (09-02-1778) rue des Blancs-Manteaux, le Mont-de-piété de Paris est devenu Crédit municipal par Décret du 24 octobre 1918. - Depuis 1992, la Ville de Paris en est l'unique actionnaire

  • Créé en même temps que le théâtre, le musée possède un fonds qui concerne deux siècles d'histoire du théâtre dramatique et lyrique et des autres arts du spectacle

  • Les Éditions Belin se sont rapprochées des Presses universitaires de France pour former fin 2016 la société Humensis

Organisations ayant cessé d'exister en 177713 documents

  • Abbaye sécularisée par Paul III (bulle du 17 août 1538). Elle a dès lors le statut d'un chapitre séculier, mais garde la dignité abbatiale. Abbaye et chapitre supprimés par bulle de Pie VI ( 12 aril 1777). L'église collégiale est devenue église paroissiale

  • Organisme mentionné dès 1290, qui ne groupa d'abord que des peintres. Ses premiers statuts (1391) lui conféraient le droit de s'opposer au travail des peintres non agréés selon les usages corporatifs. Augmentée, en 1613, de la communauté des sculpteurs, la confrérie obtint, en 1622, la révision de ses statuts. Elle combattit âprement l'Académie royale de peinture, fondée en 1648, et s'intitula alors Académie de Saint-Luc. Elle fut abolie en 1777

  • L'abbaye de Bénédictins créée par saint Déodat (Dié) en 669 fut sécularisée au 10e s. et devint un collège de chanoines. - En 1777 la collégiale fut érigée en évêché, et le chapitre devint chapitre cathédral

    Deux églises collégiales (reconstruites à partir du XIe siècle) relevaient du chapitre de Saint-Dié : une première, ancienne abbatiale, sous le vocable de Saint-Martin, puis de Notre-Dame, aujourd'hui église paroissiale. La seconde, sous le vocable de Saint-Maurice puis de Saint-Dié est devenue cathédrale

  • Ce chapitre canonial relevait directement du Saint-Siège. Le président de ce chapitre portait le titre de primat de Nancy. - Chapitre installé d'abord dans une église provisoire, à l'emplacement occupé depuis par l'église Saint-Sébastien, puis dans la cathédrale actuelle, qui fut construite au XVIIIe siècle. - Chapitre noble à partir de 1698. - Lors de la fondation du Diocèse de Nancy, le Chapitre cathédral a pris la suite du Chapitre primatial, l'évêque prenant le titre de primat de Lorraine

  • Adam de Soissons offre le domaine de la Foucaudière aux Antonins en 1349. Un hospice est alors construit et érigé en commanderie en autommne 1366. Détruite puis restaurée en 1619, la Foucaudière est désertée en 1777. Après la Révolution, le bourg de Saint-Sauveur est reconstruit autour de l'ancienne commanderie. L'église, devenue paroissiale, est rétablie sous le double vocable de Saint-Sauveur et de Saint-Antoine

  • Librairie(s). - Association(s) dont la composition a varié. En 1704, la Compagnie regroupe : Pierre II Aubouyn, Michel Clousier, Antoine Damonneville, Michel et Christophe I David, Jean Du Bourg, Pierre Émery, Antoine I, Julien et Pierre I Gandouin, Alexis de La Roche, François II Le Breton, Thomas Moette, Jean-Geoffroy et Jean-Luc I Nyon, Pierre II Ribou, Étienne Robinot. En 1708-1715, on y retrouve : Michel Clousier, Michel David et Pierre II Ribou, plus Guillaume II Cavelier, Henri Charpentier, Jean II Guignard et Charles II Osmont. En 1716, elle inclut Florentin Delaulne. - En 1719 : Michel Clousier, Florentin Delaulne, Hilaire Foucault, Étienne Ganeau, Pierre-François Giffart, Nicolas Gosselin, Jean-Geoffroy Nyon. En 1723-1724 : Gabriel Amaulry, Pierre-Jacques Bienvenu, Robert-Marc I Despilly, Daniel II et Denis Horthemels, Jean Hourdel, Pierre-Michel Huart, Pierre Huet, Charles Le Clerc, Laurent Mazuel, Jean-André Morin, Pierre Morisset, Denis Mouchet, Charles II Osmont, Pierre Prault, plus l'un des Saugrain. En 1724-1726 : Nicolas Gosselin et "les interessez au magasin de Guimet" (?). En 1742 : Marc Bordelet, Jacques Clousier, Michel Damonneville, Michel-Antoine David, Pierre I Gandouin, Louis-Étienne Ganeau, Pierre-Michel Huart, Jean-Luc II Nyon, Laurent-François I Prault, Gabriel-François Quillau. - En 1754 : Rombaut Davidts, Pierre-Nicolas Delormel, Jean Desaint, Laurent Durand, Louis-Étienne Ganeau, Charles-François Hochereau (dit aîné), Noël-Jacques Pissot, Laurent-François I Prault (dit jeune), Charles II Robustel (dit jeune) et Charles Saillant ; en 1756 : Nicolas-François Moreau pour imprimeur. En 1758 (œuvres de Jean-François Regnard) : Denis-Jean Aumont, Marie-Jacques Barrois, Jean-Baptiste-Claude II Bauche, veuve de Marc Bordelet, Michel Damonneville, veuve de Michel-Étienne II David, Nicolas-Bonaventure Duchesne, Laurent Durand, veuve de Pierre I Gandouin, Jean-Luc II Nyon, Pierre Prault, Étienne-François Savoye. - En 1773-1774 : Denis-Jean Aumont, Guillaume-Luc Bailly, Paul-Denis Brocas, Louis Cellot, Nicolas-Augustin Delalain, veuve de Nicolas Desaint, Pierre-Étienne-Germain Durand, Claude-Jacques-Charles Durand de Surgères, Charles-François Hochereau, Denis Humblot, Edme-Jean Le Jay, Antoine-Prosper Lottin, Jean-Luc III Nyon et Charles Saillant

  • Association formée pour l'exploitation du fonds et des privilèges de Jean Anisson (1642?-1721) et de ses héritiers et successeurs (dont Claude III Rigaud, son beau-frère), notamment pour la publication des œuvres du P. Louis Bourdaloue, S. J. Composition du groupe en 1777 : Antoine-Chrétien Boudet, la veuve de Nicolas Desaint, Claude Martin, et Louis-François Delatour, qui a obtenu à son nom un nouveau privilège de 15 ans pour les œuvres de Bourdaloue le 10 avril 1771

  • Ferdinand Ie fonda le collège jésuite de Tyrnau (Nagyszombat = Trnava, Haute Hongrie) en 1562. - Le cardinal Péter Pázmány élève le collège au rang d 'université en 1635 . Après la dissolution de l'ordre des jésuites en 1773, l'université a été rapatriée à Buda en 1777, puis définitivement à Pest en 1778 et a pris le nom de : budapesti királyi magyar tudományegyetem. - Les deux universités Eötvös Loránd tudományegyetem et Pázmány Péter katolikus egyetem se déclarent héritières de l' Universitas Tyrnaviensis

  • Prieuré fondé à Vichy en 1410 par Louis II, duc de Bourbon. Il y restait 5 religieux en 1768. Il fut fermé en 1777 après la décision de la Commission des réguliers de supprimer l'ordre des Célestins

  • Prieuré de Bénédictines, dépendant de l'Abbaye Saint-Martin de Savigny (Rhône)

    De 1777 à 1791, chapitre noble, fondé par Madeleine de Fenoyl. - De 1804 à 1905, les bâtiments furent occupés par le Petit séminaire de l'Argentière

Organisations ayant débuté leur activité en 17773 documents

  • Librairie. - Bureau ouvert le 10 mars 1777 et confié au "sieur Anceaume", chargé de gérer la diffusion, à Paris et en province, de la "Bibliothèque universelle des romans", alors publiée par le libraire Jacques Lacombe. Les libraires qui publient successivement la "Bibliothèque universelle des romans" en assurent généralement en parallèle (et à leur adresse) une diffusion en province : Jacques Lacombe jusqu'en mai 1778 ; Nicolas-Léger Moutard d'oct. 1778 à mai 1779 ; Antoine Guénard Demonville de juin 1779 à sept. 1780 ; Pierre-François Gueffier d'oct. 1780 à avril 1782 ; Antoine Guénard Demonville à nouveau d'avril 1782 à juin 1784 puis de mars 1785 à juin 1787. D'oct. 1786 à juillet 1787, le bureau semble avoir été tenu à son adresse d'alors (place Saint-Michel, au coin de la rue Saint-Hyacinthe) par le libraire Jean-François Bastien, qui ne fait figurer son nom (et sa nouvelle adresse, rue des Mathurins) qu'entre août 1787 et juillet 1788

  • Imprimerie-librairie de l'université de Buda (après 1873 de Budapest), transférée, par l'impératrice Marie-Thérèse, de Nagyszombat (aujourd'hui Trnava, Slovaquie), où était établie l'université (jésuite jusqu'à la dissolution de la Compagnie de Jésus), avec son imprimerie. Celle-ci dans la capitale perd son caractère religieux et devient l'imprimerie officielle de l'État : elle obtient le monopole de tous les manuels scolaires pour la Hongrie en 1779, publie notamment le "Corpus juris Hungarici" à partir de 1811, devient en même temps l'imprimerie de l'Académie hongroise des sciences, imprime des ouvrages dans toutes les langues du pays, etc. L'imprimerie est dirigée par un conseiller royal, notamment de 1777 à 1783 par Mátyás Trattner, puis de 1804 à 1838 par Ferenc Sághy ; sous la direction de ce dernier, on publie la grande majorité des revues, des ouvrages importants, etc., pendant "l'ère des réformes" (1830-1848). Plus tard l'imprimerie perdra de son importance, mais restera en fonction jusqu'en 1948. De 1777 à 1797 une succursale fonctionne à Nagyszombat

  • Imprimerie de Monsieur, frère de Louis XVI et comte de Provence (futur Louis XVIII), dirigée par Pierre-François Didot (dit Didot jeune), lequel succède en mars 1779 à Philippe Vincent qui avait été nommé imprimeur de Monsieur en 1763. Encore en activité en 1791

Organisations ayant cessé leur activité en 17772 documents

  • Librairie(s). - Association(s) dont la composition a varié. En 1704, la Compagnie regroupe : Pierre II Aubouyn, Michel Clousier, Antoine Damonneville, Michel et Christophe I David, Jean Du Bourg, Pierre Émery, Antoine I, Julien et Pierre I Gandouin, Alexis de La Roche, François II Le Breton, Thomas Moette, Jean-Geoffroy et Jean-Luc I Nyon, Pierre II Ribou, Étienne Robinot. En 1708-1715, on y retrouve : Michel Clousier, Michel David et Pierre II Ribou, plus Guillaume II Cavelier, Henri Charpentier, Jean II Guignard et Charles II Osmont. En 1716, elle inclut Florentin Delaulne. - En 1719 : Michel Clousier, Florentin Delaulne, Hilaire Foucault, Étienne Ganeau, Pierre-François Giffart, Nicolas Gosselin, Jean-Geoffroy Nyon. En 1723-1724 : Gabriel Amaulry, Pierre-Jacques Bienvenu, Robert-Marc I Despilly, Daniel II et Denis Horthemels, Jean Hourdel, Pierre-Michel Huart, Pierre Huet, Charles Le Clerc, Laurent Mazuel, Jean-André Morin, Pierre Morisset, Denis Mouchet, Charles II Osmont, Pierre Prault, plus l'un des Saugrain. En 1724-1726 : Nicolas Gosselin et "les interessez au magasin de Guimet" (?). En 1742 : Marc Bordelet, Jacques Clousier, Michel Damonneville, Michel-Antoine David, Pierre I Gandouin, Louis-Étienne Ganeau, Pierre-Michel Huart, Jean-Luc II Nyon, Laurent-François I Prault, Gabriel-François Quillau. - En 1754 : Rombaut Davidts, Pierre-Nicolas Delormel, Jean Desaint, Laurent Durand, Louis-Étienne Ganeau, Charles-François Hochereau (dit aîné), Noël-Jacques Pissot, Laurent-François I Prault (dit jeune), Charles II Robustel (dit jeune) et Charles Saillant ; en 1756 : Nicolas-François Moreau pour imprimeur. En 1758 (œuvres de Jean-François Regnard) : Denis-Jean Aumont, Marie-Jacques Barrois, Jean-Baptiste-Claude II Bauche, veuve de Marc Bordelet, Michel Damonneville, veuve de Michel-Étienne II David, Nicolas-Bonaventure Duchesne, Laurent Durand, veuve de Pierre I Gandouin, Jean-Luc II Nyon, Pierre Prault, Étienne-François Savoye. - En 1773-1774 : Denis-Jean Aumont, Guillaume-Luc Bailly, Paul-Denis Brocas, Louis Cellot, Nicolas-Augustin Delalain, veuve de Nicolas Desaint, Pierre-Étienne-Germain Durand, Claude-Jacques-Charles Durand de Surgères, Charles-François Hochereau, Denis Humblot, Edme-Jean Le Jay, Antoine-Prosper Lottin, Jean-Luc III Nyon et Charles Saillant

  • Association formée pour l'exploitation du fonds et des privilèges de Jean Anisson (1642?-1721) et de ses héritiers et successeurs (dont Claude III Rigaud, son beau-frère), notamment pour la publication des œuvres du P. Louis Bourdaloue, S. J. Composition du groupe en 1777 : Antoine-Chrétien Boudet, la veuve de Nicolas Desaint, Claude Martin, et Louis-François Delatour, qui a obtenu à son nom un nouveau privilège de 15 ans pour les œuvres de Bourdaloue le 10 avril 1771

Œuvres terminées en 17779 documents

Spectacles représentés en 17773 documents

Documents publiés en 17774142 documents

  • [16e] Simphonie concertante a plusieurs instruments... exécuté au Concert spirituel et aux concerts de Messieurs les Amateurs

    Description matérielle : 10 parties séparées
    Description : Note : Parties : vl. I princ., vl. II princ., vl. I, vl. II, vla, b., ob. I, ob. II, cor I, cor II
    Édition : Paris : Mme Bérault , [1777]
    Compositeur : Giuseppe Maria Cambini (1746?-18..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb397819068]
  • 1.er cahier N° 1

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : burin ; 24 x 39 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - burin
    Note : Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. 12, Janinet-Launay / par Michèle Hébert,... et Yves Sjöberg. - Bibliothèque nationale (Paris), 1973, article JUILLET (Jacques), n. 65
    Sources : Les maîtres ornemanistes / par D. Guilmard, 1880, p. 246
    Édition : [Paris] : [Le Père et Avaulez] , [1777]
    Graveur : Jacques Juillet (1739-17..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44570995b]
  • 1.er Cahier N° 2

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : burin ; 24 x 39 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - burin
    Note : Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. 12, Janinet-Launay / par Michèle Hébert,... et Yves Sjöberg. - Bibliothèque nationale (Paris), 1973, article JUILLET (Jacques), n. 65
    Sources : Les maîtres ornemanistes / par D. Guilmard, 1880, p. 246
    Édition : [Paris] : [Le Père et Avaulez] , [1777]
    Graveur : Jacques Juillet (1739-17..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44570996p]
  • 1.er Cahier N° 3

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : burin ; 24 x 39 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - burin
    Note : Dans les angles supérieurs de la pl. Signé à la pointe, dans l'angle inférieur g.
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. 12, Janinet-Launay / par Michèle Hébert,... et Yves Sjöberg. - Bibliothèque nationale (Paris), 1973, article JUILLET (Jacques), n. 65
    Sources : Les maîtres ornemanistes / par D. Guilmard, 1880, p. 246
    Édition : [Paris] : [Le Père et Avaulez] , [1777]
    Graveur : Jacques Juillet (1739-17..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb445709971]
  • 1.er Cahier N° 4

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : burin ; 24 x 39 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - burin
    Note : Signé à la pointe dans l'angle inférieur dr.
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. 12, Janinet-Launay / par Michèle Hébert,... et Yves Sjöberg. - Bibliothèque nationale (Paris), 1973, article JUILLET (Jacques), n. 65
    Sources : Les maîtres ornemanistes / par D. Guilmard, 1880, p. 246
    Édition : [Paris] : [Le Père et Avaulez] , [1777]
    Graveur : Jacques Juillet (1739-17..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44570998c]
  • 1.er Cahier N° 5

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : burin ; 24 x 39 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - burin
    Note : Signé à la pointe dans l'angle inférieur dr.
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. 12, Janinet-Launay / par Michèle Hébert,... et Yves Sjöberg. - Bibliothèque nationale (Paris), 1973, article JUILLET (Jacques), n. 65
    Sources : Les maîtres ornemanistes / par D. Guilmard, 1880, p. 246
    Édition : [Paris] : [Le Père et Avaulez] , [1777]
    Graveur : Jacques Juillet (1739-17..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44570999q]
  • 1.er Cahier N° 6

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : burin ; 24 x 39 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - burin
    Note : Signé à la pointe dans l'angle inférieur g.
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. 12, Janinet-Launay / par Michèle Hébert,... et Yves Sjöberg. - Bibliothèque nationale (Paris), 1973, article JUILLET (Jacques), n. 65
    Sources : Les maîtres ornemanistes / par D. Guilmard, 1880, p. 246
    Édition : [Paris] : [Le Père et Avaulez] , [1777]
    Graveur : Jacques Juillet (1739-17..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44571000k]
  • [20e] Simphonie concertante a plusieurs instruments... exécuté au Concert spirituel et aux concert de Messieurs les Amateurs

    Description matérielle : 10 parties séparées
    Description : Note : Parties : vl. I princ., vl. II princ., vl. I, vl. II, vla, b., ob. I, ob. II, cor I, cor II
    Édition : Paris : Mme Bérault , [1777]
    Compositeur : Giuseppe Maria Cambini (1746?-18..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39781907m]
  • [2e] Concerto a cor principal, premier et second violon, alto et basse, deux hautbois, deux cors... [en mi]

    Description matérielle : 9 parties
    Description : Note : Parties : cor princ., vl. I, vl. II, vla, b., ob. I, ob. II, cor I, cor II
    Édition : Paris : Sieber , [ca 1777]
    Compositeur : Giovanni Punto (1746-1803)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39792750n]
  • [4 plans d'aménagement d'une tour d'angle, en chambre à coucher]

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dess. : plume, en noir ; 26,4 x 24,3 cm (f.)
    Description : Technique de l'image : dessin. - plume
    Édition : , [Entre 1777 et 1824]
    Dessinateur : Jean Jacques Lequeu (1757-1826)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402911784]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données