Auteurs reliés à André-Augustin Lottin (1761?-18..)

Tout (10 Contributeurs)
  • Jurisconsulte et officier de cavalerie

    Contributions communes de Joseph de Bernardi (1751-1824) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • Libraire et auteur. - Natif de Paris. Avocat de formation. En apprentissage de libraire à Paris à partir d'août 1783. Reçu libraire le 7 août 1787 en vertu d'un arrêt du Conseil du 23 juillet précédent le dispensant d'achever son apprentissage, il aurait commencé à exercer dès 1786. Se déclare en faillite le 24 déc. 1789. Tient imprimerie, en 1790-1791 au moins. Publie plusieurs catalogues de sa librairie. Breveté libraire le 1er oct. 1812 (brevet renouvelé le 24 mars 1820). En faillite à nouveau en nov. 1813. Auteur de plusieurs guides de voyages et de traductions de l'anglais, ainsi que d'ouvrages d'instruction. Encore en activité en 1824, il se démet en faveur de Lazare-François Hivert, breveté libraire le 19 avril 1825. Père du libraire Alexandre Briand dit "Briand fils", en activité à partir de 1810

    Associé au libraire Daniel-Michel Le Tellier, rue du Jardinet, entre sept. 1798 et oct. 1802

    Contributions communes de Pierre-César Briand (1763-1839) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • Imprimeur-libraire ; éditeur et marchand d'estampes ; journaliste. - Natif de Grenoble. Entré en apprentissage en 1766 chez le libraire de Grenoble Joseph Cuchet, chez qui il aurait travaillé ensuite 19 ans avant de venir à Paris. Reçu apprenti le 26 avril 1785 chez le libraire de Paris Gaspard-Joseph Cuchet (fils de Joseph) puis reçu maître à Paris le 15 juillet 1785 en vertu d'un arrêt du Conseil du 4 juillet 1785 le dispensant de la fin de son apprentissage. Exerce en fait à Paris dès 1782. Lance la "Bibliothèque physico-économique..." (1782), à laquelle il collabore, puis le "Cabinet des modes" (1785), devenu "Magasin des modes nouvelles" et poursuivi pendant la Révolution sous le titre "Journal de la mode et du goût". Exerce également l'imprimerie à partir de 1792 ou peu avant, et jusqu'en 1803 au moins. Publie de nombreux périodiques durant la Révolution : "Le Patriote français", "La Bouche de fer", les "Annales patriotiques et littéraires" de Louis-Sébastien Mercier, etc. Commissaire civil de la section du Théâtre-Français et membre du premier comité de surveillance (août 1792). Plusieurs fois inquiété pendant la Convention ; arrêté le 28 déc. 1794 pour publication d'un ouvrage jugé contre-révolutionnaire et royaliste, "Le Spectateur français..." de Jacques-Vincent Delacroix. Fonds racheté au moins en partie par Claude Arthus-Bertrand (catalogue imprimé, 1811). Encore en activité en avril 1813. Décédé à Paris en avril 1814

    Contributions communes de François Buisson (1753-1814) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • Gendre du libraire Eugène Onfroy. Exerce aussi comme commissionnaire en librairie. En faillite en fév. 1804. Vente des "principaux articles" provenant de son fonds de librairie à partir du 14 fév. 1805 (catalogue impr.)

    Contributions communes de Jean-Jacques Fuchs (libraire, 17..-18..) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • Également propriétaire de cabinet littéraire et marchand d'estampes. - Diffuse de nombreux périodiques, dont le "Journal de la justice civile, criminelle, commerciale et militaire" en association avec le libraire Maret du 30 mars au 7 août 1796, puis le "Journal des droits et des devoirs..." du 18 août à déc. 1796, en association avec le même. Publie en 1801-1802 "Révolution française ou Analyse complette et impartiale du "Moniteur", suivie d'une table..." N'est plus attesté en 1803-1804

    Contributions communes de Girardin (libraire, 17..-18..) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • Théoricien politique

    Contributions communes de James Harrington (1611-1677) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de Leurs Éminences messeigneurs les cardinaux, légat de Sa Sainteté et archevêque de Paris ; imprimeur de Notre Saint-Père le pape (1804) et de l'archevêché (ou : de monseigneur l'archevêque) [de Paris]. - Originaire de Marseille-en-Beauvaisis (Oise). En fév. 1787, entre en apprentissage pour 4 ans chez son frère le libraire parisien François-Augustin Leclère. Établi à la faveur de la Révolution, en 1795 ou peu avant. Dirige l'Imprimerie des Sourds-Muets, en l'an IX et en l'an X au moins. Devenu imprimeur du pape lors de la visite de Pie VII à Paris pour le sacre de Napoléon (déc. 1804). En faillite en sept. 1805. Breveté imprimeur le 1er avril 1811 (brevet renouvelé le 15 oct. 1816) et libraire le 1er oct. 1812 (brevet renouvelé le 30 mars 1820). Dit âgé de 39 ans en août 1802, d'après un factum. Son fils (Henri-) Adrien Leclère (1796?-1867) est breveté imprimeur et libraire le 31 août 1825 en sa succession. Un Adrien-Honoré Leclère décède à Paris (VIe arrondissement) le 3 août 1831, peut-être est-ce lui

    Travaille en association avec l'imprimeur Jean-Ange Clô avant sa faillite de sept. 1805

    Contributions communes de Adrien Leclère (1763?-1831?) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • Autre graphie(s) : Quatremere ; Quatremére. - Exerce la librairie à Paris en 1795-1796. Publie en 1796 les "Lettres sur le préjudice qu'occasionneraient aux arts et à la science le déplacement des monumens... le démembrement... la spoliation...", attribuées à Antoine Quatremère de Quincy (1755-17849), auquel il est peut-être apparenté. À rapprocher aussi peut-être d'un Quatremère, libraire à Paris rue de Bellechasse en 1804

    Contributions communes de Quatremère (libraire, 17..-179.?) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • Homme politique ; policier ; journaliste et imprimeur. - Né à Chatou (Yvelines), fils d'un garde-chasse. Procureur au Châtelet de Paris (1783). Révolutionnaire de la première heure aux côtés de Camille Desmoulins. Membre du club des Jacobins. Membre de la Commune de Paris après le 10 août 1792, substitut du procureur syndic, affecté à la section de la police. Arrêté en mars 1794, emprisonné au Luxembourg, il est sauvé par le 9-Thermidor (27 juillet 1794). Auteur et coéditeur d'un "Essai sur les journées des treize et quatorze vendémiaire" (Paris, an IV). Rédacteur (1795-1796) et imprimeur (1796) du "Journal de l'opposition" ; propriétaire, corédacteur avec Jean-Claude-Hippolyte Méhée de La Touche, éditeur et imprimeur (du 6 mai au 17 août 1796) du "Journal des patriotes de 89". Commissaire du Directoire près le département de la Seine (juin 1799), il y dirige le bureau central chargé de la police et participe à ce titre avec Joseph Fouché au coup d'État du 18-Brumaire (9 nov. 1799) qui instaure le Consulat. Instruit notamment les affaires Cadoudal et Pichegru. Conseiller d'État sous le Consulat et l'Empire, comte d'Empire (1808), directeur de l'un des principaux arrondissements de police du ministère de la Police générale. Écarté du Conseil d'État à la Ire Restauration. Préfet de police pendant les Cent Jours (mars-juin 1815). En exil de 1816 à déc. 1818. Décédé à Paris en 1834. Auteur de rapports et d'opuscules politiques. Ses Mémoires ont été publiés très partiellement et à titre posthume sous le titre "Indiscrétions tirées du portefeuille d'un fonctionnaire de l'Empire..." (Paris, 1835, 2 vol.)

    Contributions communes de Pierre-François Réal (1757-1834) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

  • A aussi écrit en français, en latin et traduit du latin en anglais

    Théologien et homme politique, représentant du déisme anglais. - Baptisé sous le nom de "Junius Janus", il prit celui de John sur les conseils de son maître d'école

    Contributions communes de John Toland (1670-1722) et André-Augustin Lottin (1761?-18..)

Tout (10 Contributeurs)