Constance I (reine de Sicile, 1154-1198)

Image non encore disponible
Sexe :féminin
Naissance :Palerme (Italie), 1154
Mort :Palerme (Italie), 1198
Note :
Fille posthume du roi Roger II, mariée en 1186 au futur empereur Henri VI (1165-1197), prétend au trône de Sicile à la mort de son neveu Guillaume II (1189)
Autres formes du nom :Constance (impératrice, 1154-1198)
Constance (reine de Germanie, 1154-1198)
ISNI :ISNI 0000 0003 8251 4453

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Constance I (reine de Sicile; 1154-1198)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • GLU

Autres formes du nom

  • Constance (impératrice, 1154-1198)
  • Constance (reine de Germanie, 1154-1198)

Biographie Wikipedia

  • Constance de Sicile, de la famille des Hauteville, née en 1154, fut reine consort de Germanie puis impératrice consort du Saint-Empire et enfin reine de Sicile. Elle est la fille posthume du roi normand Roger II de Sicile, (mort en février 1154) et de Beatrix de Rethel.Son neveu, le roi Guillaume le Bon, la donne en mariage au prince impérial germanique Henri de Hohenstaufen, fils de l'empereur germanique Frédéric Barberousse (1186). La mort prématurée et sans descendance légitime de son neveu en 1189 plonge le royaume siciliano-normand dans de graves problèmes de succession lorsque l'empire germanique prétend à l'héritage du royaume par mariage et Constance est un moment prisonnière du candidat normand, Tancrède de Lecce, couronné roi à Palerme au début de l'année 1190. Capturée à Salerne, elle est ramenée à Palerme puis éloignée à Naples avant d'être finalement libérée par son mari, Henri de Hohenstaufen, vainqueur de Tancrède et couronné enfin roi le 25 décembre 1194 ; Constance devient dès lors reine de Sicile. Elle ne peut empêcher le pillage des richesses de l'île par les troupes germaniques et la sévère répression de son mari envers la noblesse normande. Cependant, à la mort de ce dernier en 1197, elle renvoie un certain nombre de seigneurs germaniques installés dans le royaume. Mère du futur roi de Sicile, Frédéric de Hohenstaufen, la « stupor mundi », elle meurt peu de temps après son époux, le 27 novembre 1198, après avoir confié par testament la régence du royaume de Sicile au pape Innocent III.

Pages équivalentes