Julian Jaynes

Pays :États-Unis
Langue :anglais
Note :
Professeur de psychologie à l'Université de Princeton (en 1994)
ISNI :ISNI 0000 0001 1019 7204

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • La naissance de la conscience dans l'effondrement de l'esprit

    Description matérielle : 524 p.
    Description : Note : Index
    Édition : Paris : Presses universitaires de France , 1994

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35719328v]
  • The Origin of consciousness in the breakdown of the bicameral mind

    Description matérielle : 467 p.
    Description : Note : Notes bibliogr. Index
    Édition : Boston : Houghton Mifflin , cop. 1976

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35386354f]

Éditeur scientifique1 document

  • Historical conceptions of psychology

    Description matérielle : XII-323 p.
    Description : Note : Bibliogr. p. 289 à 304. Index
    Édition : New York : Springer publishing C° , cop. 1973

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35381242z]

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • La naissance de la conscience dans l'effondrement de l'esprit / Julian Jaynes, 1994

Biographie Wikipedia

  • Julian Jaynes (27 février 1920 - 21 novembre 1997) est un psychologue américain. Il est surtout connu pour sa théorie de la bicaméralité, présentée dans son livre La naissance de la conscience dans l'effondrement de l'esprit [bicaméral]. Cette théorie affirme que l'esprit humain était autrefois constitué de deux parties, une qui « parlait » et formulait la décision à prendre dans les situations de stress, l'autre qui écoutait et obéissait. Aucune de ces deux parties n'étaient véritablement conscientes au sens où on l'entend aujourd'hui, et la conscience serait apparue progressivement, au fur et à mesure que l'esprit bicaméral, comme il nomme cet état, disparaissait.Il ne s'agit d'ailleurs pas, à proprement parler, d'une disparition mais de la conversion de l'usage de la seconde chambre (hémisphère droit pour les droitiers qui n'ont pas une latéralisation cérébrale inversée). Celle-ci a plusieurs fonctions intriquées, en particulier la métis, le dialogue intérieur et donc globalement la conscience subjective.Cette théorie, comme il l'explique dans la préface de son ouvrage majeur, lui fut en grande partie inspirée par les résultats des premières hémisphérectomies et surtout commissurotomieseffectuées dans les années 1950 par le neurophysiologiste américain Roger Sperry afin de traiter des cas d'épilepsie aigüe par voie intrusive.

Pages équivalentes