Fabio Colonna (1567-1640)

Image non encore disponible
Pays :Italie
Langue :italien
Sexe :masculin
Naissance :Naples, Itaile, 1567
Mort :Naples, Italie, 25-07-1640
Note :
A aussi écrit en latin
Théoricien de la musique. - Membre de l'Accademia dei Lincei de Rome, d'où son surnom. - Inventeur de la Sambuca Lincea
Autres formes du nom :Fabius Columna (1567-1640)
Fabio Linceo (1567-1640)
ISNI :ISNI 0000 0001 1809 8104

Ses activités

Auteur du texte14 documents1 document numérisé

  • sive plantarum aliquot historia in qua describuntur diversi generis plantae veriores, ac magis facie, vibusque respondentes antiquorum Theophrasti, Dioscoridis, Plinii, Galeni, aliorumque delineationibus, ab aliis hucusque non anima duerne, Fabio Columna auctore, accessit etiam piscium aliquot, plantarumque novarum historia eodem auctore...

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfilm
    Description : Note : Date d'éd. du microfilm provenant d'un catalogue d'éditeur. - Index
    Édition : Cambridge (Mass.) : Omnisys , [ca 1990]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37243160c]
  • Contenu dans : De Corporibus marinis lapidescentibus quae defossa reperiuntur, auctore Augustino Scilla. Addita Dissertatione Fabii Columnae de glossopetris

    Dissertatio de glossopetris.... - [1]

    Description matérielle : In-4° , II-82 p., et la table des pl., pl., frontisp., fig. au titre
    Description : Note : Traduction de "La vana speculazione disingannata dal senso", par G. G. Bottari, selon Mira
    Édition : Romae : sumptibus V. Monaldini , 1759. Ed. 2a

    [catalogue]
  • Contenu dans : De Corporibus marinis lapidescentibus quae defossa reperiuntur, auctore Augustino Scilla. Addita Dissertatione Fabii Columnae de glossopetris

    Dissertatio de glossopetris.... - [1]

    Description matérielle : In-4° , IV-73 p. et la table des pl., pl., frontisp.
    Description : Note : Traduction de "La vana speculazione disingannata dal senso", par G. G. Bottari, selon Mira. - Le frontisp. a été relié en tête des pl.
    Édition : Romae : typis A. de Rubeis , 1747

    [catalogue]
  • Contenu dans : De Corporibus marinis lapidescentibus quae defossa reperiuntur, auctore Augustino Scilla. Addita Dissertatione Fabii Columnae de glossopetris

    Dissertatio de glossopetris.... - [1]

    Description matérielle : In-4° , VIII-84 p. et la table des pl., pl., frontisp., fig. au titre
    Description : Note : Traduction de "La vana speculazione disingannata dal senso", par G. G. Bottari, selon Mira
    Édition : Romae : sumptibus V. Monaldini , 1752. Ed 2a

    [catalogue]
  • Fabii Columnae,... @ , cui accessit vita Fabii et lynceorum notitia annotationesque @ Jano Planco Ariminensi auctore,...

    Description matérielle : LII-134 p. et pl.
    Édition : Mediolani : P. C. Viviani cura , 1744

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb302602800]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • La Sambuca Lincea... / Fabio Colonna, 1992
  • Utet
    Encicl. italiana

Autres formes du nom

  • Fabius Columna (1567-1640)
  • Fabio Linceo (1567-1640)

Biographie Wikipedia

  • Fabio Colonna ou Fabius Columna est un botaniste italien, né en 1567 à Naples et mort le 25 juillet 1640 à Naples.Colonna vient à la botanique par hasard : souffrant d'épilepsie, il s'intéresse aux plantes médicinales afin de trouver un remède à sa maladie. C'est grâce à l'étude de l'œuvre de Dioscoride qu'il trouve enfin une plante, la Valériane, qui lui apporte un peu de soulagement (bien que cette espèce ne soigne pas vraiment l'épilepsie). Considérant que les ouvrages des auteurs anciens sont confus et contradictoires, il décide d'y apporter un peu d'ordre.Il publie en 1592, Phytobasanos (traduit en français sous le titre d'Examen critique des plantes) et Ekphrasis. Ses descriptions comme ses illustrations sont d'une très grande qualité. Il tente d'établir des synonymies entre les différents auteurs et rejette l'utilisation des feuilles pour la détermination : il privilégie les organes floraux et fructifères, opinion partagée aussi par Conrad Gessner (1516-1565) et Andrea Cesalpino (1519-1603).Les botanistes lui doivent le mot "pétale" pour les pièces colorées de la fleur qui, avant lui, se nommaient "feuilles florales".C'est lui qui, le premier, démontre de façon convaincante que les glossopètres sont des dents de requin fossiles, dans son traité De glossopetris dissertatio publié en 1616 : il soumet à l'action du feu des glossopètres présentes dans un échantillon de tuf et des dents de requin vivant. Le tuf se calcine immédiatement tandis que les glossoptères et les dents se carbonisent d'abord et donnent des cendres.

Pages équivalentes