Édouard Sautayra (1826-1885)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Saint-Marcel (Drôme), 12-05-1826
Mort :Montélimar (Drôme), 24-06-1885
Note :
A aussi traduit de l'hébreu en français
Président du tribunal de Mostaganem (Algérie)
ISNI :ISNI 0000 0001 1984 8034

Ses activités

Éditeur scientifique3 documents1 document numérisé

  • Législation de l'Algérie

    lois, ordonnances, décrets et arrêtés... avec notices et 2 tables, analytique et chronologique

    2e éd
    Description matérielle : 1 vol. (V-667 p.)
    Édition : Paris : Maisonneuve , 1883
    Auteur du texte : Algérie (Période coloniale), France

    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35236679d]
  • Code rabbinique, "Eben haezer", traduit... avec les explications des docteurs juifs... et des notes comparatives de droit français et de droit musulman, par É. Sautayra,... et M. Charleville,...

    Description matérielle : 2 tomes en 1 vol. in-8°
    Édition : Paris , 1868-1869

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31303493p]
  • Législation de l'Algérie

    lois, ordonnances, décrets et arrêtés par ordre alphabétique

    Description matérielle : 2 vol.
    Édition : Paris : Maisonneuve , 1878-1884

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb313034941]

Auteur du texte3 documents2 documents numérisés

  • Concours pour l'auditorat au Conseil d'État. Thèse. Édouard Sautayra,... Juillet 1849

    Description matérielle : In-4° , 15 p.
    Édition : Paris : impr. de Chaix , (s. d.)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb313034910]
  • Du statut personnel et des successions

    Description matérielle : 2 vol. (VII-410, 439 p.)
    Description : Note : En avant-titre : "Droit musulman
    Édition : Paris : Maisonneuve et Cie , 1873-1874
    Autre auteur du texte : Eugène Cherbonneau

    2 documents numérisés : Tome 1 - Tome 2
    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31303492b]
  • Contenu dans : Cour d'appel d'Alger. Procès-verbal de l'installation de M. Sautayra en qualité de Premier Président de la Cour. Audience solennelle du 23 mai 1881. Discours prononcés par M. le procureur général Pompéi, M. le président Perrine, M. le premier président Sautayra

    Discours.... - [1]

    Description matérielle : In-8° , 40 p.
    Édition : Alger : A. Jourdan , 1881

    [catalogue]

Autre2 documents

  • Concours pour l'Auditorat au conseil d'Etat. Thèse. Edouard Sautayra... Juillet 1849

    Description matérielle : In-4°, 15 p.
    Édition : Paris : Impr. de N. Chaix , (1849)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34071040v]
  • Cour d'appel d'Alger. Procès-verbal de l'installation de M. Sautayra en qualité de premier président de la cour. Audience solennelle du 23 mai 1881

    Description matérielle : In-8°. Pièce
    Édition : Alger : A. Jourdan , 1881

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34067709w]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Législation de l'Algérie : lois, ordonnances, décrets et arrêtés par ordre alphabétique / [publiés par É. Sautayra et P. Lapra], 1878-1884
  • Ouvrages de reference : ABF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Biographie Wikipedia

  • SAUTAYRA (Édouard) né le 12 mai 1826 à Saint-Marcel près de Montélimar (Drôme), décédé le 24 juin 1885. Nous sommes relativement bien renseigné sur ce magistrat, une courte biographie lui est consacrée dans le Dictionnaire biographique de la Drôme. Le plus simple est sans doute de la reproduire : « Sautayra (Edouard), fils de Charles Alexandre Gustave Sautayra et de Lucie-Agathe Chabas, né à Saint-Marcel-de-Sauzet (Drôme), le 12 mai 1826, se fit recevoir docteur en droit et concourut avec succès, en 1849, pour une place d’auditeur au Conseil d’État, qu’il abandonna au 2 décembre 1851.(Le père de notre Édouard était un homme politique farouchement anti-bonapartiste et le faisait savoir. Ceci explique que la famille se fit discrète au lendemain du coup d’état. Cf. J. BRUN-DURAND, Dictionnaire, op. cit. p. 333). Devenu juge de paix de Mascara (Algérie), huit ans après, c’est-à-dire alors qu’il s’agissait, non seulement d’organiser l’administration de la justice dans notre grande colonie africaine, mais encore et surtout de faire comprendre aux populations arabes les bienfaits de cette organisation, en conciliant leurs traditions et leurs coutumes séculaires avec les principes de notre droit, il se mit aussitôt à étudier le droit musulman et la loi mosaïque, son point de départ. Et cette étude ayant été continuée pendant plusieurs années, dans différents postes, il entreprit, avec le concours de M. Charleville, la première traduction qui ait été faite du Code rabbinique, et l’accompagna des explications des docteurs juifs et de la jurisprudence de la cour d’Alger : travail d’autant plus utile pour les magistrats français en Algérie, qu’il leur importe de connaître la loi musulmane, en remontant à ses sources, pour bien remplir leur tâche.(Cette remarque est intéressante à un double titre, à savoir par l’exactitude et l’erreur qu’elle comporte. Qu’il y ait une lointaine filiation entre le droit hébreux et le droit musulman, ceci est indéniable ; mais la connaissance du droit rabbinique présentait pour les juges français une utilité dans la mesure où ils étaient amenés à connaître des différends entre membres de la communauté juive et non pas pour remonter aux sources du droit musulman. A la décharge de l’auteur de la notice, précisons qu’il l’emprunte à la préface de l’ouvrage de Sautayra : « Les magistrats français ont donc besoin de connaître la loi musulmane… Or la source du droit musulman est incontestablement, au moins en ce qui concerne les questions d’état, dans la législation hébraïque. » E. SAUTAYRA et M. CHARLEVILLE, Code rabbinique. Eben Haezer, t. 1, Paris, 1868, p. 10. Par ailleurs, peut-être Sautayra emprunte-t-il lui-même cette affirmation à Keijzer qui mentionne la filiation entre le droit rabbinique et le droit musulman [Cette remarque a été faite par M. L. Buskens lors d’un colloque à Rouen le 11 octobre 2012] ; Sautayra connaît l’œuvre de Keijzer qu’il cite dans son traité sur le statut personnel et les successions, p. III et passim.) Successivement juge d’instruction à Tlemcen (6 décembre 1860), juge à Alger (10 septembre 1864), et président à Mostaganem (15 octobre 1866) Édouard Sautayra était, depuis le 13 juin 1868, vice-président du tribunal d’Alger, lorsqu’il publia cette traduction, que suivirent d’autres travaux inspirés du même esprit ; devenu conseiller à la cour d’Alger le 6 septembre 1870, il y était président de chambre depuis le 22 février 1879, lorsqu’on lui confia, en 1880, la chaire de droit musulman à l’école de droit d’Alger. Appelé, enfin, à la première présidence de la même cour le 28 avril 1881, il semblait devoir occuper pendant longtemps cette haute charge, lorsqu’il mourut subitement à Montélimar, le 24 juin 1885, étant alors officier de la Légion d’honneur et de l’Instruction publique, chevalier de l’ordre de Charles III et grand-croix du Nicham. Inhumé auprès des siens à Saint-Marcel-de-Sauzet, il y a été rejoint en 1894, par sa veuve, qui a laissé 10,000 fr à la commune, à la charge d’entretenir des fleurs sur le tombeau des Sautayra, et de distribuer des secours aux indigents, chaque année, à l’anniversaire de son décès et à celui de son mari.» Sautayra est principalement connu pour son ouvrage qu’il écrivit en collaboration avec E. Cherbonneau (fils d'Auguste Cherbonneau) : SAUTAYRA et E. CHERBONNEAU, Droit Musulman. Du statut personnel et des successions, 2 volumes, Paris, 1873-1874. Ouvrage qui est encore mentionné en 1947 par G.-H. Bousquet . (Cf. Dossier : Arch. Nat. : BB 6 (II) / 388, d. 522.)Portail du Second Empire Portail du Second Empire Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle Portail de l’Algérie Portail de l’Algérie Portail de la Drôme Portail de la Drôme Portail du droit Portail du droit

Pages équivalentes