Jean Chevalier

Pays :France
Langue :français
Note :
Docteur en chirurgie dentaire (Clermont-Ferrand 1, 1979)
ISNI :ISNI 0000 0000 0060 3734

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Contribution à l'étude de deux applications de la radiographie à la pratique odonto-stomatologique

    Description matérielle : 54 f.
    Édition : 63 _ Aubière : Clermont-Reproduction , [s.d.]

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb361543277]

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Contribution à l'étude de deux applications de la radiographie à la pratique odonto-stomatologique / Jean Chevalier, 1979 [Thèse]

Biographie Wikipedia

  • Jean-François Chevalier (né à Nancy en 1946) est un graveur et professeur de gravure.Il fait ses études à l'École nationale supérieure d'art de Nancy dans l’atelier de gravure d’André Vahl. Il obtient le Diplôme National d’Arts Plastiques, la qualité de ses travaux le faisant, très tôt, apprécié par ses pairs : ainsi, dès 1979, ses eaux-fortes lui valent l’approbation du maître André Jacquemin. Quant à l’Académie de Stanislas qui l’a honoré, en 1970, du prix Quintard, elle confirme son choix en 1980 en lui attribuant le prix Galilée : aussi participe-t-il, en compagnie d'artistes lorrains, comme lui lauréats de ce prix, à la grande exposition de 1989 aux galeries Poirel puis en 1992, à l’hommage à Jacques Callot, modèle de tous les graveurs. Nommé professeur de gravure à l’École supérieure d’art de Metz en 1982, il y forme un grand nombre de disciples tout en produisant une œuvre personnelle très importante et très diversifiée, puisque s’y rassemblent dessins, gravures, peintures, sculptures, installations et objets divers. Son inventivité, son habileté, son opiniâtreté, son goût pour le monumental, voire la démesure, s’accompagnent d’une curiosité qui lui fait mettre en place toutes les techniques et tous les matériaux, même les plus insolites, papier, carton, feutre, velours, bois, fonte, acier, cristal, pierre, polyester et oser, entre eux, d’étonnantes confrontations.C’est ainsi qu’en 1986 il grave au chalumeau décriqueur, à l’usine de Pompey, douze lingots d’acier pesant chacun plus de quatre tonnes : déposés le long de la Moselle, ces « Gueules d’enfer » constituent un hymne à la sidérurgie lorraine et un puissant hommage au labeur des hommes. En 2003, il présente dans le cloître canonial de la cathédrale de Saint-Dié-des-Vosges une installation —boules de tissus cousues et façonnées en confrontation à des roches de grès et de granit, immenses toiles peintes— où il se montre tout à la fois peintre, graveur, sculpteur et scénographe. Plus récemment encore, il proposait ses créations originales au festival du vent des Forêts et au musée du Fer à Jarville.Depuis quatre décennies, Jean-François Chevalier, qui a participé à de multiples expositions individuelles ou collectives et dont plusieurs œuvres importantes figurent dans des collections publiques[réf. nécessaire], a ainsi créé des recueils de gravures, des stèles-tabernacles, des installations poétiques, des lieux de mémoire et d’émotion.

Pages équivalentes