Abbaye Notre-Dame du Paraclet. Amiens

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Création :1219
Fin d'activité :1790
Note :
Abbaye fondée en juin 1219 par Enguerrand II, seigneur de Boves. Sa fille en fut la première abbesse. Isolée dans la campagne picarde, cette abbaye eut beaucoup à souffrir des troubles des XVIe et XVIIe siècles. C'est pourquoi les religieuses obtinrent le 24 septembre 1642 l'autorisation de déménager à Amiens, où elles arrivèrent en 1648. Leur nouvelle église fut consacrée le 13 août 1679. L'abbaye fut fermée en 1790
Autres formes du nom :Abbaye de Cisterciennes. Amiens (Notre-Dame du Paraclet. 1219-1790)
Abbaye du Paraclet. Amiens
Abbaye du Paraclet-des-Champs. Amiens

Pages dans data.bnf.fr

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • COTTINEAU, t.1, col. 86
    DHGE, t.2, col. 1261
  • CORELI, CNPL

Autres formes du nom

  • Abbaye de Cisterciennes. Amiens (Notre-Dame du Paraclet. 1219-1790)
  • Abbaye du Paraclet. Amiens
  • Abbaye du Paraclet-des-Champs. Amiens

Biographie Wikipedia

  • L’abbaye du Paraclet, appelée habituellement Le Paraclet ou encore Paraclet de Nogent, était une abbaye féminine bénédictine prestigieuse fondée par Abélard et Héloïse au XIIe siècle en Champagne à l'écart de Quincey, village aujourd'hui rattaché à la commune de Ferreux-Quincey, dans le diocèse de Troyes, aujourd'hui département de l'Aube.Chef du premier ordre spécifiquement féminin, le Paraclet a illustré un modèle basé sur l'érudition, la musique vocale savante et le petit nombre de professes comme de filiales, qui préfigure Saint-Cyr. Un temps promu au sein de l'Église en concurrence de l'abbaye mixte de Fontevraud et en opposition aux ordres mendiants, tel celui des Clarisses, il a représenté une tentative de reconnaissance de l'égalité intellectuelle des femmes au delà de l'échec du béguinage. Détruit par la Guerre de Cent Ans, les guerres de Religions et la Révolution, il montre aujourd'hui très peu de choses de ce qui en avait été restauré à partir du XVIIe.

Pages équivalentes