Joseph Aréna (1771-1802)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Ile-Rousse (Corse), 30-05-1771
Mort :Paris (France), 30-01-1802
Note :
Adjudant général (1793). - Élu député du département du Golo au Conseil des Cinq-cents (1796). - Comploteur, arrêté le 21 vendémiaire an IX, accusé d'avoir voulu assassiner le Premier consul Napoléon Bonaparte à l'Opéra. - Guillotiné à Paris le 30 janvier 1802 avec François Jean-Baptiste Topino-Lebrun (1764-1802) et Giuseppe Ceracchi (1751-1802). - Frère de Barthélemy Aréna (1765-1829)
Domaines :Histoire de la France
Autres formes du nom :Joseph-Antoine Aréna (1771-1802)
Aréna (1771-1802)
ISNI :ISNI 0000 0000 8227 278X

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Motion d'ordre faite par Aréna sur la situation de la Corse. Séance du 8 brumaire an VI

    Description matérielle : 1 pièce
    Édition : (Paris) : Impr. de Baudouin , brumaire an VI [1797]
    Éditeur scientifique : France. Conseil des Cinq-Cents

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36355913s]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Joseph Aréna (1771-1802)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Motion d'ordre faite par Aréna, sur la situation de la Corse. Séance du 8 brumaire an VI, 1797
  • Ouvrages de reference : ABF
    Un complot de police sous le Consulat / Gustave Hue, 1909
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autres formes du nom

  • Joseph-Antoine Aréna (1771-1802)
  • Aréna (1771-1802)

Biographie Wikipedia

  • Joseph Antoine Aréna (né à l'Île-Rousse (Corse) le 30 mai 1771 - guillotiné à Paris le 30 janvier 1801) est un militaire français, adjudant-général.Frère de Barthélémy Aréna, qui aurait tenté de poignarder Bonaparte le 18 brumaire, il naquit en Corse d'une famille ennemie de celle des Bonaparte. Il avait servi avec distinction dans la gendarmerie comme adjudant général (1793), lorsqu'il fut élu en 1797 député législatif de la Corse au Conseil des Cinq-Cents. Démissionnant du grade de chef de brigade de gendarmerie après le 18 brumaire; il fut convaincu avec Dominique Demerville, Giuseppe Ceracchi, François Topino-Lebrun et Giuseppe Diana, d'avoir participé à la conspiration des poignards (ou complot de l'opéra) visant à assassiner le premier consul le 10 octobre 1800, à la sortie d'une représentation de l'opéra les Horaces.Arrêté à l'Opéra au moment où le complot allait être exécuté, après un procès contesté par les accusés, il fut guillotiné le 30 janvier 1801 avec Demerville, Cerrachi et Topin-Lebrun. Diana, lui, fut acquitté.

Pages équivalentes