Ave verum
motet

Langue :latin
Date
Fin de création :
26-12-1905
Note :
Dates de composition : 16-26 décembre 1905. - Éd. : Symétrie

Éditions de l'œuvre

Enregistrements1 document

  • Contenu dans : Choeur, voix & orgue

    Ave verum. - Jean Cras, comp.. - [4]

    Description matérielle : 1 disque compact (1h 05 min 28 s) : DDD
    Description : Note sur l'enregistrement : Paris. - fr. - Église évangélique allemande. - 20070500. - 20080600
    Édition : [Paris] : Timpani : [distrib. Naïve distribution] , [DL 2010]
    Enregistrement : 2007-01-01 - 2008-01-01 - France - Paris - Église évangélique allemande
    Compositeur : Jean Cras (1879-1932)
    Soprano : Sophie Marin-Degor
    Violon : Catherine Montier
    Orgue : Pierre Farago

    [catalogue]

Partitions1 document

  • Contenu dans : Trois motets

    Ave verum. - [3]

    Description matérielle : 1 partition (15 p.) : ill. ; 30 cm
    Description : Note : Réunit : "Panis angelicus" ; "Ave Maria" ; "Ave verum". - Durée : ca 11 min. - Présentation et notice biographique en français et anglais
    Abstract : Jean Cras (1879-1932) était un fervent catholique: difficile de l'imaginer autrement pour un homme de cette origine et de ce milieu. Pratiquant, il l'était, tout comme l'était sa famille, puis comme le furent sa femme et enfin ses enfants, dans la stricte obédience romaine. La volumineuse correspondance entretenue avec ses parents et surtout avec son épouse – ayons en mémoire que c'était, pour cet officier de la Marine, l'unique moyen de correspondre avec des êtres chers, mais éloignés pour de longues semaines – nous renseigne avec précision sur la manière dont il vivait profondément sa foi chrétienne, et notamment sur l'importance qu'il accordait aux sacrements de l'Église. Il ne faut donc pas s'étonner si cette foi trouve sa traduction dans le catalogue de ses œuvres; mais de façon bien limitée, peut-être simplement parce que la majorité de ses ouvrages relevait – pour lui, et jusqu'à son opéra Polyphème – de l'intervention du divin, sans qu'il lui fût nécessaire de verser dans le «religieux». Il nous laisse une Messe à quatre voix a capella – et faisant suite à une autre messe de prime jeunesse –, quelques cantiques et pièces pour orgue, et les trois petits motets du présent cahier. Il est vrai qu'ils sont de la même veine, bien qu'espacés dans le temps, et trouvent leur point de départ dans l'habitude naturelle pour Cras d'écrire pour l'une de ses sœurs aînées, Gabrielle, soprano émérite qui créa nombre de ses mélodies. Si rien n'éclaire l'origine du Panis angelicus, écrit à l'âge de vingt ans, avant sa ren­contre décisive avec Duparc – sinon que la page est dédiée à Gabrielle –, la correspondance nous en apprend un peu plus sur les deux autres motets. En juin 1905, il écrit à son épouse: «J'ai mis à moitié sur pied un Ave Maria avec partie concertante de violon qui pourrait être très bien si je le termine comme je veux.»
    Édition : Lyon : Symétrie , 2016
    Compositeur : Jean Cras (1879-1932)

    [catalogue]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

  • L'atelier de data.bnf.fr vous propose un espace expérimental, pour découvrir ses données. Frises chronologiques, cartes, galeries d'images vous conduisent vers les ressources de la BnF.

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Pages équivalentes