Philipp Karl Hoffmann (1769-1842)

Pays :Allemagne avant 1945
Langue :allemand
Sexe :masculin
Naissance :1769
Mort :1842
Note :
Compositeur. - Pianiste. - Altiste
Domaines :Musique
Autre forme du nom :Philipp Carl Hoffmann (1769-1842)

Ses activités

Compositeur5 documents

  • Air : Bewahreteveh für weitücke tire de l'opéra : Die Zauberflöthe varié pour le clavecin, ou forte-piano par P. C. Hoffmann...

    Description matérielle : Gd in 4°, 7 p. titre ill
    Description : Note : N° 69 du Journal de musique pour les dames
    Édition : A Offenbach sur le Mein : chez Jean André , [s.d.]
    Auteur ou responsable intellectuel : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43052785j]
  • Air : Drey Knäbchen, jung, tiré de l'opera : Die Zauber flöthe Varié pour le clavecin ou piano forte par P. C. Hoffmann...

    Description matérielle : G.d in-4°, 5 p. titre ill.
    Description : Note : N° 68 du Journal de Musique pour les Dames
    Édition : A Offenbach sur le Mein : chez J. André , [s.d.]
    Auteur ou responsable intellectuel : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43052783v]
  • Air : Es siegte die Stärke tiré de l'opéra : Die Zauberflöthe Varré pour le clavecin ou forte-piano par P. C. Hoffmann...

    Description matérielle : G.d in-4°, 5 p. titre ill.
    Description : Note : N° 71 du Journal de musique pour les Dame
    Édition : A. Offenbach sur le Mein : chez Jean André , [s.d.]
    Auteur ou responsable intellectuel : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43052782h]
  • Air : Könnte-jeder brave Mann. Tiré de l'opera : Die Zauberflóthe Varié pour le clavecin, ou forte-piano par P. c Hoffmann...

    Description matérielle : G.d in-4°, 6 p., titre ill.
    Description : Note : N° 70 du Journal de musique pour les Dames
    Édition : A Offenbach sur le Mein : chez Jean André , [s.d.]
    Auteur ou responsable intellectuel : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb430527815]
  • Cadences se rapportant aux six grands concertos pour le piano-forte, op : 82 de Mozart, composées... par P. C. Hoffmann...

    Description matérielle : In-fol. obl., 33 p.
    Description : Note : Pour les concertos K. V : 503, 595, 491, 482, 488, 469
    Édition : A Offenbach s/m : chez J. André , [s.d.]
    Auteur ou responsable intellectuel : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb430527846]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Philipp Karl Hoffmann (1769-1842)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autre forme du nom

  • Philipp Carl Hoffmann (1769-1842)

Biographie Wikipedia

  • Philipp Karl Hoffmann, né le 5 mars 1769 à Mayence où il est mort en 1842, est un pianiste et compositeur allemand.Hoffmann étudia la philosophie et le droit, et ne cultiva d’abord la musique qu’en amateur. Dans sa jeunesse, il fit avec son frère, le violoniste virtuose Heinrich Anton un voyage à Francfort, où il connut Mozart, qui s’y était rendu à l’occasion du couronnement de l’empereur Léopold. L’illustre compositeur remarqua le talent des deux frères Hoffmann, encore enfants, et joua avec Philipp Karl ses belles sonates à quatre mains.La mort du père des jeunes gens les laissa sans moyens d’existence et les obligea à chercher des ressources dans la musique. Philipp Karl donna des leçons de piano à Mayence ; mais bientôt, le siège de cette ville et les évènements qui en furent la suite, le forcèrent à se retirer dans le Rheingau, puis à Aschaffenbourg, où il se trouvait sans emploi en 1796. Là, il se sépara de son frère, et prit le parti de se rendre à Offenbach. Il y donna des leçons de piano et fut attaché a l’orchestre du concert de la ville, et à la musique particulière d’un riche négociant du nom de « Bernard ».Vers la même époque, il se livra à l’étude de l’histoire naturelle, fut un des fondateurs de la société académique de Wetterau, et publia dans le premier cahier des mémoires de cette société un article sur l’entomologie. Deux voyages qu’il fit à Amsterdam et à Vienne le firent connaître avantageusement comme exécutant et comme compositeur. Dans cette dernière ville, il fit la connaissance de Haydn et de Beethoven, qui lui témoignèrent de l’estime.En 1810, une occasion favorable s’offrit à lui pour aller à Saint-Pétersbourg : il y demeura onze ans, et acquit par les leçons et les concerts qu’il y donna des richesses assez considérables pour aller, vers la fin de 1821, vivre dans l’aisance à Francfort. Ses connaissances étendues l’avaient fait nommer, à Saint-Pétersbourg, membre de la société russe d’histoire naturelle. Il s’y lia aussi d’une étroite amitié avec l’astronome et conseiller d’État Schubert.Le caractère distinctif du talent d’exécution de Philipp Karl Hoffmann consistait dans la netteté et la précision. Ses compositions avaient de la grâce et de l’originalité. Lorsque, dans ses dernières années, une attaque de paralysie ne lui permit plus de jouer du piano, il s’occupa encore de l’histoire naturelle, objet favori de ses études. II possédait une des plus belles collections d’insectes et de papillons en Europe.