Mouvement nationaliste du progrès. France

Pays :France
Langue :français
Création :1966
Note :
Mouvement nationaliste français (d'orientation européiste) fondé en janvier 1966 par certains dirigeants du courant d'idées incarné par le mensuel Europe-Action ; en novembre 1966, le mouvement crée le Rassemblement européen de la liberté (REL), plate-forme politique qui a tenté vainement une percée aux législatives (1967-1968)
Autre forme du nom :MNP

Pages dans data.bnf.fr

Voir aussi

  • Créée au printemps 1960 par un groupe d'étudiants et de lycéens parisiens puis de la France entière, souvent sympathisants ou adhérents du mouvement Jeune nation ; à l'origine de la création du Mouvement nationaliste du Progrès avec Europe-Action

  • Le Rassemblement européen de la liberté est une éphémère plate-forme politique nationaliste française (d'orientation européiste), créée en novembre 1966 par le "Mouvement nationaliste du progrès" (autour de Dominique Venner dit Julien Lebel, Jean Mabire, Pierre Bousquet, Pierre Krebs...) active jusqu'en 1969 ; héritier des idées d'Europe-Action, le REL professe également un nationalisme européen préfigurant celui qui sera développé ultérieurement par le GRECE

  • Mouvement d'extrême droite créé en janvier 1963 et disparu en 1967, s'appuyant sur la revue nationaliste du même nom, créé par Dominique Venner

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Nationaliste : organe mensuel de la délégation mosellane du Mouvement nationaliste du progrés, 1966

Autre forme du nom

  • MNP

Biographie Wikipedia

  • Le Mouvement nationaliste du progrès (MNP) était un mouvement nationaliste français (d'orientation européiste) fondé en janvier 1966 (congrès constitutif : 30 avril - 1er mai 1966) par certains dirigeants du courant d'idées incarné par le mensuel Europe-Action (a contrario, la création du MNP conduira Jean Mabire, en désaccord avec son orientation, à s'écarter d'Europe-Action). La présidence de celui-ci est confiée à Aurélien Guineau et le secrétariat général à Roger Lemoine. En novembre 1966, le mouvement crée, sur une idée de Ferdinand Ferrand, le Rassemblement européen de la liberté (REL), plate-forme politique qui tentera vainement une percée aux législatives (1967-1968).À ce groupe, appartenaient des membres de la Fédération des étudiants nationalistes (FEN) (créée en 1960), comme Georges Schmelz, Fabrice Laroche (Alain de Benoist) et François d'Orcival, qui publiaient les Cahiers universitaires. Défenseurs d'un nationalisme européen, ils compteront en 1968 parmi les fondateurs du GRECE, dans lequel le groupe se fondra pour l'essentiel.