Auteurs nés en 1812742 documents

Auteurs morts en 1812381 documents

  • Version
  • Version

    Professeur d'exégèse

  • Version

    Ingénieur volontaire à Toulon en 1747. - Élève à l'École de Mezières en 1749. - Ingénieur ordinaire et lieutenant réformé le 1er juillet 1750, affecté à Grenoble pour travailler sur la carte du Dauphiné. - Capitaine à Saint-Malo en 1756. - Campagnes d'Allemagne de 1758 à 1762. - À Toulon en 1763. - Campagnes de Corse en 1768-1769. - Ingénieur en chef à Saint-Malo en 1771. - Chevalier de Saint-Louis en 1772. - Sous-brigadier et lieutenant colonel à Antibes en 1777. - Colonel en 1781. - Brigadier d'infanterie en 1784. - Maréchal de camp faisant fonction de directeur des fortifications de Corse en 1788. - Construisit le fort Lamalgue à Toulon, ainsi que plusieurs fontaines et moulins et rebatit le port d'Antibes. - Auteur d'une carte manuscrite de la collection géographique du marquis de Paulmy.

  • Version

    Historien de la Savoie. - A vécu en Angleterre et en France. - Auteur de peintures, gravures et dessins

  • Version
  • Version

    Révolutionnaire. - Député de la Seine inférieure, représentant de la Convention à Lyon et dans l'Ain. - Meurt durant la retraite de Russie

  • Géographe, historique, biographe, lexicographe. - Officier militaire

  • Littérateur. - Directeur de correspondance à la régie de l'enregistrement

  • Architecte. - Avocat au parlement. - Homme politique

Personnes ayant débuté leur activité en 181235 documents

  • Version

    Libraire-éditeur et auteur. - Fils aîné de Gracchus Babeuf (1760-1797) et mêlé au procès de celui-ci. Commis chez un libraire parisien pendant six ans, il travaille ensuite pour le libraire de Bâle Johann Rudolf II Thurneysen (1756-1846) et voyage à travers l'Europe pour le compte de ce dernier. En Espagne, retrouve le dénonciateur de son père et le tue en duel. S'établit libraire en 1812 à Lyon où il est breveté le 1er janv. 1813. Bonapartiste actif en 1814, il prend part à la défense de Lyon puis suit Napoléon à l'île d'Elbe. Établi libraire à Paris peu avant le retour de l'Empereur. Auteur la même année d'une "Lettre à M. le comte Carnot, ministre de l'Intérieur, ou Appel à tous les bons Français, pour secourir les victimes des désastres de la dernière invasion". Condamné à la déportation en fév. 1816 pour avoir participé à la publication du "Nain tricolore, ou Journal politique, des arts, des sciences et de la littérature". Emprisonné à la Conciergerie puis au Mont Saint-Michel, il est gracié et autorisé en nov. 1818 à revenir à Paris et à reprendre son commerce. Breveté libraire à Paris le 22 nov. 1821. Édite entre 1820 et 1823 la "Biographie nouvelle des contemporains ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution française..." d'A.-V. Arnault. Donne à son établissement la dénomination "Librairie historique d'É. Babeuf". En faillite le 14 mars 1823. Auteur en 1831 du "Procès de la conspiration dite républicaine de décembre 1830 contenant des pièces inédites et des notices biographiques sur les principaux accusés". Ne semble plus exercer après 1831. Décédé en janv. 1842 d'après l'état civil parisien reconstitué

  • Version
  • Libraire. - Natif de Paris. Breveté libraire le 1er oct. 1812 (brevet renouvelé le 11 sept. 1818). Publie aussi sous la raison "Librairie stéréotype". Décédé à Paris en mars 1821

  • Version

    Imprimerie-librairie. - Association formée pour 20 ans, par contrat du 26 oct. 1812, entre les fils de l'imprimeur-libraire de Montbéliard Jean-Théophile Deckherr (1748-1823) : Théophile-Frédéric (1776-1848), imprimeur-libraire à Porrentruy et à Montbéliard, Rodolphe-Henri (1785-1848?), alors "marchand quincaillier en détail" et fabricant de cartes à jouer, et Léopold-Hermann (1790-18..), alors libraire à Porrentruy. Les trois frères publient sous la raison "Frères Deckherr", "Deckherr frères" ou simplement "imprimerie Deckherr". Après 1832, l'association ne semble s'être reformée que ponctuellement. Théophile-Frédéric et Rodolphe-Henri se partagent le matériel de l'imprimerie tandis que Léopold-Hermann reçoit la librairie et une somme d'argent

  • Libraire ; à Porrentruy, imprimeur de la sous-préfecture [du Haut-Rhin] (1812-1814?). - L'un des fils de l'imprimeur-libraire de Montbéliard Jean-Théophile Deckherr. Travaille d'abord chez son frère aîné Théophile-Frédéric Deckherr de 1808 à 1810, puis à Lyon et à Porrentruy (Haut-Rhin, auj. Suisse), où il s'établit libraire vers 1812. Breveté libraire à Montbéliard le 11 mars 1828. S'associe à ses frères Théophile-Frédéric et Rodolphe-Henri Deckherr par contrat du 26 oct. 1812 pour publier sous la raison "Frères Deckherr" ou "Deckherr frères" pendant 20 ans. À l'issue de l'association (1832), il reçoit seul le fonds de librairie tandis que ses frères se partagent le matériel d'imprimerie. En 1833, sollicite en vain un brevet d'imprimeur pour Colmar. Encore en activité à Montbéliard en 1841. Brevet de libraire annulé en 1860

  • Version

    Éditeur ; libraire-escompteur. - Natif de Paris, fils d'un employé aux correspondances. Breveté libraire à Paris le 1er oct. 1812. Associé de 1815 à 1817 avec un sieur Guyot (décédé en juillet 1817 d'après un catalogue imprimé) ; ils exercent sous la raison "Guyot et Depélafol". Se qualifie en 1817 de successeur du libraire Louis Duprat-Duverger. Se démet de son brevet le 2 oct. 1822 au profit de son ancien commis Charles-Richard-François Denn, qui lui rachète son fonds pour 195 000 francs. Se convertit en partie dès cette date à la pratique de l'escompte. En faillite déclarée le 2 sept. 1830, il obtient cependant le 13 sept. 1831 un concordat du tribunal de commerce de la Seine qui lui permet de continuer d'exercer. Seconde faillite déclarée le 4 sept. 1838. Décédé en sept. 1846 d'après l'état civil parisien reconstitué

  • Nom patronymique : Louise-Marie-Élisabeth Royer. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du clergé [du diocèse du Mans] ; relieur. - Succède à son mari l'imprimeur du Mans Marin-Jean Dureau, établi depuis la Révolution et décédé le 31 mai 1812. Brevetée imprimeur au Mans le 20 juillet 1811 (brevet de tolérance, renouvelé le 8 août 1816) et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 27 août 1818). Travaille avec son fils aîné. Se démet de son brevet d'imprimeur le 29 juillet 1823 en faveur son fils aîné Marin Dureau, dit Dureau aîné, mais continue d'exercer la librairie. Mère du relieur de Tours Alexandre Dureau (né au Mans le 19 oct. 1803). Décédée en fév. 1827

  • Libraire-éditeur. - Fils de Jean-Baptiste-Marie Foucault (1737?-1829), capitaine au long cours. Exerce la librairie à Paris dès juillet 1812. Breveté libraire à Paris le 8 avril 1813 (brevet renouvelé le 15 mars 1817). Épouse en août 1814 Aimée-Nicole Lepetit (1793-1880), fille du libraire parisien Jean-Jacques Lepetit (17..-1803?). Édite la collection des "Mémoires relatifs à l'histoire de France" à partir de 1819. En nov. 1827, gagne un procès contre le libraire parisien Jean-Louis-Joseph Brière à propos du prospectus de la collection des "Mémoires relatifs à l'histoire de France" (cf. "Répertoire méthodique et alphabétique de législation et de doctrine", 1856). Se démet en faveur de Pierre Pelletier, breveté libraire le 12 juillet 1830. Annonce en déc. 1830 dans la "Bibliographie de la France" qu'il "se retire des affaires [...] dépose les ouvrages dont il est l'éditeur et le propriétaire auprès de MM. Rey et Gravier". Père du physicien (Jean-Bernard-) Léon Foucault (1819-1868), inventeur du pendule dit de Foucault. Décédé en juillet 1839 à Paris d'après l'état civil reconstitué

  • Libraire-relieur ; propriétaire d'un cabinet de lecture. - Natif de Sélestat (Bas-Rhin) et fils de laboureur. Exerce en qualité de libraire-relieur à Colmar (Haut-Rhin) en 1812. Édite des almanachs en allemand. Publie en 1812 et en 1820 un catalogue des livres en langue française composant son cabinet de lecture, puis en juillet 1816 un catalogue de livres en allemand du même cabinet. Breveté libraire à Colmar le 14 déc. 1821. Condamné en juin 1837 pour avoir contrevenu à l'interdiction municipale d'ouvrir sa boutique le dimanche. Travaille en association avec la veuve Held-Balzinger entre 1855 et 1859. N'est plus attesté après 1859

  • Autre(s) graphie(s) : Grapel

Personnes ayant cessé leur activité en 181266 documents

  • Version

    Diffuse le "Journal des droits et des devoirs de l'homme..." du 18 août à déc. 1796. Encore en activité en sept. 1812, il ne figure cependant pas parmi les libraires brevetés

  • Version

    Marchand-cartier actif à Nuremberg de 1793 à 1812. - Reçu maître-cartier le 27 mai 1793

  • Version

    Variante(s) de prénom : Hughes-Jean. - Imprimeur-libraire. - Natif de Morteau (Doubs). Établi à Lyon avant 1772, il y exerce d'abord comme marchand de grains puis comme négociant en draperie. Semble avoir été associé en 1793 avec l'imprimeur-libraire Charles-François Millanois. En 1796 (ou dès 1794), rachète avec Clément-François Barret l'ancienne imprimerie d'Aimé Vatar-Delaroche, qui avait été brièvement reprise par Charles-François Millanois puis Jean-Joseph Destéfanis et enfin la veuve de Millanois. Travaille dès lors en association sous la raison "Ballanche et Barret". En juin 1799, les deux associés sont traduits en justice pour avoir inséré, par inadvertance semble-t-il, des fleurs de lys sur une affiche émanant de l'administration centrale. En 1802, l'association est dissoute à la suite d'une mésentente et du retrait de C.-F. Barret. De 1802 à 1811-1812 au moins, Hugues-Jean Ballanche travaille en association avec son fils Pierre-Simon Ballanche sous la raison "Ballanche (père) et fils". Tout au long de sa carrière, utilise également la raison "Ballanche". Mentionné lors de l'enquête de 1810. Imprime la plupart des périodiques locaux. Semble s'être retiré après 1812. Décédé à Lyon en oct. 1816. Son fils, breveté imprimeur le 15 juillet 1811 puis libraire le 1er janv. 1813, poursuit seul l'activité. Mais, dès 1814 (ou 1817), Pierre-Simon Ballanche cède l'atelier à Mathieu-Placide Rusand puis, en 1820, son brevet d'imprimeur au gendre de Rusand, Zacharie Durand, qui le remplace officiellement en oct. 1820. Des publications continuent cependant de paraître au nom de Ballanche, jusqu'en 1824 au moins

  • Version

    Imprimeur-libraire ; (seul) imprimeur du Roi pour la musique (1765) ; seul imprimeur pour la musique de la chambre et Menus Plaisirs du Roi et seul imprimeur de la grande chapelle de Sa Majesté (1766) ; seul imprimeur de la musique du Roi, des Menus Plaisirs de Sa Majesté, et de monseigneur et madame la comtesse d'Artois (1777-1789) ; imprimeur du Roi (1790) ; imprimeur du département de la Seine (1791-1800) ; imprimeur de la section des Thermes-de-Julien ; imprimeur du théâtre de la République et des Arts (1800) ; imprimeur de la préfecture de la Seine (1800-1812). - Fils de l'imprimeur-libraire parisien Christophe-Jean-François I Ballard, il est pourvu en sa succession dès nov. 1765 mais n'est reçu libraire que le 29 mai 1767 et imprimeur le 6 sept. 1779. Gendre (janv. 1769) de l'imprimeur-libraire Pierre-Nicolas Delormel. Franc-maçon, membre de la loge La Concorde (1778) puis de celle des Amis de la Vertu (1783-1787). Doyen des imprimeurs parisiens en 1810. Breveté imprimeur le 1er avril 1811 et libraire le 1er oct. 1812. Décédé en nov. 1812. Son fils Christophe-Jean-François II Ballard (1772-1825) est breveté imprimeur en sa succession le 3 mai 1813

    Travaille en association avec sa mère, veuve de Christophe-Jean-François I Ballard, jusqu'en 1789 environ

  • Travaille en association avec John Law en 1807-1808 ; avec Joseph Byworth de 1810 à 1812

  • Version

    Libraire et "éditeur". - Natif de Donnemarie-Dontilly, près de Provins ; fils d'un avocat au parlement de Paris. D'abord employé de la Ferme générale. Séjourne ensuite en Angleterre et y étudie la langue, ainsi que le système sténographique dit de Taylor qu'il adapte au français ("Système universel et complet de sténographie", Paris, P. Didot, 1792 ; 3e éd. en l'an IV). Pendant la Révolution, à partir de 1790, recueille pour les journaux, grâce à sa méthode sténographique, les séances de l'Assemblée constituante, puis de la Législative et de la Convention ; doit interrompre cette activité sous le Consulat et l'Empire. S'établit également libraire, en 1789 ou peu après, et jusque vers 1812 (n'est pas breveté libraire à cette date). Auteur d'ouvrages pour la jeunesse et de quelques opuscules dont "Le Cri d'indignation ou l'Ami des Bourbons" (1814). Traducteur et adaptateur en français de très nombreux ouvrages anglais. Éditeur en l'an IV (1795-1796) d'une éd. des "Fables" de Jean de La Fontaine gravée en caractères sténographiques. Inventeur, met aussi au point divers procédés, dont une lampe "docimastique", prototype de lampe à souder. Au début de la Restauration, réorganise auprès des Chambres un service sténographique et reprend un emploi dans l'administration des Droits réunis

  • Peut-être fils ou neveu de l'imprimeur de Tours Charles I Billault. Exerce comme imprimeur à Tours dès 1800. Se qualifie "imprimeur-éditeur" en 1807. Breveté imprimeur à Tours le 15 juillet 1811. Déclare ensuite avoir renoncé à son état en vendant son imprimerie à Armand-Augustin-Ferdinand Mame (1776-1848) et en renvoyant son brevet. N'est plus attesté après 1812

  • Version

    Imprimeur ; lexicographe ; poète. - Natif de Paris. Avocat de formation, il se lance dans l'imprimerie en l'an II (1793-1794). Lexicographe, auteur et éditeur de dictionnaires et, notamment, d'un "Dictionnaire universel de la langue française" (1re éd. en 1800 ; 13e éd. en 1851). Également poète. Lors de l'enquête des inspecteurs de la librairie de déc. 1810 à Paris, on le dit "auteur d'un dictionnaire recherché, honnête homme, fort considéré [...] garçon tranquille [qui] passe la moitié de l'année dans sa maison de campagne à Ivry", et son imprimerie est qualifiée de "bien montée", établie dans un "beau local". Breveté imprimeur à Paris le 1er avril 1811. Le 8 oct. 1812, il se démet de son brevet en faveur de Charles-Louis-Fleury Panckoucke (1780-1844), breveté en sa succession le 15 oct. suivant. Travaille en association avec le libraire parisien Paul-Claude-Louis Méquignon dit Méquignon-Havard (1790-1845) de 1822 à 1824. Décédé à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) en avril 1824

  • Variante(s) de prénom : Gerrit Jansz. - Libraire. - Reçu en déc. 1756 dans la guilde. Inquiété, du temps de la domination française, par le parti "patriote". - De 1780 à 1794, travaille en association avec ses fils G. W. et J. Bom

  • Imprimeur des corps administratifs ; de l'École de pharmacie [de Montpellier]. - Établi imprimeur dès 1792, en association avec Antoine-Félix-Paul Avignon (dit Caton Avignon pendant la période révolutionnaire). Publient sous la raison "Imprimerie révolutionnaire" de 1793 à 1795. Breveté imprimeur le 20 juillet 1811. Se démet le 5 oct. 1812, ayant renvoyé son brevet, qu'on a par conséquent annulé

    Travaille en association avec Antoine-Félix-Paul Avignon dès 1792. Ils prennent peu après un autre associé : Migueyron. Avant 1808, A.-F.-P. Avignon se sépare de ses associés et ceux-ci continuent d'exercer sous la raison "Bonnariq et Migueyron"

Organisations créées en 181245 documents

  • Version
  • Version
  • A eu pour antécédents deux associations (1812-1839: prépare la fondation du Kunstverein; et 1842-1864: participe à la construction de la Kunsthalle)

  • Version

    Bobino, bateleur aux multiples talents, installe son théâtre "La Baraque à Bobino" en 1812 près du futur boulevard Edgar Quinet. A la suite de son succès, il déménage son théâtre vers 1816 dans une salle plus grande de la rue Madame sous le nom de "Théâtre du Luxembourg", puis revient dans le quartier Montparnasse pour se fixer au 20 rue de la Gaîté, à la place du Café des mille colonnes avec ses "Folies Bobino" vers 1873. Après la Première Guerre mondiale ce théâtre devient un music-hall et reçoit les grands noms de l'époque (Damia, Fernandel, Lucienne Boyer...). Vers les années 1950 Bobino devient un tremplin pour la chanson française : Barbara, Georges Brassens, Joséphine Baker, Edith Piaf.... Fermée en 1983, puis détruite en 1985, la salle est recontruite en 1987, c'est alors une boite de nuit. Bobino redevient une salle de spectacle, "Studio Bobino", avec son rachat en 1991 par Philippe Bouvard. La salle est rachetée en 2006 par Gérard Louvin, rebaptisée "Bobin'o", il souhaite alors en faire un haut lieu de la nuit parisienne, à la fois restaurant et cabaret.

  • Fusionne avec la Kantonsbibliothek pour former la Zentralbibliothek

  • Créé en 1812 sous le nom : "Asile public d'aliénés de Saint-Robert", prend les noms successifs de : "Hôpital psychiatrique départemental de Saint-Egrève" ; Centre hospitalier de Saint-Egrève" et enfin "Centre hospitalier Alpes-Isère"

Organisations ayant cessé d'exister en 181213 documents

  • En 1285 Leutold von Chreusbach confère à l'ordre des augustins une église et un terrain, avec mission d'y élever un monastère ; en 1297, Heinrich von Pottendorf attribue à l'ordre une deuxième église et lui vend toutes ses possessions à Baden. Les deux églises, séparées d'une centaine de mètres, sont désignées aujourd'hui comme l'"ehem. Augustinerkirche" et l'"ehem. Frauenkirche" (cette dernière a disparu). En 1783 L'empereur Joseph II interdit le recrutement de novices, ce qui amène à la disparition officielle des deux établissements en 1811 et 1812

  • Association de Pierre, Guillaume et Simon Gaveaux à partir de 1794. En 1808, l'aîné, Guillaume se sépare de ses cadets pour ouvrir son propre commerce. En 1813, Simon se sépare de Pierre auquel il laisse le magasin de la rue Feydeau

  • Hôpital fondé rue du Bac par Angélique Faure le 1er avril 1652, et donné aux religieux de la Charité, les frères Saint-Jean-de-Dieu, pour y accueillir les convalescents sortant de leur hôpital. - Il ne recevait que les personnes sans revenus. - À la fin du XVIIIe siècle, il comptait 24 lits. - Resté ouvert pendant la Révolution, l'hôpital fut vendu en 1812

  • Le "Diario de Valencia", fondé le 1er juillet 1790 et imprimé tout d'abord chez José Estévan y Cervera, s'est doté dès la fin du mois suivant de sa propre imprimerie, qui restera en activité jusqu'au 5 janv. 1812. Le "Diario" sera ensuite publié par d'autres imprimeurs, jusqu'à la fin de son existence, en mai 1835

  • Organisme de gouvernement autonome dirigé par un Capitaine général et destiné à mener la résistance contre l'occupation française ; créé le 18/06/1808, dissous en juin 1812

  • Organisme de gouvernement autonome destiné à mener la résistance contre l'occupation française

  • Version
  • Version

Organisations ayant cessé leur activité en 18122 documents

  • Le "Diario de Valencia", fondé le 1er juillet 1790 et imprimé tout d'abord chez José Estévan y Cervera, s'est doté dès la fin du mois suivant de sa propre imprimerie, qui restera en activité jusqu'au 5 janv. 1812. Le "Diario" sera ensuite publié par d'autres imprimeurs, jusqu'à la fin de son existence, en mai 1835

  • Version

    Imprimerie-librairie. - Fondée par Friedrich Christian (Chrétien-Frédéric) Exter (1746-1817), Georg Christian Croll (1728-1790) et Johann Valentin Embser (1749-1783). Publie des classiques grecs et latins. L'imprimerie de Deux-Ponts est saccagée par l'armée française en 1794. Exter se réinstalle à Strasbourg en l'an VI et publie sous la raison : "Exter et compagnie" et "Exter et Embser". Breveté imprimeur à Strasbourg le 15 juillet 1811, il se démet et revend son imprimerie et son brevet le 20 avril 1812. Gottlob-Louis Schuler sera breveté en sa succession le 14 juin 1816

Œuvres créées en 1812171 documents

Œuvres terminées en 181213 documents

Spectacles représentés en 181241 documents

Documents publiés en 18122685 documents

  • 1er recueil de contredanses, walzes, anglaises et sauteuses, pour violon

    Description matérielle : [2] p. : 20 cm
    Description : Note : Daté d'après Devriès, Lesure
    Édition : Paris : chez J. Frey ; Lyon : chez Cartoux , [1812-1816]
    Compositeur : A. Baudouin (compositeur, 17..-18..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb45061379r]
  • 3 Airs à 1 et 2 v. et acc.

    Description : Note : Dans : Journal des troubadours... avec accomp.t de piano ou de harpe, 6e année, 1er cahier, p. 6 ; 6e année, 5e cahier, n° 3 ; 8e année, 1er cahier, n° 3.
    Édition : [S.l.] : [s.n.]
    Compositeur : Félix Blangini (1781-1841)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42856466n]
  • 3 Airs à 1 v. et acc.

    Description : Note : Dans : Journal des troubadours. avec accomp.t de piano ou de harpe... 1812/13, 1er cahier, p. 2 ; 5e cahier [I] ; 1813/14, 12e cahier, [I]
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 1812-1814
    Compositeur : Ferdinando Carulli (1770-1841)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42894179h]
  • 3 grands duos concertants pour deux flûtes

    Description matérielle : In-fol., parties sép.
    Description : Note : 1812 d'après le registre de dépôt légal. - A la couv., au crayon, daté "29 mai 1812". - Tonalités : mi min., ré, sol m
    Édition : Paris : Bochsa , [1812]
    Compositeur : Jean-Louis Tulou (1786-1865)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb433080904]
  • 4ème grade sous le titre de Maître-Parfait à l'usage et sous les auspices du Souv ̤. Chap ̤. de Rose-Croix Candeur et Amitié

    Description matérielle : 19,5 cm, 20 p
    Édition : Philadelphie : A.J. Blocquerst , 1812
    Auteur du texte : Chapitre Candeur et amitié. Philadelphie, Penn

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb358818298]
  • Abbecedario, con una raccolta di massime, proverbi e favolette morali... di Francesco Soave

    Description matérielle : In-8° , 47 p.
    Édition : Roma : Baldassari , 1812
    Auteur du texte : Francesco Soave (1743-1806)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31379871c]
  • A b c - Boekje voor jonge kinderen

    Description matérielle : [16] p.
    Édition : , 1812
    Imprimeur-libraire : Willem Zuidema (1770-1848)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39120404p]
  • Abhandlung über die Sprache und Schrift der Uiguren, von J. v. Klaproth,...

    Description matérielle : In-8° , 96 p., pl.
    Édition : Berlin , 1812
    Auteur du texte : Julius von Klaproth (1783-1835)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30683634r]
  • Abhijñānaśākuntalam

    Rāghavabhaṭṭa kṛtārthadyotanikayā sametam, Nārāyaṇa Bālakr̥ṣṇa Godabole Kāśī-nātha Paṇḍuraṅga Paraba samskr̥tam

    Description matérielle : 3 + 212 p.
    Édition : Bombay : Nirnayasāgara, Śake , 1812
    Auteur du texte : Kālidāsa (poète et dramaturge, 03..-04..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb394112249]
  • Abrégé analytique de la vie et des oeuvres de Sénèque, par M. le sénateur Vernier, comte de Montorient,...

    Description matérielle : In-8° , 352 p.
    Édition : Paris : Testu , 1812
    Auteur du texte : Théodore Vernier (1731-1818)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31563900t]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données