Mademoiselle Duthé (1748-1830): pseudonyme individuel

Illustration de la page Mademoiselle Duthé (1748-1830) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :féminin
Naissance :1748
Mort :1830
Note :
Pseudonyme de Catherine Rosalie Gérard
Danseuse. - Se produit à l'Opéra dès 1767
Domaines :Arts du spectacle
Audiovisuel
Autre forme du nom :Catherine Rosalie Gérard (1748-1830)
ISNI :ISNI 0000 0001 1880 1269

Ses activités

Auteur du texte2 documents1 document numérisé

  • Souvenirs de Mlle Duthé, de l'Opéra (1748-1830)

    Description matérielle : 1 vol. ( 320 p.)
    Description : Note : Livre apocryphe identifié d'après la p. 64. - Le 2e ex. comprend une coupure de presse signée Charles Nisard
    Édition : Paris : Louis-Michaud , (1909)
    Éditeur scientifique : Paul Ginisty (1855-1932)
    Autre auteur du texte : Étienne-Léon de Lamothe-Langon (1786-1864)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30729784z]
  • Galanteries d'une demoiselle du monde, ou Souvenirs de Mlle Duthé par l'auteur des "Mémoires de la Csse Dubarri" [É.-L. de Lamothe-Langon]

    Description matérielle : 4 vol.
    Édition : Paris : Ménard , 1833
    Autre auteur du texte : Étienne-Léon de Lamothe-Langon (1786-1864)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30729783m]

Destinataire de lettres1 document

  • 9 lettres de créanciers ou de fournisseurs à Mademoiselle Duthé, 1770-1785

    Description matérielle : 19 f. : formats divers
    Description : Note : Comptes de recettes et de dépenses, reconnaissances de dettes, reçus, mémoires

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb435064787]

Auteur de lettres1 document

  • Lettre de Mademoiselle Duthé à Monsieur Belanger, Londres, non datée

    Description matérielle : 2 f. : 23,5 x 19 cm
    Description : Note : Mademoiselle Duthé a séjourné à Londres entre 1777 et 1815. - Excuse pour ne pas avoir répondu, et demande de baisser sa dette. - Le deuxième feuillet portant "A Monsieur // Monsieur Bélangé // a Paris" et "Duthé actrice du français", est déchiré et troué
    Destinataire de lettres : François-Joseph Bélanger (1744-1818)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43569611g]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Mademoiselle Duthé (1748-1830)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Souvenirs de Mlle Duthé, de l'Opéra (1748-1830) / [par É. - L. de Lamothe-Langon], 1909
  • Ouvrages de reference : ABF: née vers 1750 morte en 1831
    Hoefer
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.: Duthé (Catherine Rosalie Gérard dite Mlle)

Autre forme du nom

  • Catherine Rosalie Gérard (1748-1830)

Biographie Wikipedia

  • Catherine Rosalie Gérard Duthé dite Mlle Duthé, née en 1748 à Versailles, morte le 25 septembre 1830 à Paris, est une courtisane de la fin du XVIIIe siècle. Elle commence une carrière de danseuse de l'Opéra de Paris mais elle se fait connaître dans les fastes de la galanterie. Elle avait été reçue encore jeune par les demoiselles de Verrières, courtisanes du temps de Louis XV, dont l'une, Marie, est l'arrière-grand-mère de George Sand. Elle y fait la rencontre de personnages de qualité, car Mlle Duthé se fait apprécier par la fine fleur du Gotha et chez les « matadors de la finance », notamment Hocquart de Montfermeil grâce à qui elle a bientôt son hôtel particulier à l'angle des rues de la Chaussée d'Antin et Saint-Lazare. Sa réputation devint européenne et plusieurs têtes couronnées, à commencer par Christian VII de Danemark, le duc de Chartres ou le comte d'Artois, se flattèrent d'avoir fait sa conquête. Elle est en quelque sorte l'ancêtre des grandes courtisanes de la Belle Époque telles que Liane de Pougy, Cléo de Mérode ou Caroline Otero. Son plus grand admirateur et ami est le banquier Jean-Frédéric Perregaux qui, selon une légende, se serait donné la mort dans son château de Chilly-Mazarin en contemplant son portrait peint en 1792 par Danloux.

Pages équivalentes