Maxime Lisbonne (1839-1905)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Paris, 24-03-1839
Mort :La Ferté-Alais (Essonne), 25-05-1905
Note :
Capitaine du 24e bataillon, pendant le siège de Paris par les Prussiens, puis lieutenant-colonel dans le Comité central de la Garde nationale. - Participe à la "semaine sanglante", le 22 janvier 1871, avec les Républicains pour renverser le gouvernement
Domaines :Histoire de la France
ISNI :ISNI 0000 0003 7010 7017

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • (Proclamation... contre l'élection de M. J. Ferry à la présidence de la République, commençant par ces mots :) Peuple de Paris, la république est en danger

    Édition : Paris, imp. de M. Lisbonne , (1897), gr. in-fol. Plano

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32388306n]
  • Réponse au "Pater" de François Coppée,... par Maxime Lisbonne,...

    Description matérielle : In-16, 31 p.
    Édition : Paris, 11, rue du Croissant , 1890

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb308238421]
  • Réponse au "Pater" de François Coppée,... par Maxime Lisbonne,...

    Description matérielle : In-16, 16 p.
    Description : Note : Édition dont a été retiré "le Pater"
    Édition : Paris, 11, rue du Croissant , 1890

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30823843c]

Rédacteur1 document

Éditeur scientifique1 document

  • Gazette du Bagne, rédacteur en chef Maxime Lisbonne

    Description matérielle : In-fol., fig.
    Édition : Paris , 1885

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36587296t]

Dédicataire1 document1 document numérisé

Autre3 documents

  • (Proclamation signée : Maxime Lisbonne etc. contre l'élection de M. J. Ferry à la présidence de la République, commençant par ces mots :) Peuple de Paris, la république est en danger...

    Description matérielle : Gr. in-fol. Plano
    Édition : Paris : imp. de M. Lisbonne , (1887)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb340365518]
  • Réponse au "Pater" de François Coppée,... par Maxime Lisbonne,... (1er janvier 1890.)

    Description matérielle : In-16, 31 p.
    Édition : Paris, 11, rue du Croissant , 1890

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb340394762]
  • Réponse au "Pater" de M. François Coppée,...

    Description matérielle : In-16. Pièce
    Édition : Paris : Chatelain , (1890,)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34037398m]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Maxime Lisbonne (1839-1905)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Le d'Artagnan de la Commune : le colonel Maxime Lisbonne / Marcel Cerf,... ; préface de Jean Savant,... , impr. 2014

Biographie Wikipedia

  • Maxime Lisbonne est né à Paris le 24 mars 1839 et mort à La Ferté-Alais (Seine-et-Oise, aujourd'hui Essonne) le 25 mai 1905.Engagé dans la marine, il participe à la Guerre de Crimée puis il devient chasseur à pied et ensuite zouave. Son engagement terminé, il se lance dans le théâtre et devient directeur de la salle les Folies Saint-Antoine, mais il fait faillite en 1868. Il devient alors agent d'assurance.Pendant le Siège de Paris par les Prussiens, il est élu capitaine du 24e bataillon de la Garde nationale, avec lequel il participe au combat de Buzenval en janvier 1871. Dès le 14 mars, comme délégué du 10e arrondissement, il est membre du Comité central de la Garde nationale. Le 24 mars 1871, avec Eugène Protot et Paul Antoine Brunel, il dirige la manifestation contre la Mairie du 1er arrondissement de Paris. Le 3 avril, il est élu chef de la Xe légion de la Garde nationale. Le 1er mai, il est nommé lieutenant-colonel et prend le commandement des fortifications parisiennes entre la Point-du-Jour et la Porte de Versailles. Pendant la Semaine sanglante, il organise la défense du Panthéon et du Château-d'Eau. Le 26 mai, il est blessé et arrêté. En décembre 1871, le Conseil de guerre le condamne à la peine de mort, mais un second conseil, en juin 1872, commue sa peine en travail forcé en Nouvelle-Calédonie. Après l'amnistie de 1880, il revient en France, reprend ses activités théâtrales aux Bouffes du Nord. Il se lance dans le journalisme avec L'Ami du peuple où il prône la révolution sociale. Il ouvre différents cabarets, La Taverne du Bagne, Le Casino des Concierges, Le Ministère des Contributions directes. Il s'y ruine. Il termine sa vie comme débitant de tabac à La Ferté-Alais.

Pages équivalentes