Abbayes -- France -- Eure-et-Loir (France)

Thème :Abbayes -- France -- Eure-et-Loir (France)
Origine :RAMEAU - Notice originale
Domaines :Religion
Construction
Architecture

Thèmes liés

Termes plus larges (1)

Auteurs en relation (9)

  • Abbaye de Cisterciennes fondée en 1226 par Jean, comte de Chartres et sa femme Isabelle. Elle fut détruite par les Calvinistes en 1568, puis restaurée. Fermée à la Révolution

  • Abbaye d'hommes fondée au VIe ou VIIe siècle hors les murs de Chartres. Intégrée ensuite à la ville, elle devint bénédictine de 954 jusqu'à la Révolution. Elle avait 24 prieurés sous sa dépendance. Elle fut affiliée à la congrégation de Saint-Maur en 1650. Il restait 8 religieux en 1790. - L'abbatiale est devenue église paroissiale sous le vocable de Saint-Pierre

  • Abbaye de Bénédictins, fondée avant 930, détruite par les Normands, réédifiée en 1028 par Roger, évêque de Beauvais, ruinée pendant la guerre de Cent ans, pillée par les Calvinistes en 1567. Elle fut affiliée à la congrégation de Saint-Maur en 1650. Il y restait 9 religieux en 1768. Fermée à la Révolution. Il en reste des ruines

  • Abbaye de Bénédictines fondée ou restaurée en 1045 dans les faubourgs de Châteaudun. A peut-être succédé au monastère de Piciacus. Elle fut fermée à la Révolution

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 1120 par l'évêque de Chartres Geoffroy et son frère Goslen. Incendiée en 1466, ruinée par les Calvinistes en 1564, elle fut restaurée en entrant dans la congrégation de Saint-Maur en 1640. Il y restait 7 Mauristes en 1768. L'abbatiale fut démolie à la Révolution et le reste de l'abbaye converti en hôpital en 1818

  • Abbaye de Chanoines réguliers de Saint-Augustin fondée vers 1130 par Thibaut IV comte de Blois. Elle fut réunie à la congrégation de France (Génovéfains) en 1634. Il y restait 7 religieux en 1768. Fermée à la Révolution. L'abbaye fut occupée par la sous-préfecture de 1802 à 1940, et depuis par une école d'infirmières. L'église abbatiale devint paroissiale, toujours sous le vocable de La Madeleine ; elle est aujourd'hui désaffectée

  • Vers 1020 une collégiale dédiée à Saint-Jean-Baptiste fut fondée près des murailles de Chartres par le comte Eudes. En 1099 saint Yves y appela des chanoines réguliers qui en firent une abbaye. Florissante aux XIIe et XIIIe siècles, elle supporta ensuite des guerres successives, avant d'être définitivement détruite par les Huguenots en 1568. Les chanoines se retirèrent alors dans la ville, dans leur prieuré. En 1620 ils s'affilièrent à la congrégation de France (Génovéfains). En 1790 il restait 11 religieux. - L'abbatiale fut démolie, mais les bâtiments claustraux furent conservés

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 1109 par saint Bernard de Tiron, ancien prieur de Saint-Savin de Poitiers et disciple de Robert d'Arbrissel. D'abord installée dans la paroisse de Brunelles, puis à partir de 1114 sur une terre offerte par Rotrou III dans la paroisse de Gardais. L'abbaye devint chef d'ordre. - Détruite en 1428, pillée en 1562 et 1591. En 1629 la congrégation de Saint-Maur réforma l'abbaye et y établit un collège et une école militaire. - Fermée en 1791. L'abbatiale devint temple de la Raison et fut rendue au culte en 1795

  • En 841 (ou 857), le seigneur Foulques, avec la permission de Charles le Chauve, fit don du domaine de Bonneval à des Bénédictins pour fonder un monastère en l'honneur de saint Marcellin. En 875 il prit le nom de saint Florentin avec l'arrivée des reliques de ce dernier. Dans une charte de 967, le roi Lothaire prit l'abbaye sous sa protection, confirma tous ses biens et son titre de monastère royal. Huit rois ensuite en firent autant. Sept bulles pontificales confirmèrent également ses privilèges : l'abbaye put ainsi posséder 26 prieurés et de nombreuses cures

    Mais incendiée en 1420, en 1425, puis en 1568, l'abbaye entra ruinée dans la réforme de Saint-Maur en 1645. - A la Révolution tout fut vendu puis démoli pour faire place à une filature, puis un asile

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF