Abbayes -- France -- Indre-et-Loire (France)

Illustration de la page Abbayes -- France -- Indre-et-Loire (France) provenant de Wikipedia
Thème :Abbayes -- France -- Indre-et-Loire (France)
Origine :RAMEAU - Notice originale
Domaines :Religion
Construction
Architecture

Thèmes liés

Termes plus larges (1)

Auteurs en relation (8)

  • Un prieuré de Bénédictins fut fondé sur les lieux dès 977. En 990 il fut érigé en abbaye par la comtesse Emma, femme de Guillaume de Poitiers, qui fit don aux moines de tout son domaine de Bourgueil. Bénéficiant ensuite de nombreuses possessions et privilèges grâce aux rois de France et aux papes, l'abbaye devint fort riche ; un inventaire de tous ses biens en 1775 compta un million de livres. Ce fut sans doute pour cette raison qu'elle se releva toujours malgré des destructions en 1361, 1562, 1586, et 1612. En 1630 elle adhéra à la réforme de Saint-Maur. Tout fut vendu en février 1791

    Il reste de l'abbaye le logis abbatial, devenu habitation privée, une église, devenue paroissiale, et le Saint-Nicolas de Bourgueil créé par les moines qui plantaient la vigne depuis l'an mil

  • Abbaye de moniales bénédictines peut-être fondée vers 580 à Tours par Ingeltrude, tante du roi Gontran, transférée vers 1002 à Beaumont-lès-Tours par Hervé de Buzançais. Fondation approuvée par le roi en 1007. L'abbaye dépendait pour le temporel du chapitre de la collégiale Saint-Martin de Tours; pour le spirituel elle resta toujours fidèle à la règle de Saint-Benoît. Elle possédait 12 prieurés. Elle fut fermée à la Révolution, mais un incendie de 1784 avait déjà pratiquement tout détruit

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 1108 par les seigneurs de l'Ile-Bouchard, ou en 1127 par Foulques le Jeune, comte d'Anjou. Approbation de l'archevêque de Tours Hildebert en 1129. Consacrée le 24 septembre 1134, d'abord sous le vocable de l'Annonciation de la Sainte-Vierge. Elle adhéra à la réforme de Saint-Maur en 1647. Fermée en 1791 (il y restait 2 religieux) puis démolie

  • Monastère fondé par saint Mexme (ou Mesme, ou Maxime), qui y fut enterré. Abbaye bénédictine attestée jusqu'en 943. Un chapitre de chanoines y fut fondé entre 980 et 1007 par Archambaud de Sully, archevêque de Tours

  • Monastère fondé en 372 par saint Martin, devenu abbaye de Bénédictins au VIe siècle. Détruite vers 850 par les Normands, rétablie et occupée par des chanoines de la collégiale Saint-Martin de Tours en 853. Remplacés en 982 par des moines de Cluny sous la direction de saint Mayeul. L'abbaye eut un grand développement avec plus de 124 prieurés sous sa dépendance. En 1580 elle adhéra à la congrégation des Exempts, en 1637 à Saint-Maur. En 1739 réunion de la mense abbatiale à l'archevêché de Tours. Fermée en 1790, vendue en 1799, démolie en 1818. - Située à Sainte-Radegonde, aujourd'hui dans la commune de Tours

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 1030. Fermée à la Révolution

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 1008 par Foulques Nerra, comte d'Anjou, qui y fut inhumé. L'abbaye adopta la réforme de Saint-Maur en 1662. Il y restait 9 religieux en 1768. Elle fut fermée à la Révolution. L'abbatiale est devenue église paroissiale

  • Abbaye de Bénédictins fondée vers 850 par les frères Ménard et Mainier, consacrée en 859. Elle entra dans la réforme de Saint-Maur le 1er janvier 1669. La Révolution y trouva 4 religieux. Démolie, sauf ses portes fortifiées du XVe siècle et le logis abbatial reconstruit en 1782

Documents sur ce thème

Livres2 documents1 document numérisé

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF