Abbayes -- France -- Marne (France)

Thème :Abbayes -- France -- Marne (France)
Origine :RAMEAU - Notice originale
Domaines :Religion
Construction
Architecture

Thèmes liés

Termes plus larges (1)

Auteurs en relation (26)

  • Une église fut édifiée au IVe siècle, où fut inhumé en 407 saint Nicaise, évêque de Reims. Un premier monastère y fut fondé au VIe siècle. En 1066 l'archevêque Gervaise lui donna le titre d'abbaye et y installa des Bénédictins. L'abbaye adhéra à la réforme de Saint-Maur en 1636. En 1694 les chanoines de la Sainte-Chapelle de Paris en devinrent les abbés. Saint-Nicaise fut fermée à la Révolution puis entièrement démolie

  • Abbaye de chanoines réguliers fondée en 1144 par Albéron de Chiniac

  • Origines incertaines. H. L. Cottineau situe la fondation de cette abbaye au VIIe siècle, par saint Gondebert, rebâtie vers 673 par saint-Nivard, "sous l'abbesse Boba", qui serait distincte d'une abbaye Saint-Pierre-le-Haut fondée au VIe siècle par saint Baudry et sa soeur sainte Bova qui en serait la première abbesse vers 590. D'autres sources ne font pas la distinction et citent une abbaye unique fondée par saint Baudry et sainte Bova (ou sainte Bode) qui en fut l'abbesse, morte en 673. - Abbaye aujourd'hui disparue

  • Abbaye de Bénédictins fondée par saint Nivard, évêque de Reims. - Elle adhéra à la Congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe en 1635

  • Abbaye de cisterciennes fondée en 1221 par Blanche de Navarre, comtesse de Champagne et son fils Thibaut IV le Grand, comte de Champagne, avec des cisterciennes venues de Sainte-Marie de Liège. - Sécularisée au cours de la Révolution

  • Abbaye de chanoines réguliers, fondée à une date inconnue, restaurée en 1064 par Gervais, archevêque de Reims. Elle adhéra aux Chanoines réguliers de Saint-Augustin de la Congrégation de France (Génovéfains) en 1633. Fermée en 1790 puis en partie démolie. - En 1822, les bâtiments restant abritèrent le Grand séminaire de Reims, puis à partir de 1913 le Musée des beaux arts

  • Abbaye de Bénédictins, fondée peut-être au VIIIe ou au IXe siècle, restaurée en 1074. L'abbatiale servait également d'église paroissiale, dont le curé était nommé par l'abbaye. Celle-ci adhéra au XVIIe siècle à la réforme de Saint-Vanne. Il y restait 9 religieux en 1768. Fermée à la Révolution. L'abbatiale est restée église paroissiale

  • Cette abbaye de Bénédictins adhéra en 1635 à la Congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe. Fermée à la Révolution ; l'abbatiale est devenue église paroissiale

  • Fondation attribuée à saint Remi, évêque de Reims, et à saint Thierry (mort en 533 ?), premier abbé. - Abbaye de Bénédictins de 972 à 1696 (le titre abbatial est annexé à l'Archevêché de Reims en 1696). - Monastère de la Congrégation de Saint-Maur de 1627/1628 à 1775 ?. - Communauté établie à Reims de 1696 à 1775 ?

    Les bâtiments furent détruits avant la Révolution, à l'exception de la salle capitulaire, qui subsiste encore. - La vie monastique fut restaurée en ce lieu en 1968 par les Bénédictines de Sainte-Bathilde

  • Abbaye de Bénédictines fondée vers 660 par sainte Berthe, femme de saint Gombert. La nouvelle abbatiale fut consacrée en 1186. Riche abbaye qui dut être réformée vers 1530. Détruite en 1567, restaurée et réformée à nouveau par l'abbesse Françoise de La Mark (1576-1608). En 1790, 33 religieuses y vivaient encore, suivant strictement la règle. Elles furent dispersées le 22 septembre 1792. - L'abbatiale est devenue église paroissiale

  • Abbaye de l'Ordre des chanoines réguliers d'Arrouaise (fondée entre 1090 et 1102). - À partir de 1138, abbaye de Cisterciens, fille de l'Abbaye de Trois-Fontaines (Marne)

  • Un premier monastère fut peut-être fondé par saint Rémi, évêque de Reims, où il fut inhumé en 533. Vers 750-760 (ou en 790, selon les sources), l'évêque Tilpin fonda une abbaye de Bénédictins sur le tombeau de saint Rémi, devenu lieu de pèlerinage célèbre. Une abbatiale avec rang de basilique fut consacrée par saint Léon IX le 2 octobre 1049. L'abbaye adhéra à la congrégation de Saint-Maur au XVIIe siècle. - Elle fut fermée en 1793. Ses locaux furent occupés par l'Hôtel-Dieu à partir de juin 1827. Aujourd'hui ils contiennent le musée d'Histoire et d'Archéologie de Reims. L'abbatiale est devenue église paroissiale, toujours avec rang de basilique

  • Abbaye cistercienne d'hommes jusqu'en 1791 (fille de Clairvaux). - Cisterciens de la stricte observance (Trappistes) de 1876 à 1918. - Cisterciennes de la stricte observance (Trappistines) depuis 1929

    Bâtiments détruits le 6 août 1918. - Les bâtiments actuels datent de 1927-1929

    L'Abbaye Notre-Dame d'Igny s'apprête à accueillir les moniales de l'Abbaye Notre-Dame de Belval (Pas-de-Calais) et celles de l'Abbaye de la Grâce-Dieu (Doubs), qui vont fermer leurs portes

  • Cette abbaye de chanoines réguliers fut fondée en 1135, lorque les chanoines séculiers de Chantemerle décidèrent d'adopter la Règle de saint Augustin. - L'Abbaye de Chantemerle fut unie en 1640 à l'Abbaye Saint-Loup de Troyes, et s'affilia avec elle, en 1650, aux Chanoines réguliers de saint Augustin de la Congrégation de France

  • Abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin fondée en 1042-1047 par l'évêque Roger II. Réformée par son adhésion à la congrégation de France (Génovéfains) en 1644. - Fermée à la Révolution, puis occupée par l'Ecole normale depuis 1833

  • Abbaye de Bénédictins fondée par Guy Barbet et par Roger III, évêque de Châlons. Elle adhéra à la congrégation de Saint-Vanne au XVIIe siècle

  • Abbaye cistercienne d'hommes jusqu'en 1791 (fille de Clairvaux). - Cisterciens de la stricte observance (Trappistes) de 1876 à 1918. - Cisterciennes de la stricte observance (Trappistines) depuis 1929

    Bâtiments détruits le 6 août 1918. - Les bâtiments actuels datent de 1927-1929

  • Ancienne abbaye fondée en 1032

  • A l'origine monastère peut-être fondé au Ve siècle avec des moines de l'abbaye de Lérins. Il adopta la règle de saint Benoît en 660. Restauré en 1028 par l'évêque Roger 1er qui l'érigea en abbaye. Celle-ci adhéra à la congrégation de Saint-Vanne en 1627. Supprimée en 1789, abandonnée en 1792, détruite en 1836

  • Abbaye de chanoinesses régulières établie en 1248 à Ormont (commune de Breuil, Marne), dans une abbaye qui avait été desservie par des Cisterciennes de 1236 à 1248. - Abbaye transférée à Meaux en 1629

  • Une maison-Dieu fut fondée à Troissy en 1209. En 1232, Philippe de Mécringes en fit une abbaye, qui entra dans l'ordre de Cîteaux par une bulle de Grégoire IX en 1237. Plusieurs fois dévastée par les guerres, elle fut finalement unie au prieuré des Bénédictines du Mont-Dieu à Montmirail : les religieuses quittèrent Troissy en 1762/63 et partirent pour Montmirail, qui prit le titre d'abbaye royale de l'Amour-Dieu le 24 décembre 1763. La communauté continua de suivre la règle de Cîteaux. L'abbaye fut supprimée en 1791

  • Abbaye de l'Ordre des chanoines réguliers d'Arrouaise (1134-1144), puis abbaye de Cisterciens, fille de l'Abbaye de Trois-Fontaines (Marne)

  • Abbaye de Cisterciennes fondée en 1222 par l'orfèvre Briard. Elle fut transférée à Reims en 1363. En 1471, l'union extinctive de Clairmarais avec l'abbaye de Clairvaux fut décrétée par le chapitre général. - Dans les années 1780, Marie-Thérèse de La Ville revendiqua l'existence de l'abbaye de Clairmarais indépendamment de Clairvaux, sans résultat

  • A l'origine, prieuré de Bénédictines, fondé avant 1131 par Simon de Broyes et Félicité de Brienne, avec des religieuses de Jully-les-Nonnains, sous la dépendance de l'abbaye de Molesme, qui administrait les biens du prieuré. Celui-ci devint une abbaye indépendante par une charte de désunion en date du 2 janvier 1259. A la Révolution, une partie de l'abbaye était occupée par un collège de jeunes filles. Elle fut fermée en 1791 puis démolie

  • Abbaye cistercienne d'hommes jusqu'en 1791 (fille de Clairvaux). - Cisterciens de la stricte observance (Trappistes) de 1876 à 1918. - Cisterciennes de la stricte observance (Trappistines) depuis 1929

    Bâtiments détruits le 6 août 1918. - Les bâtiments actuels datent de 1927-1929

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF