Abbayes -- France -- Maine-et-Loire (France)

Thème :Abbayes -- France -- Maine-et-Loire (France)
Origine :RAMEAU - Notice originale
Domaines :Religion
Construction
Architecture

Thèmes liés

Termes plus larges (1)

Auteurs en relation (17)

  • Abbaye de Chanoines réguliers de Saint-Augustin fondée en 1138 par saint Régnault, dotée en 1180 par Henri II d'Angleterre, comte d'Anjou. Au XVIIe siècle elle adhéra à la congrégation de France (Génovéfains) et sa mense abbatiale fut unie au collège de la Flèche. Fermée à la Révolution

  • Abbaye de chanoines réguliers de saint Augustin, fondée par les seigneurs du Plessis-Macé

    Agrégée aux Chanoines réguliers de saint Augustin de la Congrégation de France (ou Génovéfains) à partir de 1658/1660

  • Abbaye de Bénédictines reconstruite en 1028 par Foulques Nerra, comte d'Anjou et sa femme Hildegarde, sur les ruines d'un ancien monastère nommé La Charité édifié au VIe siècle. L'abbatiale fut consacrée en 1119 par Calixte II. L'abbaye ne recevait que des filles nobles, et devint vite l'une des plus opulentes d'Anjou. Fermée à la Révolution. - Les bâtiments conventuels existent toujours mais n'abritent plus de communauté religieuse

  • Abbaye de Bénédictins édifiée entre 1135 et 1140 par l'abbaye de l'Absie-en-Gâtine sur des terres donnée en 1120 par Giraud de Montreuil. - Sans doute sécularisée avant la Révolution, un document de 1768 y évoquant la présence de 5 anciens Bénédictins

    Toute localisation dans les Deux-Sèvres est erronée

  • Abbaye de Bénédictins fondée par le comte d'Anjou Foulques Nerra, consacrée le 7 décembre 1020 par l'évêque Hubert, qui y installa des moines de Marmoutiers, remplacés en 1033 par des moines de Saint-Aubin. La nouvelle abbatiale fut consacrée par Urbain II le 10 février 1096. Abbaye richement dotée, dont dépendait de nombreux prieurés, cures et chapelles dans 7 diocèses et en Angleterre. Réformée par Saint-Maur en 1672. Il restait 9 religieux en 1790. - La congrégation du Bon-Pasteur d'Angers occupe aujourd'hui les bâtiments conventuels

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 534 par saint Aubin

  • Abbaye agrégée aux Chanoines réguliers de saint Augustin de la Congrégation de France (ou Génovéfains) à partir de 1658/1660. - Supprimée par la Constitution civile du clergé. Bâtiments vendus comme biens nationaux et morcelés

  • Ancienne abbaye de Feuillants, Bellefontaine fut acquise le 17 janvier 1817 par Urbain Guillet, trappiste, de retour en France après un long périple à l'étranger : cette abbaye appartient depuis lors à l'Ordre des Cisterciens de la stricte observance. Les décrets de 1880 chassèrent à nouveau les Trappistes, mais ils ne partirent que cinq semaines. Le monastère est toujours florissant

  • Saint Florent, disciple de saint Martin, se retira au Mont-Glonne vers 390 et évangélisa la contrée. Une communauté religieuse s'installa sur les lieux dès sa mort. A la fin du VIIe siècle saint Mauron en fit une abbaye de Bénédictins, rebâtie plus tard par Charlemagne. Vers 905 les Normands obligèrent les religieux à s'enfuir avec les reliques de saint Florent. Ils fondèrent une abbaye à Saumur, dite Saint-Florent-le-Jeune. Vers 1030 des religieux revinrent au Mont-Glonne dans le monastère restauré, qui porta dès lors le nom de Saint-Florent-le-Vieil, avec le statut de prieuré dépendant de l'abbaye de Saumur. Il garda néanmoins le titre d'abbaye en considération de son ancienneté. Son adhésion à la réforme de Saint-Maur en 1639 n'empêcha pas son long déclin ; la Révolution y trouva 7 moines. Sa remarquable abbatiale est devenue église paroissiale

  • Collégiale de chanoines réguliers, puis, depuis 1818, communauté féminine cistercienne de la stricte observance ou Trappe

  • Abbaye de moniales bénédictines fondée par Salomon, disciple de Robert d'Arbrissel, et par Éremburge

  • Abbaye de Bénédictins fondée vers 1100 par les seigneurs de Beaupreau et de Chemillé. Après un essai avec la Congrégation de Saint-Maur (1640-1642), l'abbaye est confiée à la Congrégation de Notre-Dame des Feuillants le 7 décembre 1642

  • Abbaye bénédictine fondée en 1101 par Robert d'Arbrissel sous le vocable de Notre-Dame ; elle comprenait une communauté d'hommes, Saint-Jean-l'Habit, un monastère de moniales, le Grand-Moutier-Sainte-Marie, voisinant avec un prieuré pour filles repenties et deux hôpitaux, le tout sous l'autorité d'une abbesse. L'abbaye devint la maison-mère de l'Ordre de Fontevraud, qui connut une grande diffusion. L'abbatiale devint à partir de 1183 la nécropole des Plantagenêts. Vers la fin du XVIIe siècle, l'abbaye comptait 230 moniales et 50 moines ; en 1790, 110 religieuses choisirent de continuer leur vie monastique, mais elles furent chassées le 30 septembre 1792

    De 1804 à 1985, l'abbaye fut convertie en centre de détention ; depuis 1975, elle abrite le Centre culturel de l'Ouest

  • Les Bénédictins de Saint-Florent du Mont-Glonne se réfugièrent au château de Thibault, comte de Blois et y fondèrent vers 940 une nouvelle abbaye, consacrée le 2 mai 950. Après l'assaut du château par Foulques Nerra en 1025, ils allèrent se fixer près de l'église Saint-Hilaire-des-Grottes. Ils y édifièrent une nouvelle abbaye, consacrée le 15 octobre 1040, qui prit le nom de Saint-Florent-de-Saumur, ou Le Jeune. Certains moines retournèrent à l'abbaye du Mont-Glonne qui prit le nom de Saint-Florent-le-Vieil, et à l'abbaye du château devenue le prieuré Saint-Florent-du-Château, tous deux dépendant de l'abbaye de Saumur. Elle adhéra à la réforme de Saint-Maur le 31 octobre 1637. La Révolution y trouva 11 moines

    L'abbatiale est devenue église paroissiale. L'abbaye fut occupée en 1865 par les Soeurs de Notre-Dame-de-Charité du Bon-Pasteur d'Angers. Aujourd'hui par les Servantes des Pauvres de Jeanne Delanoue

  • A l'origine aumônerie édifiée vers 1010, devenue vers 1048 abbaye de Bénédictins, qui en firent don dès 1080 à l'évêque Eusèbe Brunon. Son successeur y appela des chanoines réguliers de Saint-Augustin qui s'y installèrent en 1115. L'abbaye fut reconstruite à partir de 1627, et fut réformée par son adhésion à la Congrégation de France le 2 août 1635. La Révolution y trouva 10 chanoines. - Ce qui reste de l'abbaye est devenu le musée David d'Angers

  • Monastère sécularisé au Xe siècle, rendu à la vie monastique au début du XIe. - Rattaché à la Congrégation de Saint-Maur à partir de 1629. - Liée à la Paroisse Saint-Serge d'Angers

  • Cette abbaye fut cédée à la Congrégation de Notre-Dame des Feuillants le 7 décembre 1642. Elle connut alors un renouveau de vie monastique et beaucoup de paroisses s'enrôlèrent dans la confrérie qui y existait. Avec le XVIIIe siècle revint la décadence, et la Révolution n'y trouva que 4 religieux. - Les Trappistes s'y installèrent au XIXe siècle

Documents sur ce thème

Livres1 document

  • Églises et abbayes de l'Anjou

    Description matérielle : 1 vol. (152 p.)
    Description : Note : D. L. 11560-69
    Édition : Paris : J. Delmas et Cie , 1969
    Auteur du texte : Jacques Isolle
    Préfacier : Robert Favreau

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33053147g]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF