Abbayes -- France -- Pas-de-Calais (France)

Thème :Abbayes -- France -- Pas-de-Calais (France)
Origine :RAMEAU - Notice originale
Domaines :Religion
Construction
Architecture

Thèmes liés

Termes plus larges (1)

Auteurs en relation (24)

  • Abbaye de Bénédictins fondée par Aimond, duc de Ponthieu, et saint Josse, son chapelain, qui y mourut en 668. Elle fut donnée vers 792 par Charlemagne à Alcuin. Elle dépendait au IXe siècle de l'abbaye de Ferrières en Gâtinais. Elle fut détruite à cette époque par les Normands. Plus tard elle fut détruite par les Anglais, puis les Calvinistes. Le système de la commende acheva de la ruiner. Son entrée dans la réforme de Saint-Maur en 1669 retarda un peu sa fin. En 1768 il y restait trois religieux. Elle fut supprimée en 1772, puis démolie à la Révolution

  • Abbaye de Cisterciennes fondé avant 1182 par Ghison d'Aria. Uni en 1395 au monastère des Cisterciennes de Bonham. - L'abbatiale est devenue église paroissiale

  • Abbaye fondée en 1457 par Philippe de Saveuse et Marie de Lully, sa femme, pour l'ordre contemplatif de Sainte-Claire

  • Devient prieuré conventuel de Bénédictins le 1er mars 1895, abbaye le 28 septembre 1910

  • Vers 1094 une collégiale dédiée à Saint-Jean-Baptiste fut fondée dans le bourg de Chocques. Entre 1120 et 1138, peut-être à la suite de la destruction de la collégiale par Robert de Normandie (1128), les chanoines fondèrent un peu plus loin une abbaye qui prit le nom de Saint-Jean-des-Prés. Ils devinrent chanoines réguliers, adoptèrent la règle de Saint-Augustin, et se placèrent sous l'obédience d'Arrouaise

    Au XVIIIe siècle l'abbaye comptait 10 à 12 religieux qui accomplissaient des fonctions sacerdotales dans 6 ou 7 paroisses, tandis que 5 autres religieux résidaient dans des cures ou prévôtés. En 1791, les religieux se réfugièrent à l'abbaye d'Arrouaise. Saint-Jean-Baptiste fut vendue et démolie

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 1079 par Enguerrand de Lillers avec des moines de l'abbaye de Charroux, à laquelle Ham resta subordonnée jusque 1252. Il restait 12 moines lorsque l'abbaye fut fermée en 1790. - Elle fut en grande partie démolie, une usine occupant le reste des bâtiments, mais l'abbatiale fut conservée comme église paroissiale

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 658 par saint Aubert de Cambrai, où il transféra le corps de saint Vaast, premier évêque d'Arras et catéchiste de Clovis. Fermée à la Révolution. L'abbatiale devint cathédrale pour remplacer Notre-Dame de la Cité, détruite pendant la Révolution, l'abbaye devint médiathèque et musée des Beaux-Arts

  • Abbaye de Cisterciens fondée en 1141 par Hugues de Camp d'Avesne, comte de Saint-Pol, avec des moines venus de Pontigny. En 1442, elle était en ruines à cause des guerres successives qui eurent lieu dans la région. L'énergique abbé Pierre de Bachimont (1512-1550) put relever Cercamp. Elle put se maintenir jusqu'à la Révolution, malgré la commende imposée à partir de 1659 au profit du cardinal Mazarin

  • Abbaye d'Augustins fondée vers 1090

  • Importante abbaye de Bénédictins fondée sur le mont Sithieu en 648 par Audomar, évêque de Thérouanne (canonisé sous le nom de saint Omer) et son disciple saint Bertin, qui y fut inhumé. Elle dépendit de Cluny de 1106 à 1139, avant d'adhérer à la congrégation des Exempts de Flandre. Fermée à la Révolution ; il en reste quelques ruines

  • Abbaye de Bénédictines fondée en 686 par sainte Berthe

  • Abbaye de Bénédictins fondée vers 600 par saint Saulve (ou Salve), évêque d'Amiens mort en 613. Restaurée vers 878 par Hilgode, comte de Ponthieu. Elle adhéra à Saint-Maur en 1707. L'abbatiale est devenue église paroissiale. - Située à Montreuil, autrefois Montreuil-sur-Mer

  • Monastère de Cisterciennes fondé dans l'île de Sénard, à Willencourt, et promu au rang d'abbaye dès 1201 ou 1202. Abbaye transférée en 1220 ou peu après à l'endroit où se trouve aujourd'hui l'église de Willencourt, devenue église paroissiale. Abbaye transférée en 1652 à Abbeville (chaussée Marcadé) - l'Abbaye a toujours gardé le nom de Willencourt

    En 1747, l'Abbaye Notre-Dame et Saint-Mathieu d'Épagne (Épagne-Épagnette, Somme) est unie à l'Abbaye Notre-Dame de Willencourt

  • Abbaye fondée vers 935 par sainte Bertille

  • Abbaye de Bénédictins fondée vers 1090/1093 par Ida, comtesse de Boulogne. L'abbaye fut ruinée à la suite du siège de Calais, et les moines dispersés au début du XVe siècle. En 1419 le pape Martin V supprima le titre abbatial de la Capelle et en fit un prieuré à la possession de l'abbaye voisine de Saint-Jean-au-Mont. En 1569 l'évêque d'Ypres Martin supprima le prieuré et l'incorpora à l'abbaye Saint-Jean

    Les rois de France firent toujours opposition à ces décisions : ils nommèrent jusqu'en 1708 des abbés à cette abbaye inexistante. En 1708 un arrêt du grand conseil reconnut enfin la suppression de la Capelle. - Il en reste aujourd'hui des vestiges

  • Abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin de la congrégation d'Arrouaise, fondée sans doute en 1131 par Eustache de Fiennes. Citée pour la première fois en 1137. La communauté disparut dès 1390, ou 1544, dates de destruction des lieux par les Anglais. Mais l'abbaye continua d'exister officiellement jusqu'à la Révolution, réduite à une ferme et une chapelle dirigées par un abbé commendataire

  • Abbaye de Bénédictines fondée en 1128 sous le vocable de Notre-Dame par Clémence de Bourgogne, femme de Robert de Jérusalem, comte de Flandre. En 1565, les religieuses durent s'enfuir à cause des guerres en Flandre. Elles se réfugièrent d'abord à Arras, puis au château de Belmottet non loin d'Arras, où elles restèrent jusqu'à la Révolution

  • Abbaye de Cisterciens fondée en 1135 par Etienne comte de Boulogne, agrégée à Clairvaux en 1147. - Fermée à la Révolution et ruinée

  • Monastère de Bénédictines de la Congrégation de Solesmes. - Abbaye dès 1894

  • Abbaye fondée par Heldemare et Conon. - A donné naissance à l'Ordre des chanoines réguliers d'Arrouaise

    Abbaye établie au lieu-dit le Tronc-Béranger, ou la Motte-Béranger, dans la forêt d'Arrouaise (aujourd'hui sur la commune du Transloy, Pas-de-Calais)

  • Abbaye de Prémontrés, fille de Saint-Martin de Laon

  • Abbaye fondée à l'origine vers 700 pour des moniales bénédictines sous le vocable de Notre-Dame. Détruite par les Normands en 881, restaurée en 950 cette fois pour des moines, par saint Gérard de Brogne et Arnoul, comte de Flandre, sous le vocable de Saint-Silvin dont l'abbaye possédait les reliques. Restaurée de nouveau en 1072 par le comte Enguelrand. Sous la juridiction du diocèse de Thérouanne, puis de Boulogne, puis d'Arras. Fermée à la Révolution, l'église devint paroissiale et l'abbaye occupée par une filature

  • Abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin fondée en 1068 par l'évêque Lietbert sur l'emplacement d'un oratoire fondé par saint Eloi. Elle fut dédiée à saint Vindicien dont elle possédait les reliques. - Supprimée en 1792 puis ruinée

  • Une communauté indépendante de chanoines de Saint-Augustin fondée en 1122-1123 à Saint-Josse, décida avant 1131 d'entrer dans l'ordre de Prémontré, sous la conduite de son supérieur, le bienheureux Milon de Sélincourt. En 1161 ou 1163, la communauté se transféra de Saint-Josse à Dommartin. Saint-Josse devint un prieuré-cure dépendant de l'abbaye

    L'abbaye de Dommartin devint une des plus prestigieuse abbaye prémontrée de France. Elle fonda neuf abbayes-filles, administra huit églises paroissiales. Elle fut transformée en ferme en 1790

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF