Abbayes -- France -- Aube (France)

Thème :Abbayes -- France -- Aube (France)
Origine :RAMEAU - Notice originale
Domaines :Religion
Construction
Architecture

Thèmes liés

Termes plus larges (1)

Auteurs en relation (6)

  • Monastère bénédictin fondé par le père Emmanuel (Ernest André). - Affilié à la Congrégation bénédictine de Sainte-Marie du Mont-Olivet depuis 1886. - Abbaye de 1892 à 1903. - La communauté fut transplantée en 1948 au Bec-Hellouin, mais cette abbaye restaura en 1976 le monastère de Mesnil-Saint-Loup

  • A l'origine monastère de chanoinesses fondé par saint Leuçon, évêque de Troyes (651-656) qui y fut inhumé. Les chanoinesses furent remplacées par des Bénédictines ; fait attesté en 1246, mais l'évènement se produisit avant cette date. Le monastère devint abbaye en 1518. L'abbatiale était également église paroissiale sous le vocable de Saint-Jacques-aux-Nonnains. L'abbaye fut fermée en 1790, vendue en septembre 1792, l'abbatiale démolie. Les bâtiments restant sont occupés depuis 1794 par la préfecture de l'Aube

  • Cette abbaye de Bénédictins adhéra à la Congrégation de Saint-Vanne au XVIIe siècle. Supprimée en 1770 par son union à l'évêché de Troyes. Bâtiments démolis pendant la Révolution

    Cette abbaye avait été édifiée dans les marais dits de l'Isle Germaine (au sud-ouest de Troyes), sur le territoire actuel de Saint-André-les-Vergers. Sa localisation à Troyes est donc erronée

  • Abbaye de Bénédictins fondée vers 660 par saint Frobert, évêque de Troyes, et Clovis II. Elle adhéra à la Congrégation de Saint-Vanne au XVIIe siècle. Supprimée en 1770 par son union à l'évêché de Troyes. Bâtiments démolis pendant la Révolution

    Cette abbaye fut édifiée dans les marais dits de l'Isle Germaine (au sud-ouest de Troyes), sur le territoire actuel de Saint-André-les-Vergers. Sa localisation à Troyes est donc erronée

  • Fondée par Gauthier II, Compte de Brienne, en 1143, occupée par les Prémontrés jusqu'en 1773, époque où elle fut supprimée par décret. - Démantelée en 1810

  • Abbaye, quatrième fille de Cîteaux, fondée en 1115 par saint Bernard de Clairvaux, qui y mourut en 1153. De 1118 à 1218 l'abbaye de Clairvaux fonda 309 monastères, elle aboutit au XVIe siècle à 531 fondations. Elle comptait 700 religieux dès 1153, 350 en 1515, et 36 en 1790. Fermée en 1792, et convertie en centre de détention

    Abbaye essentielle mais pas fondatrice de l'ordre cistercien ; sa désignation comme chef d'ordre est donc erronée. On trouve parfois le mot Bernardin comme synonyme de Cistercien, à tort, car saint Bernard ne fut pas fondateur de l'ordre. On peut trouver ce mot pour qualifier un Cistercien relevant de l'abbaye de Clairvaux, à considérer avec prudence, car l'abbaye ne fonda pas de branche distincte de Cîteaux qui se serait appelée ordre des Bernardins

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF